En direct

Groupe Ramery : «Il existe une grande proximité entre les collaborateurs et la direction»
Philippe Beauchamps, Président du Groupe Ramery. - © Morgan Lhomme
Interview

Groupe Ramery : «Il existe une grande proximité entre les collaborateurs et la direction»

Propos recueillis par Emmanuelle Lesquel (Bureau de Lille du Moniteur) |  le 05/02/2019  |  RameryEntreprisesRSEETI du BTPManagement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ramery
Vie du BTP
Entreprises
RSE
ETI du BTP
Management
Prime Macron
Valider

Philippe Beauchamps, président de l’ETI familiale nordiste. Le groupe Ramery vient d’être classé meilleur employeur dans la catégorie BTP par le magazine Capital de février. Il décrypte pour Le Moniteur ce qui, selon lui, a fait la différence.

 

Qu’est-ce qui a permis, selon vous, au Groupe Ramery d’obtenir cette première place au classement des meilleurs employeurs du BTP français ?

Nous avons une bonne image. Cela est en grande partie dû, je crois, au fait que nous sommes restés un groupe familial, à taille humaine. Groupe qui a gardé une grande proximité entre les collaborateurs et la direction tout en offrant des implantations géographiques qui ne se limitent pas aux Hauts-de-France. Nous avons par exemple des implantations à Bordeaux ou Nantes.

Cette proximité était un des éléments fondateurs de Michel Ramery. Et elle a survécu à sa disparition (en 2016, NDLR) avec son fils Mathieu Ramery et toute la direction dans son ensemble qui noue des relations de proximité. Par exemple, j’ai rencontré récemment les étudiants de l’école d’ingénieurs HEI pour signer un partenariat avec l’école. Dans les autres entreprises c’est souvent le DRH qui se rend à ce type de manifestations, pas le président. Les étudiants apprécient aussi cette proximité.

Vous offrez aussi facilement des passerelles entre les différentes branches du groupe ?

Oui, notre devise : « Ramery, créateur de perspectives », qui avait été, à l’origine, plutôt imaginée pour nos clients, a été totalement appropriée par nos collaborateurs. Il existe ainsi chez nous beaucoup de mobilité entre les métiers. Cette particularité est possible car nous sommes un groupe indépendant avec plusieurs branches.

Souvent les groupes indépendants ne sont centrés qu’autour d’un métier. Et, dans les grands groupes, qui en possèdent plusieurs, le passage entre différentes branches n’est pas toujours aisé. Chez nous, il est possible de progresser dans sa direction de base mais aussi de passer du TP au gros œuvre, du gros œuvre aux lots techniques, des lots techniques au secteur de l’environnement, etc. Ce changement de secteur concerne au moins une dizaine de cadres par an, c’est un vrai sujet.

"Entre 2008 et 2018, sur une période où le BTP n’allait pas bien, nous sommes parmi les rares à ne pas avoir mené de plan de licenciement"

Vous avez des exemples ?

Oui, beaucoup. Par exemple, un des patrons de notre branche environnement est un ancien de l’énergie. Le responsable de l’agence TP de Lens est un ancien du bâtiment, le patron de la revitalisation (démolition et désamiantage) est un ancien de l’électricité. Nous avons traduit cette philosophie dans un partenariat que nous avons avec l’école d’ingénieurs Icam.

Nous proposons aux ingénieurs en alternance de pouvoir réaliser dans leur parcours de deux ans six mois dans différentes branches afin qu’ils puissent savoir sur laquelle ils veulent se positionner. Nous avons par ailleurs structuré notre démarche RSE et mis en place une démarche qui permet à nos collaborateurs de participer par exemple à des actions de mécénat de compétences. L’année dernière nous avons ainsi participé, comme associé fondateur, à l’émergence de trois nouvelles fondations. Le bon climat de confiance que nous avons construit au fil des années est aussi un atout fort.

Climat de confiance des salariés vis-à-vis de la solidité de l’entreprise ?

Oui, tout à fait. Entre 2008 et 2018, sur une période où le BTP n’allait pas bien, nous sommes parmi les rares à ne pas avoir mené de plan de licenciement. C’est une volonté affirmée du groupe qui a préféré dégrader sa rentabilité plutôt que de lancer un plan de sauvegarde. Cette confiance doit jouer aussi en notre faveur puisque, nous sommes placés 34e au niveau global des entreprises, tout secteur confondu, du classement de Capital. Ce qui est intéressant dans cette enquête c’est qu’elle interroge les salariés sur leur ressenti vis-à-vis de leur employeur mais aussi sur les autres entreprises du secteur.

"Nous allons par exemple offrir 250 euros à 90 % de nos salariés, ceux qui touchent moins de deux fois le Smic"

Et coté salaires ?

Ils correspondent aux salaires de la profession. Nous disposons par ailleurs d’un système de participation et de prime de fin d’année. Cette année, dans le cadre de la possibilité de verser une prime défiscalisée, nous allons par exemple offrir 250 euros à 90 % de nos salariés, ceux qui touchent moins de deux fois le Smic. Nous avons fini 2018 de manière satisfaisante, notamment grâce au redressement de l’activité TP sur laquelle nous retrouvons des marges positives, ce qui n’était plus le cas depuis longtemps.

L’activité bâtiment reste en revanche compliquée, car malgré de beaux marchés remportés comme le forum à Lille, le technicentre SNCF d’Hellemmes ou la piscine de Denain, les prix restent tendus.

(1) Sur la base d’une une enquête diligentée par le magazine Capital auprès de 20 000 collaborateurs d’entreprises de plus de 500 salariés.

(2) Le groupe Ramery (518 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017), basé à Erquinghem-Lys (Nord), emploie 3 100 salariés au total dont 2 300 sur les Hauts-de-France, 85 % des effectifs du groupe travaillent sur le secteur du bâtiment.

Commentaires

Groupe Ramery : «Il existe une grande proximité entre les collaborateurs et la direction»

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur