En direct

Grenelle de l'environnement: La mort du convecteur ?

Defawe Philippe |  le 26/10/2007  |  France EnvironnementDéveloppement durableEquipementProduits et matériels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Environnement
Développement durable
Equipement
Produits et matériels
Santé
Réglementation
Technique
Valider

Les nouvelles normes en matière d'économies d'énergie dans le bâtiment retenus par le Grenelle de l'environnement pourraient signifier la fin du convecteur électrique au profit de la pompe à chaleur, selon certains professionnels.
Une réglementation fixe déjà des seuils maximum de consommation d'énergie pour les appareils de chauffage et de production d'eau chau. Pour les appareils qui fonctionnent avec du combustible fossile (gaz, charbon, fioul), la consommation d'énergie ne doit pas dépasser 80 à 130 kwh/m2 par an, selon les zones climatiques, selon la Fédération française du bâtiment (FFB). Pour ceux qui fonctionnent à l'électricité, la consommation ne doit pas dépasser 130 à 250 kwh/m2 selon les zones climatiques.
Si bien qu'avec les nouvelles normes, "le convecteur électrique ne peut plus exister" et "rend quasi obligatoire l'installation de pompes à chaleur", estimait jeudi un profesionnel du bâtiment. "Les émetteurs de chauffage électrique directs sont pénalisés par ces normes", reconnaît un des rédacteurs de ces normes.
Certaines maisons neuves ne sont déjà plus réglementaires à cause de l'utilisation de convecteurs, a relevé l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. Mais "aucun système n'est montré du doigt, car c'est la performance globale du bâtiment qui doit être considéré", ajoute l'Ademe.
Une pompe à chaleur consomme environ trois fois moins d'énergie que le convecteur puisqu'en utilisant 1 kWh d'électricité elle rétrocède 3 à 4 kWh de chaleur (à partir de calories contenues dans l'eau, l'air ou la terre), précise-t-on au Gifam (Groupement interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipements ménagers). Le Gifam fait toutefois remarquer qu'un convecteur coûte moins cher, entre 80 et 150 euros hors installation, qu'une pompe à chaleur. Cette dernière représente un investissement de 65 à 100 euros le mètre carré, selon l'Ademe. Mais l'installation d'une telle pompe donne droit à un crédit d'impôt. Les ventes de pompes à chaleur devraient atteindre un record cette année, selon l'association professionnelle Clim'Info.
AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur