En direct

Grands projets : le réseau ferré gagne sur toute la ligne

Jessica Ibelaïdene |  le 09/02/2018  |  GirondeHaute-GaronneParisYvelines

Le Conseil d'orientation des infrastructures donne la priorité à plusieurs projets ferroviaires dans son rapport.

«Mobilité du quotidien : répondre aux urgences et préparer l'avenir. » Le titre du rapport du Conseil d'orientation des infrastructures (COI), remis le 1er février à la ministre des Transports Elisabeth Borne, affiche son ambition. Cette instance, composée d'experts et d'élus placés sous la houlette de l'ancien président de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) Philippe Duron, a évalué les besoins des citoyens, chiffré les moyens nécessaires à l'entretien et à la maintenance des réseaux existants, proposé des pistes de financement et priorisé les projets.

Le COI y établit une programmation et un phasage selon trois scénarios, qui allouent entre 48 et 80 milliards d'euros sur vingt ans à l'Afitf. Philippe Duron estime que le premier scénario est insuffisant et mettrait à mal les grands projets. Le second permettrait d'atteindre les objectifs fixés par le président de la République (trouver des solutions de mobilité du quotidien pour tous, avec des projets financés), et le dernier, d'accélérer toutes les réalisations au prix d'efforts financiers conséquents.

Traiter les nœuds ferroviaires. La route disposera d'une enveloppe de 560 à 690 millions d'euros par an de l'Afitf pour l'entretien et la restauration de son réseau. Mais, côté projets, peu seront engagés rapidement, à l'inverse des grands chantiers sur le réseau ferré. La raison ? « L'urgence du traitement des nœuds ferroviaires conduit à [les] privilégier dans la programmation » afin de fiabiliser la desserte des gares, indique le rapport.

Elisabeth Borne se prononcera fin février sur l'un des trois scénarios du rapport.

Quel que soit le scénario, trois projets ferrés sont considérés comme prioritaires, à engager dès la période 2018-2022. Le prolongement du RER E (Eole) jusqu'à Mantes-la-Jolie est déjà en cours de réalisation. Viennent ensuite la première tranche du nœud ferroviaire lyonnais et la création d'une ligne nouvelle entre Paris et la Normandie. En revanche, « dans la mesure où [cette dernière] ne peut être engagée d'un seul tenant », le COI propose un phasage qui conduirait d'abord à optimiser l'exploitation de la gare parisienne de Saint-Lazare.

D'autres projets figurent dans la liste du COI, mais ne se-ront traités sous quatre ans que dans les scénarios 2 et 3. C'est le cas de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse. Bonne nouvelle pour ses défenseurs, à écouter la ministre des Transports, ce chantier n'est plus remis en cause. « La question n'est pas de le réaliser ou non, mais de phaser le projet », en débutant là encore par les nœuds ferroviaires des deux métropoles. Ce qui signifie que la LGV dans son ensemble verrait le jour dans dix ans au mieux, et au pire dans vingt ans. La ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur pourrait être lancée entre 2018 et 2022, avec une première phase concernant des aménagements de la gare de Marseille-Saint-Charles, du pôle multimodal Nice Saint-Augustin et de la gare de La Pauline-Hyères. Commenceraient également dans cet intervalle les travaux de la ligne Roissy-Picardie (6 km de voies nouvelles), l'aménagement du tronçon Massy-Valenton (Ile-de-France), la régénération de la voie ferrée Centre Europe Atlantique et la modernisation des lignes Paris-Orléans-Limoges-Toulouse et Nantes-Bordeaux.

Le plus dur reste à faire : passer de la parole aux actes ! Ces déclarations d'intention n'ont pas encore été validées par le gouvernement. Elisabeth Borne doit se prononcer à la fin février sur le scénario retenu. Par ailleurs, certains marchés de régénération ne sont plus à conquérir, puisque des contrats pluriannuels ont déjà été attribués. Enfin, si certaines lignes nouvelles seront confirmées, leur réalisation complète reste lointaine. Sans compter celles repoussées aux calendes grecques…

PHOTO - 11260_699730_k2_k1_1671162.jpg
PHOTO - 11260_699730_k2_k1_1671162.jpg

Commentaires

Grands projets : le réseau ferré gagne sur toute la ligne

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX