Transport et infrastructures

Grand stade de Lille : une livraison en deux temps ?

Mots clés : Entreprise du BTP - Établissements sportifs couverts - Sport

Annoncée pour l’été 2012, la livraison du Grand Stade pourrait légalement intervenir en décembre 2012 d’après la filiale d’Eiffage qui assure cependant que l’essentiel de l’ouvrage sera terminé à temps.

Les polémiques sur le Grand Stade de Lille continuent. En cause ? Une phrase de Bertrand d’Hérouville, le patron d’Elisa (filiale d’Eiffage), la société en charge de la gestion du Grand Stade de Lille, prononcée sur France 3 et relayée par la presse locale : « Nous avons un certain nombre de motifs administratifs qui pourraient nous conduire à livrer, et qui nous donnent le droit de livrer, en décembre 2012 ».
Interrogé par le Moniteur, celui-ci conteste ces propos. «Cela a été déformé par les médias, plaide-t-il. Je voulais simplement indiquer que contractuellement, étant donné que le chantier a démarré avec quelques mois de retard, notamment à cause d’enquêtes publiques liées au voies d’accès au stade et à des recours sur le permis de construire, contractuellement, nous pouvons livrer jusqu’au 10 décembre 2012, sans indemnités de retard. »

A l’origine, la date retenue était celle de la première rencontre du LOSC (club de football de Lille) à domicile comptant pour le championnat de Ligue 1 2012-2013. « Nous espérons simplement que le club jouera son premier match à l’extérieur », avait plaisanté Pierre Berger, P-DG d’Eiffage, lors d’une conférence de presse, le 23 novembre. Quoi qu’il en soit, selon le directeur d’Elisa, le stade sera livré en août, dès les premiers matchs du LOSC. « Pour compenser un retard qui n’est pas de notre fait, nous avons doublé nos équipes sur quelques postes et certaines tâches sont même faites de nuit », indique Bertrand d’Hérouville qui reconnait des difficultés rencontrées en ce moment liées au froid. Il concède tout de même que la totalité de l’ouvrage ne sera pas livré à temps. Concrètement, c’est la « boîte à spectacle », qui devra subir encore quelques «travaux mineurs, comme des réglages ou des tests, sans que cela ne gêne le bon déroulement des matchs de football », explique Bertrand d’Hérouville. Et cela ne devrait durer que jusqu’à l’automne.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X