En direct

Grand Prix de l’urbanisme 2018 : Bouchain, Leclercq, Osty et TER en finale
Sur les rangs pour le Grand Prix de l’urbanisme en 2018 : François Leclercq (à gauche), Henri Bava, Michel Hössler et Olivier Philippe de l’agence TER (en haut), Patrick Bouchain (en bas) et Jacqueline Osty (à droite). - © © Schnepp-Renou ; Yang Chen/TER; Milena Chessa/Le Moniteur ; Patrick Garçon

Grand Prix de l’urbanisme 2018 : Bouchain, Leclercq, Osty et TER en finale

Marie-Douce Albert |  le 18/04/2018  |  EntreprisesTransportsEtatgpu

Au terme d’un premier tour de débat, le jury du prix décerné par le ministère de la Cohésion des territoires a sélectionné, le 17 avril, quatre finalistes au profil de bâtisseur. Ils seront départagés sur la base de l’autobiographie scientifique qu’ils vont désormais devoir rédiger. Le Grand Prix sera remis au lauréat en fin d'année.

Voilà deux années que Grand Prix de l’urbanisme saluaient des analystes et penseurs de la discipline, les fins observateurs de la ville en mutation que sont Ariella Masboungi, lauréate en 2016, et Pierre Veltz, récompensé l’an dernier. On peut déjà affirmer qu’à l’issue de l’édition 2018, c’est un bâtisseur qui sera primé par le ministère de la Cohésion des territoires, lors de la cérémonie qui se tiendra en fin de l’année. En effet, le premier tour de jury, qui s’est tenu le 17 avril, a permis d’établir une liste de finalistes au profil de praticien. Sur la base des préconisations d’une centaine d’experts, les jurés ont désigné deux agences de paysagistes et deux architectes :

Grands parcs...

Jacqueline Osty  : Membre de la génération des paysagistes formée par la grande figure qu’a été Michel Corajoud, Jacqueline Osty a porté la conception de plusieurs parcs majeurs de ces dernières décennies. Parmi eux, figure le Parc Saint-Pierre d’Amiens en 1995, qui lui a valu une reconnaissance nationale avec le Prix du paysage, 10 ans plus tard. Paris lui doit la création du parc Martin-Luther-King, dans la ZAC des Batignolles (XVIIe) et la renaissance paysagère du zoo du bois de Vincennes (XIIe). Mais Jacqueline Osty intervient aussi dans le champ de l’urbanisme, faisant du paysage l’armature du projet, en particulier sur l’Ile de Nantes où elle mènera la phase III d’aménagement avec l’urbaniste Claire Schorter. Dans cette ville, elle est aussi mandataire du groupement de maîtrise d’œuvre qui repense le secteur Feydeau-Commerce, soit rien de moins que l’hypercentre.

... contre grands territoires

Agence TER – Henri Bava, Michel Hössler et Olivier Philippe  : Nantes, l’agence TER y est présente également puisqu’elle a été désignée fin 2017 pour mener la transformation des rives de Loire dans son parcours en centre-ville, soient 4 km de berges. Fondée en 1986 par le trio des paysagistes Henri Bava, Michel Hössler et Olivier Philippe, cette équipe aborde toujours les périmètres qu’elle urbanise par les éléments du paysage qui les composent et, notamment, l’eau. Installée entre Paris et Karlsruhe (Allemagne), l’agence se distingue par sa capacité à appréhender de très grands territoires. Récemment, TER a livré le parc du Peuple de l’herbe à Carrières-sous-Poissy (Yvelines).

... contre grandes infrastructures

François Leclercq  : d’abord associé à son confrère Fabrice Dusapin, avant de s’installer en son nom en 2010, François Leclercq se partage entre projets d’architecture et aménagements à l’échelle urbaine. Ainsi, il est le concepteur de bâtiments tels que le lycée Nelson-Mandela, sur l’Ile de Nantes, ou d’équipements dédiés à l’entraînement de champions, à l’Insep (l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance) dans le bois de Vincennes, à Paris (XIIe) autant qu’il mène l’aménagement de l’un des secteurs d’Ivry-Confluences (Val-de-Marne) ou qu’il a tracé les lignes de la deuxième phase d’Euroméditerranée, à Marseille. Il a aussi livré récemment une étude stratégique sur le territoire de la métropole de Montpellier qui doit servir de base à l’élaboration d’un schéma de cohérence territoriale (Scot). L’approche urbaine de François Leclercq se distingue notamment par sa capacité à composer avec les grandes infrastructures, telles que les autoroutes.

... contre grande influence

Patrick Bouchain : sans doute le candidat le plus atypique de ces quatre finalistes. L’architecte, officiellement à la retraite quoique toujours très occupé, n’a en effet pas élaboré les plans de grands aménagements. Et il n’a pas tellement construit non plus. Mais il a su démontrer le potentiel des friches en donnant un avenir à l’ancienne biscuiterie LU de Nantes, aux abattoirs fermés de Calais ou à un site autrefois industriel de l'agglomération de Tours. Expérimentateur dans l’âme, et donc souvent hors des normes, il a par exemple été parmi les premiers promoteurs du réemploi, à l’Académie Fratellini à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Patrick Bouchain a aussi œuvré avec l’artiste Daniel Buren à fabriquer de l’espace public avec de l’art, en particulier avec les colonnes rayées des Deux Plateaux, dans la cour du Palais-Royal, à Paris. Enfin, il apparaît comme le maître à penser de toute une génération de jeunes architectes attachés au « déjà là » et à la notion d’urbanisme temporaire.

Toutes ces caractéristiques, les finalistes vont désormais les mettre par écrit, dans une biographie scientifique à destination des membres du jury. Dans ce texte, ils devront en particulier démontrer  comment leur travail et leur réflexion a pu contribuer à faire évoluer la pensée urbaine. Car, là est un des critères essentiels d’attribution du Grand Prix de l’Urbanisme, « la capacité à faire avancer la discipline. »

Commentaires

Grand Prix de l’urbanisme 2018 : Bouchain, Leclercq, Osty et TER en finale

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur