Grand Paris

Grand Paris Express : Matignon concerte des élus inquiets avant de dévoiler le nouveau calendrier

Mots clés : Gouvernement - Politique des transports

Edouard Philippe a réuni le 26 janvier les élus franciliens, pour faire le point sur les « défis techniques et financiers » du Grand Paris Express (GPE). Ces débats alimentent la réflexion de Matignon sur le projet du GPE. Le Premier ministre doit maintenant rendre ses arbitrages sur le calendrier de réalisation du projet. Il devrait le faire avant le 15 février.

C’est désormais officiel: le Grand Paris Express (GPE) sera retardé. Mais Matignon veut rassurer en confirmant, d’abord, que le projet se fera dans son intégralité et, ensuite, rendre cet ajournement acceptable par les élus. Le vendredi 26 janvier à 16h30, le Premier ministre a, dans cette optique, organisé un séminaire auquel près de 200 édiles franciliens (parlementaires, maires des communes concernées par une gare, présidents d’intercommunalités) avaient été invités. « Le Grand Paris Express est un projet incroyablement ambitieux et complexe. Il va structurer l’Île-de-France et le pays pendant très longtemps », a indiqué Edouard Philippe avant de préciser l’objectif de cette rencontre : « Faire le point sur les défis techniques et financiers pour ramener le projet sur des bases solides. » 

 

C’est le 23 janvier, lors d’une visite à Champigny-sur-Marne (Val de Marne) sur l’un des chantiers de la ligne 15 sud du futur métro, que le chef du gouvernement avait fait part de sa volonté d’organiser une phase d’échanges avec les élus avant de rendre ses arbitrages sur le nouveau calendrier de réalisation du chantier du siècle. Selon plusieurs sources, cet arbitrage devrait être rendu aux alentours du 15 février.

Si les édiles sont rassurés sur la construction de l’intégralité du réseau (200 kms de lignes nouvelles et 68 gares), malgré son coût qui s’établit à 35 milliards d’euros (dont 7 milliards d’euros pour les prévisions pour risques et aléas) contre 22,65 milliards d’euros en 2013 (un « dérapage » selon la Cour des comptes), ils s’inquiètent depuis plusieurs mois du report de l’ouverture de certaines lignes.

 

Priorité aux lignes desservant les site Olympiques et au tronçon Orly/Saclay ?

 

Il semblerait que le gouvernement juge prioritaire les lignes desservant les sites olympiques ainsi que le tronçon Orly/Saclay. Selon les maires des communes de Seine-Saint-Denis traversées par la ligne 16 est (entre Sevran et Noisy-le-Grand), la piste de travail la plus récente fait état d’une ouverture en deux temps: Saint-Denis/Clichy-Montfermeil pour 2024 ; Clichy-Montfermeil/ Noisy-Champs pour 2030. Alors même que le président de la République lors d’un déplacement sur le plateau de Clichy-Montfermeil en novembre dernier avait confirmé le respect des délais (2024). « Ne réaliser que la moitié de la ligne 16 affaiblit considérablement son intérêt et son efficacité », écrivent les élus dans un courrier adressé à Emmanuel Macron le 20 janvier. S’ils sont prêts à accepter une mise en service décalée à 2026, ils estiment en revanche que 2030 « n’est acceptable pour personne ». 

A Gonesse (Val d’Oise), l’arrivée de la ligne 17 conditionne l’urbanisation de la partie sud du Triangle de Gonesse. A la mairie, on redoute qu’un report trop important de la mise en service ne pousse les investisseurs déjà présents à renoncer. La future ZAC (280 ha) doit accueillir EuropaCity, porté par AIliages & Territoires mais aussi le projet Triango –un parc d’activités de 167 000 m² accompagné de 10 000 m² de serres-piloté par Bopo Sustainable Invesments, lauréat de l’appel à projets Inventons la Métropole du Grand Paris

 

La ligne de bus desservant le plateau de Saclay déjà saturée

 

Quant à Nicolas Samsoen, maire de Massy (Essonne), il confirme l’urgence d’une desserte rapide du plateau de Saclay par la ligne 18. « Le bus en site propre qui dessert le campus, où l’Ecole Centrale a ouvert ses portes en septembre, est déjà saturé », remarque-t-il.

Qu’en sera-t-il en 2022 lorsque l’ENS Cachan, l’Institut Mines Télécom et Agro Paris Tech seront aussi installés à Saclay? Tout décalage rendra la situation de plus en difficile», ajoute-t-il.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X