En direct

Grand Paris Express : les élus franciliens et la FNTP soulagés et satisfaits
Le réseau de transports du Nouveau Grand Paris - © © Stif

Grand Paris Express : les élus franciliens et la FNTP soulagés et satisfaits

le 07/03/2013  |  Grand ParisFNTPGrand Paris ExpressEtatTravaux sans tranchée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Grand Paris
FNTP
Grand Paris Express
Etat
Travaux sans tranchée
International
France
Oise
Yvelines
Seine-et-Marne
Bouches-du-Rhône
Transports mécaniques
Valider

La quasi-totalité des élus d’Ile de France, les associations de promotion des transports collectifs et la fédération des travaux publics se félicitent des choix annoncés le 6 mars par le Premier ministre. Le Grand Paris aura bien son métro automatique à l’horizon 2030 et 27 milliards d’euros seront investis dans ce projet structurant.

Le 6 mars, à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), Jean-Marc Ayrault a donné le top départ du Grand Paris des transports. Le projet baptisé « Nouveau Grand Paris » combine la création du Grand Paris Express, métro automatique de 200 km et 72 gares, qui mobilisera 27 milliards d’euros à l’horizon 2030, avec l’amélioration du réseau existant pour 7 milliards. Les annonces du Premier ministre ont suscité de nombreuses réactions. Globalement, les élus franciliens, à l’exception de ceux des Yvelines, expriment  leur satisfaction, de même que la Fédération nationale des travaux publics.  En revanche, certains élus de province déplorent le poids des investissements réalisés en région parisienne par rapport à l’enveloppe consacrée au développement des transports collectifs dans les autres territoires.

-Patrick Bernasconi, président de la Fédération nationale des travaux publics : «  C’est un signal positif à double titre : pour les Franciliens, pour qui ce projet promet, en modernisant le réseau de transport, de rendre le territoire compétitif à l’échelle internationale et de renforcer l’attractivité des pôles de développement économique ; pour les   entreprises de Travaux Publics qui sont fortement mobilisées sur ce projet.   La FNTP se félicite de l’adoption d’un échéancier précis avec des points d'étape. Le démarrage des travaux dès 2015 est une bonne nouvelle.  La FNTP rappelle que la profession est parfaitement capable de construire l’infrastructure dans les meilleurs délais. Les entreprises françaises utilisent en effet régulièrement une vingtaine de tunneliers, d’un diamètre supérieur à 4 mètres, travaillant dans tous les types de terrain à travers le monde et sont en mesure, avec leurs fournisseurs, de mobiliser aisément les 6 à 10 tunneliers nécessaires à la réalisation du Grand Paris Express.

-Bertrand Delanoë, maire PS de Paris : « Je salue la décision du Premier ministre de réaliser le Grand Paris Express dans son intégralité avec un financement et un calendrier clairement définis. (…). Si la rocade de proche couronne et le prolongement de la ligne 14 sont nécessaires au soulagement d’un réseau saturé et d’une demande croissante, ce projet s’intègre dans un programme global, visant l’amélioration de l’ensemble des déplacements en Ile-de-France, notamment l’amélioration de la desserte aéroportuaire. (…) Cette véritable naissance du Grand Paris Express est possible grâce à l’implication très volontaire des élus locaux, emmenés par le président du conseil régional Jean-Paul Huchon. Alors que Nicolas Sarkozy était dans l’imprécation et les annonces, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault réussit à mobiliser des moyens à la hauteur des enjeux. »

- Jean-Paul Huchon, président PS de la région Île-de-France: « Compte tenu des sommes en jeu et de l'effort de l'État, c'est historique. La différence avec le précédent projet: c'est financé et ça démarre. On n'est plus dans les plans sur la comète mais dans le vif du sujet. Dans un océan de rigueur et de réduction de dépenses, le fait de décider d'investir vraiment, ce qui va créer des emplois et de l'attractivité, c'est courageux et c'est bien ! Je suis impressionné par la constance de Jean-Marc Ayrault, son acharnement à sortir ce dossier des limbes et à le faire vivre. »

-GART (Groupement des autorités responsables de transport). « Le Gart tient également à saluer la solution innovante proposée par le Premier ministre en matière de financement : la mise en œuvre de leviers permettant aux collectivités de mieux contrôler les recettes tirées du stationnement sur voirie. Cette mesure, qui n’a pas vocation à rester cantonnée à l’Ile-de-France, doit contribuer à la modernisation et au développement des réseaux de transport public ».

-Association Grand Paris : « Si le projet de métro rapide du Grand Paris a connu autant de versions que de ministres du Grand Paris, le projet est désormais finalisé et permet la création d'un premier maillage opérationnel qui va combler une partie du retard. Si le projet semble encore insuffisant et ne permet pas à lui seul de combler 30 ans de déficit structurel d'investissement dans les transports en communs franciliens, il permet d'améliorer dans un délai raisonnable les points noirs du réseau actuel. Nous saluons l'engagement financier et politique structurant de la région Ile de France, qui doit rester le maître d'œuvre du Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) et du réseau du « Nouveau Grand Paris » afin d'assurer la continuité et la cohérence de la mobilité francilienne dont elle est le chef de file naturel et le garant. »

- Maurice Leroy (UDI), ex-ministre chargé du Grand Paris : « Les arbitrages rendus sont une juste actualisation des décisions que nous avions prises, avec Jean-Paul Huchon, en signant l'accord historique du 26 janvier 2011. Ils confirment les objectifs que nous avions fixés : améliorer les mobilités quotidiennes, connecter les territoires d'excellence et les points stratégiques du Grand Paris entre eux et avec Paris, et désenclaver les territoires oubliés par les transports. J'appelle le gouvernement à tout mettre en œuvre pour ne pas perdre une minute supplémentaire dans la réalisation du Grand Paris Express, notamment au plan budgétaire. Il est aussi nécessaire que l'État engage une réflexion sur l'assouplissement des règles relatives à la réalisation des grands travaux d'intérêt national afin d'en réduire les délais d'exécution, et qu'il assure un suivi fiable des travaux. »

- Stéphane Troussel, président PS du conseil général de Seine-Saint-Denis : « Les évolutions proposées vers des transports automatiques à capacité adaptée pour certaines branches du projet afin de faire coïncider la réalité des besoins et les moyens financiers disponibles doivent maintenant être examinées en détail pour confirmer qu’elles offrent aux territoires concernés une desserte suffisante. Il faudra être particulièrement attentif à la qualité des connections avec le réseau existant et à la qualité des correspondances pour limiter les ruptures de charge. Il est indispensable que les collectivités soient associées à cette réflexion menée par le STIF et la Société du Grand Paris.

 -Valérie Pécresse, députée des Yvelines, présidente du groupe UMP au conseil régional d’Ile-de-France conseillère régionale d’Ile-de-France : « Déception et inquiétude (...) Déception car, malgré l'engagement de réaliser les 72 gares et les 200 km de réseau, la grande couronne, oubliée de la +Métropole de Paris+, est de nouveau le parent pauvre du gouvernement. (...) Grande inquiétude enfin car après 10 mois de tergiversations, le Premier ministre n'a toujours pas proposé de plan de financement crédible et réussit même le tour de force d'annoncer une nouvelle augmentation des impôts sans assurer l'avenir du projet. Qui peut croire qu'une hausse de la taxe sur les bureaux et des amendes de circulation, même massive, permettra de récolter les 6,5 milliards d'euros de ressources nouvelles nécessaires pour la réalisation du réseau? »

-François de Mazières, député-maire UMP de Versailles  (Yvelines): « L'ouest est le grand oublié de ce projet. En effet contrairement à ce que le Gouvernement avance, il y a bien un séquençage de la réalisation du Nouveau Grand Paris. Versailles et les Yvelines arrivent en toute dernière phase de la programmation soit 2030, en terminus d’une boucle inachevée, avec un système de transport d’ores et déjà annoncé d’une moindre capacité que sur le reste du réseau. »

-Dominique Lefebvre, député PS du Val d’Oise, président de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise : « Je note que les nouvelles orientations du Grand Paris auront des répercussions directes et positives pour l’agglomération de Cergy-Pontoise. Elles viennent confirmer les dispositions pour améliorer la question des transports. L’engagement financier de l’Etat, à hauteur de 7 milliards d’euros, permettra la modernisation du réseau existant et une amélioration sensible du quotidien des voyageurs. Elles confortent le schéma directeur du RER A. »

-Jean-Pierre Blazy, député-maire PS de Gonesse (Val d’Oise) : « Ces annonces permettront le développement de l'Est du Val d'Oise et contribueront à la réduction de la fracture territoriale en Île-de-France. Cependant, le compte n'y est pas tout à fait. La  gare du Triangle de Gonesse ne sera reliée à Roissy-CDG qu'en 2027 alors qu'il s'agit de l'un des principaux pôles d'emplois. (…). Le Premier ministre a réaffirmé le principe selon lequel le budget de l'Etat ne contribuera pas à la réalisation de CDG Express. Cependant, l'engagement doit être pris clairement que cette infrastructure ne sera pas mise en service avant 2027 date à laquelle fonctionnera l’intégralité de la ligne rouge entre Pleyel et Le Mesnil-Amelot.

A Marseille , le Grand Paris Express fait grincer les dents

 A peine connu le détail du projet Grand Paris Express, le site d’informations locales « Marsactu » s’est fait l’écho de réactions d’élus et de personnalités phocéennes qui comparent –parfois avec humour- le montant colossal de l’investissement annoncé pour réaliser l’infrastructure francilienne et les problèmes de financement qui entravent le développement du réseau de transports marseillais ( http://www.marsactu.fr/environnement/transports-les-milliards-du-grand-paris-passent-mal-a-marseille-30519.html ).

Le média en ligne cite notamment le tweet grinçant de Jean-Yves Petit, vice-président (EELV) du conseil régional qui propose d’échanger « 3 milliards d'euros pour la région PACA contre un peu de soleil pour le grand Paris ».  Plus pragmatique, le président (EELV) de la Régie des Transports Marseillais, Karim Zéribi, observe qu’ « avec seulement 3 à 5 milliards d'euros on métamorphoserait Marseille et ses environs ».  Autre coup de gueule : celui de la sénatrice (PS) Samia Gahli qui affirme : «  Nous avons à Marseille, deux  malheureuses lignes de métro qui ne font que 12 kilomètres et un tramway qui ne dessert que le  centre-ville. Notre retard est considérable. Nous avons besoin nous aussi d’un engagement financier fort de l’Etat au travers d’un « Plan pluriannuel de développement des transports collectifs en site propre » pour Marseille ».

 Répondant à la polémique qui enfle sur le Vieux-Port, Cécile Duflot affirme, de son côté, que l’Etat n’interviendra que très marginalement dans le financement du Grand Paris Express.  «12 millions d'habitants en Ile-de-France, davantage de voyageurs/jour sur la seule ligne B du RER que sur tous les TER en France », tweete ironiquement la ministre du Logement.

Commentaires

Grand Paris Express : les élus franciliens et la FNTP soulagés et satisfaits

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur