En direct

Grand Paris Express : le maître d'ouvrage ajuste les calendriers des appels d’offres
Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), maître d’ouvrage du Grand Paris Express. - © Florent Maillet / Le Moniteur
Décryptage

Grand Paris Express : le maître d'ouvrage ajuste les calendriers des appels d’offres

Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) |  le 26/03/2019  |  Travaux publicsSociété du Grand ParisGrand Paris ExpressJO 2024Thierry Dallard

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Travaux publics
Société du Grand Paris
Grand Paris Express
JO 2024
Thierry Dallard
Marchés publics
Valider

La Société du Grand Paris recale les plannings de lancement de ses marchés, ligne par ligne. Objectif visé : permettre au plus grand nombre d’entreprises de répondre et donner à celles-ci une visibilité sur cinq ans.

Après avoir transmis au Premier ministre, fin décembre, un plan d’optimisation permettant de réduire d’environ 10 % le coût à terminaison du Grand Paris Express, Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), s’est attelé à un travail de calage des plannings des appels d’offres, ligne par ligne.

Sont concernées la ligne 16 et la 18 pour les lots 3, qui n’ont pas encore été lancés, la 17, la 15 ouest et la 15 est. « L’objectif est de lisser les appels d’offres afin que les entreprises soient toujours en capacité d’y répondre », explique Thierry Dallard.

La SGP veut ainsi éviter de lancer quatre ou cinq marchés de génie civil en même temps. « Toutes les entreprises ne pourront pas y répondre. Elles vont donc opérer des choix et nous allons nous retrouver avec une absence de concurrence. Or, notre souci est d’avoir le maximum de grandes entreprises qui candidatent sur le plus grand nombre de lots et en l’occurrence sur tous les lots », fait valoir le président du directoire.

Sur le même sujet Grand Paris Express : «Augmenter notre capacité à gérer les aléas»

Autre objectif : drainer davantage d'entreprises étrangères, afin de stimuler la concurrence, comme l'annonçait au moniteur Thierry Dallard. Une politique déjà visible : en octobre 2018, c'est l'italien Salini-Impregilo, associé à NGE, qui avait emporté le deuxième marché de la ligne 16 ("lot 16-2"). En début d'année, Demathieu Bard, mandataire d'un groupement  à forte coloration européenne (Implenia, Impresa Pizzarotti, des filiales du géant néerlandais Royal BAM), remportait le lot 17-1.

A une condition toutefois : "pour une entreprise européenne, il faut un partenaire local [français, NDLR]".

Dialogue avec les entreprises

Pour chaque ligne, le maître d’ouvrage du GPE essaie donc de déterminer à quel moment lancer les marchés et les notifier. Pour cela, il marie trois éléments : la concomitance des marchés ; les délais nécessaires pour permettre aux équipes de basculer d’un chantier à l’autre et la taille des lots.

Ce travail s’effectue en dialogue avec les entreprises, qui sont notamment consultées sur leur capacité à mobiliser les moyens humains nécessaires. « L’enjeu est de définir un calendrier qui procure aux entreprises une visibilité sur cinq ans et leur donner ainsi la capacité de prévoir les ressources et les embauches », indique Thierry Dallard.

Tous les appels d’offres signés avant les JO de 2024

« Les différents scénarios sur lesquels nous planchons respectent l’intégralité de la feuille de la route fixée par le gouvernement en février 2018. Tous les appels d’offres seront signés avant les Jeux olympiques de 2024 », ajoute le président du directoire.

Le rapport d’audit remis à l’été

Cet ajustement des calendriers devrait s’achever en avril, de manière à pouvoir être transmis à la société PwC. Depuis l’automne dernier, celle-ci est chargée à la fois par le conseil de surveillance et par le directoire d’un audit technique et financier du fonctionnement de la SGP.

PwC devrait rendre son rapport à l’été, qui sera alors présenté au conseil de surveillance de la SGP de juin ou de septembre.

Lire aussi : le premier rendez-vous de la ligne 18 fixé en 2026

Commentaires

Grand Paris Express : le maître d'ouvrage ajuste les calendriers des appels d’offres

Votre e-mail ne sera pas publié

fosdaj

26/03/2019 09h:42

Sous l'apparence de la "vraie bonne idée" de programmation des immenses travaux pilotés par la SGP, se pose malgré tout la question du respect du droit de la concurrence. Rappelons que les entreprises majors du BTP sont régulièrement sanctionnées pour "voler" de l'argent public via des ententes (art. 420-1 du code de commerce) (pour preuve, aller sur le site de l'autorité de la concurrence - Adlc- et taper entente"). Mais en l'occurrence, c'est l'acheteur qui facilite la répartition "harmonieuse" des contrats pour permettre aux entreprises de répondre. Et le diagramme de Gantt créé par M. DALLARD est réalisé "en collaboration avec les entreprises". Ca sent l'entente frauduleuse. Qu'en pense l'Adlc ou la DG Comp ? Mediapart devrait il s'intéresser au dossier, avec Transparency International, l'Agence Française Anticorruption (AFA) ou encore l'Office Central de Lutte Contre les Infractions Financières et Fiscales (OCLCIFF) ? Wait and see.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur