En direct

Grand Paris Express : le futur président du directoire de la SGP tente de rassurer
Jean-François Monteils auditionné par le Sénat le 9 mars 2021. - © capture d'écran Sénat

Grand Paris Express : le futur président du directoire de la SGP tente de rassurer

A.P avec AFP |  le 11/03/2021  |  Société du Grand ParisGrand Paris ExpressGrand Paris - Ile-de-FranceJean-François Monteils

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Société du Grand Paris
Grand Paris Express
Grand Paris
Grand Paris - Ile-de-France
Jean-François Monteils
Valider

Le projet du métro Grand Paris, en construction autour de la capitale, "ira au bout", a assuré devant le Parlement, Jean-François Monteils, candidat désigné par l'exécutif pour diriger la Société du Grand Paris (SGP) qui construit l'ouvrage.

Sa nomination à  la présidence du directoire tout juste approuvée le 9 mars par le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris, Jean-François Monteils a été auditionné par les commissions du développement durable et de l'aménagement du territoire du Sénat et de l'Assemblée nationale, qu'il a tenté de rassurer sur la réalisation du Grand Paris Express.

"Ce projet connaîtra évidemment encore de nombreuses vicissitudes. C'est le lot de tout grand projet public des temps modernes. (...) Mais ce projet ira au bout", a-t-il affirmé devant la commission du développement durable du Sénat.

Les lignes 17 (vers Roissy au nord) et 18 (du côté de Saclay au sud-ouest), notamment, sont encore contestées par des organisations d'usagers et de défense de l'environnement, qui les trouvent bien chères compte tenu du trafic attendu.

"Je n'ai pas de prévisions", a dit M. Monteils, interrogé sur la possibilité d'ouvrir certains tronçons en Seine-Saint-Denis à temps pour les jeux Olympiques de 2024.

Des "solutions dégradées"

Le chantier, "déjà tendu", a été retardé de trois à neuf mois par la pandémie, mais des "solutions dégradées" sont à l'étude, a-t-il noté. "Elles nécessiteront des arbitrages."

Peu disert sur les détails, M. Monteils a promis qu'il n'y aurait pas de rupture avec la gestion du président du directoire sortant de la SGP, Thierry Dallard, un ingénieur respecté dont le gouvernement n'a pas renouvelé le mandat.

Il a estimé qu'il n'y avait "pas d'évolution réellement significative" dans le coût du projet, évalué à quelque 35 milliards d'euros pour construire 200 km de métro.

Le président de la commission de l'aménagement du territoire, Jean-François Longeot (Doubs, UDI), n'a pas caché un certain agacement au début de l'audition, Thierry Dallard n'étant en fonction que depuis mai 2018 : "Depuis la création de l'établissement (de la SGP) en 2010, quatre et bientôt cinq présidents du directoire se sont succédés. (...) Cette instabilité nous interroge, voire nous inquiète", a pudiquement noté le sénateur.

"Je n'ai pas été candidat, je n'ai pas pu refuser", a relevé Jean-François Monteils, un proche du Premier ministre Jean Castex.

Commentaires

Grand Paris Express : le futur président du directoire de la SGP tente de rassurer

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil