En direct

Grand Paris Express : l’italien Salini remporte le second lot de la ligne 16
Tracé de la Ligne 16 du Grand Paris Express. Le lot 16-2 inclut plus de 11 km de voies, entre l’ouvrage de raccordement au centre d’exploitation d’Aulnay et le puits Bel-Air sur la commune de Chelles. - © © SGP

Exclusif

Grand Paris Express : l’italien Salini remporte le second lot de la ligne 16

Florent Maillet, Jessica Ibelaïdene et Nathalie Moutarde |  le 19/10/2018  |  NGESociété du Grand ParisVie du BTPGrand Paris ExpressGénie civil

Le contrat, d’un montant de près de 720 millions d’euros, est attribué à Salini Impregilo, NGE intervenant pour le moment en sous-traitance. Il comprend le génie civil de 11,1 km de voies en tunnel et quatre gares. C’est la première fois qu’un marché de génie civil du Grand Paris Express est confié à une entreprise étrangère en tant que mandataire.

C’est l’entreprise italienne Salini Impregilo qui remporte le deuxième marché de génie civil de la ligne 16 du Grand Paris Express (GPE) (lot 16-2), pour un montant de 718,8 millions d’euros (hors taxes), ont fait savoir au Moniteur plusieurs acteurs, ce vendredi 19 octobre 2018. Un "timing" d'attribution conforme aux prévisions de la Société du Grand Paris (SGP). Selon nos informations, Salini a remporté seul ce marché mais NGE intervient pour le moment en sous-traitance, à hauteur de 35% du contrat.

Les travaux du lot 16-2 concernent le tronçon entre l’ouvrage de raccordement au centre d’exploitation d’Aulnay et le puits Bel-Air sur la commune de Chelles, soit le génie civil de 11,1 km de voies en tunnel et quatre gares - Aulnay, Sevran-Beaudottes, Sevran-Livry, Clichy-Montfermeil -, notamment. Deux tunneliers doivent intervenir sur ce tronçon, dont la mise en service est prévue pour fin 2024.

Alors que ce marché était très convoité par des entreprises et majors françaises, c’est la première fois qu'une société étrangère emporte, en tant que mandataire, un marché de génie civil sur le GPE.

Salini Impregilo et NGE se connaissent bien. En mars dernier, la co-entreprise créée par les deux sociétés, avec NGE comme mandataire cette fois-ci, avait remporté le lot 4 de la ligne 14 Sud, pour 203 millions d'euros.

"Il faut que le marché soit le plus compétitif possible"

« Le fait que nous attribuions ce marché à une entreprise italienne est le signe de l’attractivité du projet pour la filière européenne du BTP et de notre capacité à faire appel à de nouveaux acteurs, dans un marché de la construction en très forte tension », explique Thierry Dallard, le patron de la Société du Grand Paris, maître d’ouvrage du Grand Paris Express, dans un communiqué.

Thierry Dallard avait annoncé en septembre, dans les colonnes du Moniteur, sa volonté d'attirer les entreprises étrangères sur les marchés du GPE. "Il  faut que le marché soit le plus compétitif possible et, donc, toutes les entreprises compétentes sont les bienvenues", expliquait-il.

Sur le même sujet Grand Paris Express : «Augmenter notre capacité à gérer les aléas»

En d'autres termes, la SGP veut stimuler la compétition sur les colossaux marchés de génie civil, afin d'en réduire le coût. Suite aux dérapages budgétaires constatés sur le GPE, le gouvernement a en effet clairement imposé des économies de l'ordre de 10% sur le projet dans sa globalité.

Et c'est exactement ce qui vient de se produire à travers ce lot 16-2 : estimé en début d'année à quelque 800 M €, il est aujourd'hui attribué à un nouveau compétiteur, Salini, qui a donc été le mieux-disant avec une proposition à 720 M€, soit... 10% de moins que le montant du marché envisagé.

Le Grand Paris Express, objectif annoncé de Salini

Salini Impregilo, lui, se félicite du gain de ce contrat : "Ce nouveau contrat, le lot 16-2 du Grand Paris Express, marque le retour du groupe en France, vingt ans après les travaux exécutés entre 1992 et 1998 sur la Liaison Express Eole, et sur la ligne Meteor, toutes deux à Paris".

Sur le même sujet Salini Impregilo : Paris à tout prix

Dans les colonnes du Moniteur, Claudio Lautizi, le directeur général des opérations internationales du groupe italien, avait annoncé en juillet 2017 sa ferme intention de remporter des marchés de génie civil sur le méga-chantier du GPE. "Les majors françaises ne pourront pas répondre à tous les lots", indiquait-il.

NGE double son carnet de commandes

Pour l'entreprise NGE, c'est également un énorme coup. "Le lot 16-2 fait partie des plus importants sur le GPE. Avec 11km, 4 gares, 11 ouvrages annexes, 2 tunneliers en action, des parois moulées jusqu'à 66 mètres de profondeur, nous allons pouvoir mobiliser tous nos métiers et toutes nos filiales", se réjouit Antoine Metzger, président du groupe, interrogé par Le Moniteur. L'occasion de démontrer "notre capacité à réaliser des travaux souterrains" et de doubler son carnet de commandes sur le GPE. Il passera ainsi à 600M€.

Les travaux dureront 63 mois, dont 3 mois de préparation. Le chantier mobilisera 850 emplois au total. "Nous devons monter en quelques semaines une équipe qui fonctionnera presque comme une entreprise à elle seule, capable de partir de zéro et réaliser 144M€ de travaux en moyenne chaque année pendant cinq ans."

Le groupe, qui devrait flirter avec 2Mds€ - sinon les dépasser - de chiffre d'affaires en 2018 est-il assez solide pour assumer cette charge ? Car NGE est déjà présent sur 12 autres lots, comme le T2C sur la 15 Sud (avec Demathieu Bard) ou encore les systèmes du mégalot 16-1 (mené par Eiffage) pour ne citer qu'eux. Et en comptant le 16-2, il sera opérateur de 6 tunneliers.

Antoine Metzger l'assure, son groupe n'a pas les yeux plus gros que le ventre. "Cela reste raisonnable par rapport à la taille de notre entreprise, car les lots s'échelonnent sur une longue durée". Suffisamment donc pour tout absorber.

Commentaires

Grand Paris Express : l’italien Salini remporte le second lot de la ligne 16

Votre e-mail ne sera pas publié

Guydegif(91)

19/10/2018 10h:24

Bonjour, Espérons que cette option italienne, sans doute au moins disant, ne veut pas dire "au rabais" !...ou façon EPR avec des avenants à prix or des compléments de réalisation. Espérons donc que GPE a bétonné les closes de "non-réalisation dans les temps et selon le budget du devis", selon le Cahier des Charges et selon les règles de l'art, en tout objectivité. A suivre de près ! Salutations Guydegif(91)

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur