Grand Paris

Grand Paris Express : Eiffage, TSO et Razel Bec remportent le « méga lot » de la future ligne 16

Mots clés : Entreprise du BTP - Industriels du BTP - Politique des transports

Le groupement Eiffage – TSO (NGE) – Razel Bec (Fayat) se voit attribuer le lot « 16-1 ». Face à lui, un consortium à l’envergure inédite réunissait Bouygues et Vinci.

Et le « méga-lot » de la future ligne 16 du Grand Paris Express (GPE) est attribué à Eiffage Génie Civil, TSO (filiale ferroviaire de NGE) et Razel Bec. On a appris ce mardi 16 janvier que ce groupement était l’attributaire du lot 16-1, qui doit relier Saint-Denis Pleyel (93) et son futur village olympique des JO 2024 au Blanc-Mesnil (93). Un tracé qui suppose des travaux de génie civil colossaux (19,6 km de tunnels à réaliser avec 6 tunneliers envisagés), mais aussi cinq gares souterraines, comme l’explicite l’appel d’offres . Montant total du marché, selon « Les Echos » : 1,7 milliard d’euros. Selon nos informations, il devrait être notifié le 25 ou le 26 janvier au plus tard.

A ce stade, la Société du Grand Paris (SGP), maître d’ouvrage, ne fait pas de commentaire : le marché est encore « en cours de mise au point ».



 

Alliance inédite entre Bouygues – Vinci

 

Sur ce lot extrêmement convoité, Eiffage (mandataire) et Razel Bec l’ont notamment emporté face à un groupement « musclé », puisqu’il réunissait deux majors, une première dans les réponses à appels d’offres du GPE. Alors qu’ils répondent d’habitude séparément, le binôme Bouygues Travaux Publics / Soletanche Bachy et le groupement Vinci Construction France / Spie Batignolles se sont réunis pour tenter de l’emporter. La réponse du groupement Eiffage – TSO– Razel Bec serait mieux-disante de 125 millions d’euros, selon nos informations.

Malgré plusieurs inquiétudes exprimées par les élus locaux, notamment, l’attribution de ce lot capital pour desservir le Nord de Paris, dans l’optique des futurs JO, et pour désenclaver ces territoires, se fait dans les temps. La Société du Grand Paris avait en effet annoncé une attribution entre la fin 2017 et janvier 2018.

 

Flou sur l’agenda

 

Aucune information n’a encore filtré, en revanche, sur la date d’attribution des deux autres lots de la ligne 16, le 16-2 (11,1 km de tunnel, quatre gares entre Aulnay et Clichy-Montfermeil) et le 16-3 (5,5 km environ de tunnel, une gare à Chelles et la jonction à Noisy-Champs avec la ligne 15 sud). Dans les deux cas, l’attribution devait avoir lieu fin 2017, avait annoncé la SGP. Une chose est sûre : ils seront eux aussi disputés. Vinci avait notamment fait part dans les colonnes du Moniteur de son intention de se porter candidat à l’ensemble des lots du Grand Paris Express.

Quant à la suite du projet Grand Paris Express, le gouvernement, échaudé par les montants revus à la hausse des travaux, doit trancher courant janvier dans une ambiance électrique. De nombreux élus locaux craignent que les lignes 17 (section entre Saint-Denis Pleyel et l’aéroport de Roissy) et 18 (tronçon entre l’aéroport d’Orly et le Plateau de Saclay), dont la livraison était prévue à l’origine en 2024 ne soient considérablement retardées. Ce qui semble déjà le cas.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X