En direct

GRAND OUEST Premiers projets des contrats de plan

bertrand escolin |  le 10/12/1999  |  Collectivités localesAménagementTransportsFrance Morbihan

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Aménagement
Transports
France
Morbihan
Finistère
Ille-et-Vilaine
Cher
Côtes-d’Armor
Loire-Atlantique
Loiret
Seine-Maritime
Paris
Orne
Architecture
Valider

En attendant le vote des conseillers régionaux

Alors que viennent d'être annoncées les nouvelles enveloppes de l'Etat pour les prochains contrats de plan (2000-2006), qui seront signés d'ici quelques semaines, plusieurs projets semblent faire l'unanimité et se dégagent nettement de la négociation en cours, notamment en matière d'infrastructures.

Bretagne : poursuite du programme routier

En Bretagne, la route et la qualité de l'eau sont au coeur du prochain contrat. Bien dotée avec 6 milliards de francs, la Bretagne reçoit pourtant une enveloppe routière jugée insuffisante (1,396 milliard de la part de l'Etat) : il semble donc difficile d'envisager l'achèvement de la RN164, également appelée route de Bretagne centrale, avant 2006, d'un coût estimé à 2 milliards de francs. « Sur ce sujet, la position de l'Etat est de faire aussi bien que dans le précédent contrat, à savoir d'y investir environ 700 millions de francs », estime la préfecture. Avec cette différence de taille : l'enveloppe avait été programmée sur cinq ans (1994-1998).

Sous réserve d'un accord avec les collectivités territoriales, la priorité serait donc donnée à l'achèvement de la RN176 et de l'A84, ainsi qu'aux opérations urbaines, notamment le raccordement complet du périphérique de Rennes, la mise à 2 3 voies de l'accès à Lorient ou encore - avec des niveaux d'investissement moins importants - les rocades de Brest, Vannes, Saint-Brieuc et Quimper.

Par ailleurs, l'enveloppe consacrée au rail (580 millions) va permettre de financer les investissements nécessaires complémentaires au TGV Rennes-Le Mans. L'amélioration des tracés et la suppression des passages à niveaux seront donc programmées sur les axes Rennes-Brest, Rennes-Quimper et Rennes-Saint-Malo. Parmi les autres décisions clés : une dotation spécifique de 170 millions est prévue pour aider à la reconversion des sites militaires de Brest, Lorient et Quimper.

Centre : cap sur le ferroviaire

Le contrat de la région Centre sera soumis au vote au mois de janvier. Dotés de 4,04 milliards de crédits, les élus semblent assez satisfaits : « nos demandes ont été intégralement prises en compte, notamment en ce qui concerne l'agriculture, le développement ferroviaire, le domaine de la santé et du social et enfin les nouvelles technologies de l'information », estime Michel Sapin, président du conseil régional.

Le Centre touchera en effet plus de 4 milliards de l'Etat contre 2,3 milliards pour le précédent contrat de plan. Même en tenant compte des durées non comparables -on passe de cinq à sept ans - l'effort est conséquent : 570 millions par an contre 460 millions.

D'ores et déjà, plusieurs grands projets, notamment dans le domaine ferroviaire, sont actés : réouverture aux voyageurs de la ligne Orléans-Chartres, modernisation de la ligne Nantes-Lyon (et en particulier électrification entre Vierzon et Tours), aménagement de la ligne Paris-Orléans-Limoges (150 millions), implantations de plate-formes multimodales pour le fret à Orléans, Tours et Vierzon. Au total, les crédits pour le fer passent de 48 millions dans le précédent plan à 607 millions. Dans le même temps les crédits routiers stagneront, passant de 840 millions à 964 millions. L'accord a également été trouvé sur le chantier des NTIC et le développement du réseau de transmission à hauts débits avec 117 millions de crédits d'Etat. L'environnement (145 millions), l'aménagement de la Loire (225 millions) et l'enseignement supérieur (549 millions) connaîtront également de fortes hausses.

Pays de la Loire : TGV, ports et aéroport à l'étude

En Pays de la Loire, bien que l'enveloppe atteigne 4,7 milliards (dont un milliard de rallonge), le président de région, François Fillon estime que l'Etat n'a rejoint les priorités régionales que sur l'interconnexion TGV au sud de Paris, et l'électrification de Nantes-La Roche-sur-Yon, les Sables d'Olonne. « Mais les crédits pour l'enseignement supérieur, la recherche et l'environnement ne sont pas à la hauteur ».

La négociation est loin d'être terminée, mais on peut estimer que les axes suivants, retenus par le préfet et le conseil régional constitueront le canevas du prochain contrat de plan : le Plan Loire grandeur nature, négocié entre les sept régions, d'un montant de 172 millions pour les Pays de la Loire ; Autres projets : 262 millions pour les travaux d'environnement, notamment pour assurer l'entretien des levées de la Loire (Authion, Divatte, et confortement du lit entre Nantes et Bouchemaine). Sur le maritime, l'extension du terminal de Montoir et du port de Nantes-Saint-Nazaire-sur-Donges Est semblent acquis.

Les routes, qui ont souffert d'un mauvais taux de réalisation de l'ancien contrat de plan (80 % des crédits utilisés), feront l'objet d'une attention particulière, notamment pour les travaux de mise en sécurité du réseau existant avec un montant de crédits de 976 millions de francs : sont décidées la fin de la RN 160, la mise en 2 2 voies sur la Roche-les Sables, la mise hors gel de Laval-Saint-Nazaire (RN 171) et les contournements des principales agglomérations.

Les études pour le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes sont également budgétées.

Parmi les réalisations hors contrat de plan en matière culturelle : 183 millions de francs pour les restructurations des musées des Beaux -Arts d'Angers, du musée Dobrée et du château des Ducs à Nantes, la décision de construire une nouvelle école d'architecture régionale sur l'île de Nantes.

Haute-Normandie : restauration du patrimoine

Enfin, la Haute-Normandie semble accueillir très positivement la nouvelle dotation de l'Etat, soit 4,054 milliards avec Port 2000, financé hors contrat de plan. Le vote de l'assemblée régionale est fixé le 17 janvier prochain et la signature définitive du contrat devrait intervenir courant février.

Avec une seconde enveloppe de 767 millions s'ajoutant aux 2 306 millions déjà annoncé, le préfet de région Bruno Fontenaist a indiqué avoir obtenu plusieurs crédits supplémentaires de l'Etat dont 25 millions pour Port 2000 et 63 millions pour le barreau de raccordement entre la RN154 et la RN12.

Il a surtout révélé un certain nombre de choix opérés par le gouvernement. Ainsi, le Préfet propose le principe d'un programme exceptionnel de restauration du patrimoine monumental « qui pourrait tourner autour de 350 millions », la rénovation de l'Ecole nationale de la marine marchande de Sainte-Adresse, le regroupement de l'INSA au Madrillet, au sud de Rouen ou encore le comblement d'un retard de 500 places dans les Centres d'aides par le travail.

« Il est temps également de donner un vrai départ au mode fluvial », a également commenté Bruno Fontenaist, relevant au passage que jusqu'alors les crédits étaient « peu utilisés ». Ainsi l'Etat prévoit-il 60 millions de francs pour contribuer à la rénovation de trois écluses sur la Seine, à Tancarville, Amfreville-la-Mivoie et Poses.

Plus attendus mais tout aussi conséquents, les efforts de l'Etat portant sur les infrastructures ferroviaires (de 61 à 190 millions) et sur les routes (de 650 à 973 millions) devraient redonner le moral aux entreprises de travaux publics. Dans cette pré-programmation quelques absences ont toutefois déjà été relevées par divers élus : le tronçon Rouen-Alençon de l'A28, le début des travaux du contournement Est de Rouen et la grande salle de sports de l'agglomération rouennaise.

Basse-Normandie : dotation envers les routes

Enfin, en Basse Normandie, l'investissement de l'Etat s'élèvera à 3,5 milliards de francs, hors opération Mont Saint-Michel et liaison ferrée Val-de-Seine. « La région a accepté d'aller à parité sur la presque totalité des lignes et au-delà des 50/50 pour les routes nationales » a commenté Hubert Fournier, préfet de région.

La deuxième enveloppe va notamment permettre de renforcer la dotation envers les routes (+ 250 millions), et de commencer les travaux de l'A88 (Falaise-Sées) début 2003 et de la boucler très largement dans le prochain contrat de plan dont la signature est annoncée pour février 2000.

«Il est temps de donner un vrai départ au mode fluvial»

Bruno Fontenaist, Préfet de la région Haute-Normandie

PHOTO : Port 2000 bénéficiera d'une nouvelle dotation de l'Etat, soit un peu plus de 4 milliards financés hors contrat de Plan.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil