En direct

GRAND EST Les orientations des nouveaux maires Inflexions à Strasbourg, impulsion à Dijon

le 23/03/2001  |  ConjonctureCollectivités localesArchitectureAménagementBas-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
Collectivités locales
Architecture
Aménagement
Bas-Rhin
Côte d'Or
Doubs
Haute-Corse
Haut-Rhin
Moselle
Nièvre
Saône-et-Loire
Yonne
France entière
Etat
Valider

Sept des 14 préfectures des régions de la zone Est du «Moniteur» (Alsace, Lorraine, Bourgogne et Franche-Comté) ont élu leur maire dès le premier tour. Tous appartiennent à l'opposition parlementaire.

Les réélections concernent Gilbert Meyer, maire RPR de Colmar (Haut-Rhin), Michel Heinrich, maire RPR d'Epinal (Vosges), Bertrand Pancher, maire UDF de Bar-le-Duc (Meuse), Alain Joyandet, maire RPR de Vesoul (Haute-Saône), et Jacques Pelissard, maire RPR de Lons-le-Saunier (Jura).

La droite conquiert deux villes dont les maires sortants ne se représentaient pas : à Sens (Yonne), Marie-Louise Fort (UDF) succède à Jean Cordillot (PCF) ; à Mâcon (Saône-et-Loire), Jean-Patrick Courtois (RPR) remplace Michel Antoine Rognard (PS).

En dehors de Strasbourg et Dijon, la stabilité a marqué les choix du second tour des municipales : André Rossinot et Jean-Marie Rausch pour l'opposition, Jean-Pierre Chevènement et Didier Boulaud pour la majorité plurielle, conservent respectivement Nancy, Metz, Belfort et Nevers. La gauche garde Besançon, où Jean-Louis Fousseret succède à Robert Schwint. Deux métropoles industrielles conservent également leur maire. Il s'agit de Louis Souvet (UDF) à Montbéliard (Doubs), et de Jean-Marie Bockel (PS) à Mulhouse (Haut-Rhin).

Fabienne Keller, nouveau maire de Strasbourg Artisan du dialogue éducation-entreprise

En s'installant dans le fauteuil de Catherine Trautmann, Fabienne Keller, 41 ans, trouvera un copieux menu de projets en attente d'une nouvelle impulsion : la future place de l'Etoile, première pierre de l'urbanisation des quelque 250 hectares qui séparent Strasbourg de sa voisine allemande Kehl, a certes fait l'objet de délibérations unanimes de l'ancien conseil municipal. Mais ce consensus ne couvre pas les deux grands projets du secteur du Heyritz, à l'ouest de la Zone d'aménagement concerté : la grande mosquée et la patinoire.

A l'échelle de la communauté urbaine, la nouvelle équipe devrait remettre en cause le site d'Illkirch-Graffenstaden pour le futur palais des sports.

Pour affronter ses nouvelles responsabilités, le nouveau maire s'appuiera sur l'image positive qu'elle s'est créée dans le tissu économique local. Fabienne Keller, polytechnicienne et membre de la direction générale du crédit commercial de France, a épousé la cause du dialogue éducation-entreprise dans ses deux autres mandats locaux : au conseil général, elle mobilise les collèges et les syndicats patronaux autour de la bannière d'« Avenir Mode d'emploi », pour redorer l'image des métiers, notamment dans la construction. Comme vice-présidente du conseil régional déléguée à l'enseignement supérieur, elle oeuvre au renforcement du potentiel d'innovation des entreprises alsaciennes.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
François Rebsamen, nouveau maire de Dijon Un réseau en gestation avec Besançon

François Rebsamen, 49 ans, conseiller général de Côte-d'Or, conseiller régional de Bourgogne et ancien chef de cabinet du ministre de l'Intérieur Pierre Joxe, fait basculer Dijon à gauche. Cette victoire étonnante par son ampleur (52,14 % des voix), dans un fief détenu depuis 30 ans par le RPR, s'explique en grande partie par une volonté de changement des Dijonnais.Faire revivre le palais des Ducs de Bourgogne en déménageant les services municipaux non ouverts au public, accroître le nombre de places en crèche, créer une maison de retraite au centre-ville, favoriser un programme social d'accession à la propriété, étendre le secteur piétonnier, construire une salle de concerts modulables, accueillir une école nationale de formation des policiers municipaux, renégocier le contrat de l'eau..., constituent ses principaux engagements. François Rebsamen entend aussi ouvrir Dijon sur l'extérieur. Il collaborera étroitement avec son collègue socialiste Jean-Louis Fousseret, élu à Besançon, en réfléchissant à la création d'un « réseau de ville ».

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur