Le moniteur
Grand Débat : la déception d’un artisan du bâtiment

Grand Débat : la déception d’un artisan du bâtiment

Laurent Duguet |  le 22/02/2019  |  Moi, artisan Emmanuel MacronIndre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Moi, artisan
Emmanuel Macron
Indre
Valider

Didier Fronteau, artisan plombier-chauffagiste, préside la Capeb de l’Indre. Il a participé à une des rencontres avec Emmanuel Macron dans le cadre du Grand Débat et en est ressorti frustré et déçu.

Lors de son 7e déplacement dans le cadre du « Grand débat », Emmanuel Macron s’est posé dans l’Indre jeudi 14 février, en présence du ministre de l’Economie et de la ministre du Travail. C’est dans un bâtiment d’Egide Aviation, sur l’aéroport de Châteauroux, à Déols, qu’il a écouté la petite cinquantaine d’entrepreneurs présents : « Il est arrivé avec 1h30 de retard et seulement une heure a été consacrée aux questions avant que le chef de l’Etat ne nous réponde ». Plombier chauffagiste implanté à Châteauroux et Président de la Capeb de l’Indre, Didier Fronteau, est reparti « frustré » : « Le format était trop court et je n’ai pas pu prendre la parole en raison du manque de temps. Je suis favorable aux rencontres, mais là je trouve, qu’en ce qui concerne le bâtiment, et même si le Président écoutait et prenait des notes, ses réponses étaient imprécises, sans annonce de mesures concrètes », regrette l’artisan, membre de la délégation de la Chambre des métiers et de l’artisanat du département, conduite par Thierry Fruchet.

"Des propos assez stéréotypés"

Le plombier chauffagiste, qui a formé une dizaine d’apprentis en 28 ans d’activité n’a rien entendu de nouveau sur l’apprentissage, ni sur de nombreux autres sujets : « Rien sur la concurrence déloyale des auto entrepreneurs et la nécessité de leur contrôle, rien sur la TVA à 5,5 %, rien sur les crédits d’impôts, rien sur les chaudières à 1 € qui sont un scandale, rien sur les solutions pour le soutien au remplacement de nos véhicules diesel… J’ai eu l’impression qu’il venait faire le service après vente des mesures prises par le Gouvernement, avec des propos assez stéréotypés ». Au final, Didier Fronteau, qui, lui aussi, a pris beaucoup de notes, compte échanger prochainement avec ses 120 adhérents, mais aussi avec d’autres représentants de la Capeb  qui, eux, n’avaient pas reçu le sésame de la préfecture pour assister au « Grand Débat ».

Commentaires

Grand Débat : la déception d’un artisan du bâtiment

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur