En direct

Glenn Murcutt, distingué par le Præmium Imperiale
L'architecte australien Glenn Murcutt en 2021 - © Anthony Browell

Glenn Murcutt, distingué par le Præmium Imperiale

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 15/09/2021  |  CultureFrance MondePritzker PrizePraemium Imperiale

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Culture
France
Monde
Pritzker Prize
Praemium Imperiale
Valider

L’architecte australien, né en 1936, est lauréat de la 32e édition du «Nobel des arts» de la Japan Art Association dans la catégorie «architecture»...

Il ne construit qu’en Australie. Il travaille seul, dessine uniquement à la main et se fie à son instinct : «chaque grand ouvrage existe déjà, mais doit être découvert. On ne le crée pas» assure-t-il… Glenn Murcutt, né à Londres en 1936, aura tout au long de sa carrière, imaginé et conçu des bâtiments discrets, respectueux de l’environnement, ancrés dans la tradition, le paysage et le climat australiens ; qui offrent «perspective et refuge».

Cet architecte solitaire, distingué aujourd'hui par la Japan Art Association, passe ses jeunes années en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Sa famille retourne en Australie en 1942. C’est alors qu’il se met à fréquenter l’atelier de menuiserie de son père, durant ses vacances scolaires. Il s’y familiarise avec les techniques de construction en bois. En 1955, il travaille sur le chantier de construction de la maison familiale. Et c’est son père qui, là encore, stimule son intérêt grandissant pour le design et l’architecture.

Diplôme en poche (1961), Glenn Murcutt voyage en Europe pendant deux ans et découvre l’architecture vernaculaire de pays tels quel la Grèce ou la Finlande. De retour en Australie, il travaille durant cinq ans dans une agence puis ouvre la sienne à Sydney en 1969 et exerce en solo, «sans compromission». Ses premières commandes dans les années 1970, des résidences privées, lui valent une célébrité précoce. Plus récemment, il s’est mis à travailler sur des projets publics, tels que le Centre éducatif Arthur et Yvonne Boyd (1999), conçu avec les architectes Wendy Lewin et Reginald Lark, et le Centre islamique australien, réalisé en 2016 avec l’architecte Hakan Elevli.

Pionnier dans son approche environnementale, Murcutt emploie du bois local, de la tôle ondulée, de la pierre, du verre ; et défend une architecture fondée sur l’observation et la découverte, selon une approche consistant à utiliser et exploiter les caractéristiques du terrain, de la lumière et des matériaux. Travaillant en Australie uniquement, Murcutt s’en explique : «Pour une commande à l’étranger il faut parler la langue du pays car c’est à travers elle que s’expriment les nuances de la culture. On doit également avoir une très bonne connaissance du terrain, de paramètres spécifiques au pays, comme les variations climatiques annuelles, il faut comprendre le climat, le sol, la végétation.»

Glenn Murcutt a reçu le prix Pritzker en 2002 et la médaille d’or de l’Institut américain des architectes en 2009. Il est le premier Australien à recevoir le prix Præmium Imperiale. Notre consœur Françoise Fromonot avait, en 1995, consacré une monographie de référence sur l’homme et l’œuvre, ouvrage actualisé en 2003.

Dans les autres catégories, le Præmium Imperiale a distingué le photographe Sebastião Salgado (Brésil, France) en «peinture», le plasticien James Turrell (États-Unis) en «sculpture», le violoncelliste Yo-Yo Ma (États-Unis) en «musique». La Scuola di Alta Formazione dell'Instituto Centrale per il Restauro (Italie), reçoit le prix d'encouragement pour les jeunes artistes.

Commentaires

Glenn Murcutt, distingué par le Præmium Imperiale

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil