En direct

Gestion environnementale Des comportements nouveaux
PHOTO - ENQ HLM Brignais 2.psd - ©

Gestion environnementale Des comportements nouveaux

le 18/09/2008  |  SantéEnergieImmobilierLogementRéglementation

L’énergie n’est pas tout : vue la taille du parc social, la gestion des déchets, celle de l’eau et l’éducation des habitants prennent une dimension nationale. Les initiatives se multiplient.

Nord LMH teste une filière de récupération sélective des encombrants

Récupération du bois, des déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E), des déchets ménagers spéciaux (aérosols, peintures), des cartons… Nous ne sommes pas dans une usine ultramoderne, mais dans une résidence de 550 logements sociaux à Seclin, au sud de la communauté urbaine de Lille. Le bailleur social LMH (Lille Métropole Habitat) compte mettre en place sur la résidence La Mouchonnière, d’ici à fin 2008, une filière de récupération sélective des encombrants. « Cette démarche découle d’un cercle vertueux, raconte Olivier Pourchau, chef de projet qualité de LMH. La communauté urbaine de Lille achève le déploiement du tri des déchets et nous en profitons pour élargir la discussion avec les locataires sur les comportements éco-citoyen. »

A Seclin, sur cet ensemble des années 1970, « nous avions des locaux trop étroits pour accueillir les deux bacs du tri sélectif » (photo), raconte Nicolas Richard, responsable de l’antenne de Seclin de LMH. « Nous avons pris la décision de sortir les conteneurs des bâtiments pour les accueillir sur les parkings sous des abris en béton. Ils feront l’objet d’un traitement paysager et seront sur les cheminements de sortie de la résidence. »

En sortant les conteneurs de l’immeuble, LMH favorise la collecte des déchets et réduit considérablement le risque d’incendie. Mais surtout, les vingt-cinq locaux rendus disponibles à chaque entrée d’immeuble permettent d’aller plus loin : « Nous constatons que les locataires utilisent les gaines techniques pour stocker les déchets encombrants. Nous pourrons désormais les accueillir dans les anciens locaux. » Il ne s’agira pas d’un simple stockage. Le bailleur est en train d’organiser avec la communauté urbaine les filières de récupération pour le bois, les cartons, les D3E ou les DMS (déchets ménagers spéciaux). Le prestataire collecteur de la communauté urbaine installe son conteneur et récupère ainsi ces déchets qu’il pourra valoriser.

Ile-de-France Des appartements pédagogiques pour apprendre le développement durable

Quelles que soient les performances énergétiques d’un logement, la manière de l’occuper compte aussi énormément. Les bailleurs sociaux s’efforcent donc d’associer leurs locataires à leurs efforts en faveur du développement durable. L’Opievoy a ainsi ouvert un appartement dit « pédagogique » à Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise) (photo), au printemps dernier, pour trois semaines. L’expérience a également associé une dizaine d’administrations, de centres spécialisés d’information, d’associations de quartier… Au menu des animations : trier ses déchets, économiser l’eau et l’électricité, utiliser ses appareils ménagers en toute sécurité et efficacité. Tout cela s’apprend.

Satisfaits de cette première expérience, l’Opievoy et ses partenaires sont décidés à la renouveler sur place. Tandis que la fréquentation du milieu scolaire était importante, celle des adultes a été un peu décevante. Il est donc convenu d’élargir les horaires d’ouverture et de renforcer la publicité au pied des immeubles.

Plus dans l’optique d’un accompagnement social toutefois, l’Opievoy s’associe déjà, de mai à septembre et à Evry, à l’ouverture d’un autre appartement pédagogique dans le quartier des Pyramides (3 500 logements, 10 000 habitants). La Ville d’Evry (Essonne) y a mis en place un Projet social de territoire, PST, avec l’ensemble des bailleurs et des partenaires locaux. Les thèmes retenus concernent cette fois davantage les droits et devoirs des locataires, la prévention des accidents et le bien vivre ensemble.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Rhône-Alpes Une gestion de l’eau très personnalisée à l’Opac du Rhône

Premier OPH de région, l’Opac du Rhône gère 41 000 logements. Pour alimenter en eau ces habitats, deux systèmes coexistent. Un : l’abonnement individuel qui lie le locataire au distributeur. Deux : l’abonnement général – le locataire règle sa facture à l’Opac, selon le principe du provisionnement. Ce second système dominant – il concerne 27 000 logements – ne satisfait plus l’office.

« Relever les compteurs une fois l’an occasionne de réelles difficultés en matière de régularisation des charges : nous sommes régulièrement confrontés à des locataires aux soldes débiteurs importants », détaille Michel Micoulaz, directeur de la stratégie et du développement à l’Opac du Rhône.

L’office décide de changer de politique début des années 2000 et opte pour la télérelève qui permet un relevé mensuel de la consommation des locataires. En 2003, il équipe 360 logements à Brignais en nouveaux compteurs et en concentrateurs (photo) puis passe à la vitesse supérieure : il convertit à la télérelève plusieurs immeubles, parties communes comprises. Patrick Vachez, directeur de la politique énergétique, précise : « A la fin 2007, 3 800 logements étaient télérelevés, et nous avions installé 7 000 compteurs ». Le bilan s’avère positif. En recevant sa facture à M 1, le locataire peut lisser sa consommation. Par ailleurs, un système d’alerte est mis en place. « En cas de pic de consommation de plus de 10 %, nos agences entrent en contact avec le locataire. La télérelève nous permet de détecter plus rapidement les situations anormales », estime Patrick Vachez. L’Opac du Rhône a même enregistré sur ces logements une baisse moyenne de la consommation de l’ordre de 5 %.

La priorité de l’office est d’étendre la télérelève à l’ensemble des logements en abonnement général. Un programme ambitieux d’équipement, en trois tranches, est engagé sur 2007-2010. A cette date, tous les locataires bénéficieront d’un relevé mensuel.

La télérelève représente pour le locataire un coût de 29 euros/an et par compteur, « soit une augmentation de 1 euro/mois par rapport à un relevé traditionnel. Une économie de 4 à 6 m3 d’eau suffit à amortir cette hausse ».

Toujours dans un souci de maîtrise de la consommation, l’Opac du Rhône propose à ses locataires un contrat de robinetterie avec une vérification annuelle des installations, et une assistance en cas d’incident : le tout assuré par des entreprises spécialisées. 80 % des locataires ont souscrit ce contrat.

Michel Micoulaz*« Faire évoluer les comportements individuels »

« Nous construisons en moyenne 600 logements neufs par an qui répondent au référentiel du Grand Lyon : ils sont THPE. Pour la production d’eau chaude, nous optons, selon les programmes et leur environnement, pour divers systèmes : le photovoltaïque, les pompes à chaleur, etc. Ce qui est certain, c’est que nous privilégions l’eau chaude collective qui permet une meilleure maîtrise de l’énergie et donc des charges. Sur le neuf et la réhabilitation, tous nos logements sont équipés de mousseurs et de chasses d’eau double débit. Mais nous ne généralisons pas ces équipements à l’ensemble de nos locataires, parce que nous devons favoriser nos investissements. Nous n’avons pas attendu le Grenelle pour agir, nous avons toujours vécu avec les labels de performances énergétiques et nous avons notre propre charte du développement durable depuis 2006. Notre priorité est de mieux accompagner nos locataires, pour faire évoluer les comportements individuels ».

(*) Directeur de la stratégie et du développement à l’Opac du Rhône.

Commentaires

Gestion environnementale Des comportements nouveaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX