En direct

Gennevilliers soigne la forme à coûts maîtrisés
Intérieurs lumineux, terrasses, vue sur un jardin public… L’agence Naud & Poux a soigné le bien-être des propriétaires. - © SCHNEPP RENOU, SIMON SCHNEPP UND MORGANE RENOU

Gennevilliers soigne la forme à coûts maîtrisés

Marie-Douce Albert |  le 12/10/2018  |  Hauts-de-SeineLogement socialHLM

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Hauts-de-Seine
Logement social
HLM
Valider

Pour garantir l'accession sociale à des logements de qualité, la coopérative Boucle de la Seine exploite toutes les sources d'économies.

Emménager dans l'un des 37 logements en accession sociale livrés en juin rue Danton, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), c'est devenir propriétaire à quelques minutes de marche du métro, s'offrir une architecture soignée conçue par les architectes Naud & Poux ainsi qu'une vue agréable sur le jardin public voisin. Et aussi profiter d'un sol en grès cérame dans la cuisine et d'un vrai parquet dans le salon. Luxe inutile ? Au contraire, « l'entretien ne doit pas peser sur les finances des acquéreurs, et ces matériaux sont pérennes », remarque l'architecte Luc Poux. Garantir des prestations de bonne tenue est d'ailleurs l'une des règles que s'est fixée le maître d'ouvrage, la coopérative HLM Boucle de la Seine… à condition évidemment d'en maîtriser les coûts. Et donc, de faire preuve d'un sens certain de la débrouillardise.

Négocier des prix « sortie d'usine ». « Gennevilliers est jumelée avec la ville d'Imola en Italie, où se trouve la plus ancienne coopérative de fabrication de céramique du pays. Grâce à l'accord passé avec cette société, nous ne posons quasiment que leurs carreaux dans nos opérations », raconte Philippe Bédier, le directeur général de la coopérative. Des prix « sortie d'usine », l'organisme en a aussi obtenus pour ses parquets ou ses boîtes aux lettres. Alors, Philippe Bédier le reconnaît, il lui faut passer « beaucoup de temps à négocier avec beaucoup d'interlocuteurs » afin de pouvoir tenir ses objectifs, en particulier celui de permettre à des habitants du parc locatif social de devenir propriétaires pour un prix maximum de 3 600 euros TTC par mètre carré habitable (Shab).

« Très sollicitée par des locataires qui voulaient acheter mais sans pouvoir trouver de produits correspondant à leurs moyens, la Ville a réactivé en 2006 la coopérative qu'elle avait créée en 1954 », explique le responsable. Pour relancer la machine, la société a commencé par des opérations de location-action. Ce dispositif qui permet aux ménages de devenir progressivement propriétaires ouvre en effet des droits à financements. Puis, à partir de 2008-2009, quand de premières opérations d'accession ont été lancées, la Ville a accordé une aide de 12 000 euros TTC par logement. « Aujourd'hui, nous ne touchons plus aucune subvention mais nous avons des fonds propres suffisants pour rester compétitifs », assure Philippe Bédier.

Pas besoin de faire des “ bulles ”. La coopérative Boucle de la Seine a aussi un train de vie très raisonnable. L'organisme qui a réussi à sortir 343 logements depuis 2006, dont 200 sur la seule période 2014-2015, fonctionne avec une équipe de quatre personnes, installées dans une ancienne pharmacie du centre-ville louée par la mairie. « Nous n'avons pas besoin de “ bulles de vente ” pour commercialiser nos logements puisque tout a lieu là, note le directeur général. Nous ne finançons pas non plus de campagne de publicité : les projets sont annoncés sur notre site Internet ou connus par le bouche-à-oreille. » Si, jusqu'ici, la majorité des opérations faisait l'objet de concours d'architecture, la coopérative Boucle de la Seine ne s'interdit pas d'explorer d'autres pistes comme les procédures négociées. « Je veux par ailleurs vérifier l'efficacité de la conception-réalisation, qui semble permettre de ficeler un budget assez vite dans la conduite du projet », estime le responsable. La coopérative ne s'autorise finalement qu'un écart : les chantiers sont menés en entreprise générale. « La formule est plus chère de 8 à 10 % que la construction en lots séparés », admet Philippe Bédier. Mais, en termes de gestion de projets, elle est aussi la solution la plus adaptée à une équipe restreinte.

----------------------------------------------

343 logements livrés depuis 2006.

265 logements actuellement en projet.

3 600 €/m² Shab TTC : prix de vente plafond.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Traité des baux commerciaux

Traité des baux commerciaux

Date de parution : 12/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur