En direct

Génie civil - En Turquie, le viaduc de tous les records
Long de 3,5 km, le pont 1915 Çanakkale traverse le détroit des Dardanelles. Il possède la travée la plus longue du monde : 2 023 m.- © 1915CANAKKALE

Génie civil - En Turquie, le viaduc de tous les records

Emmanuelle Picaud |  le 15/10/2021  |  Génie civilOuvrage d'artRisques naturelsPréfabricationEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Génie civil
Ouvrage d'art
Infrastructures
Risques naturels
Préfabrication
Europe
Asie
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Le pont monumental qui franchit le détroit des Dardanelles a été conçu pour affronter les séismes et les vents extrêmes.

 

L'historien Hérodote rapporte qu'en 480 av. J.-C., le roi perse Xerxès fit édifier un pont au-dessus du détroit des Dardanelles pour permettre à ses troupes d'atteindre la Grèce. Deux mille cinq cents ans plus tard, c'est la république de Turquie qui ambitionne de construire à son tour un monumental viaduc à cet endroit stratégique pour le commerce international, à la croisée de l'Europe et de l'Asie. Se déployant sur 4 608 m, l'ouvrage baptisé « 1915 Çanakkale » possédera la plus longue travée du monde : 2 023 m ! La joint-venture turco-coréenne ÇOK A.?., chargée de la maîtrise d'ouvrage, prévoit sa livraison en mars 2022 après quatre ans de construction. Autre fait notable, la structure du pont conçue à partir de dalles en acier réduit sera constituée non pas d'un tablier unique, mais d'un système en deux parties baptisé « twin box girder ». Séparée de l'autre par une ouverture de 9 m de large, chacune d'elles assurera un sens de circulation.

C'est l'entreprise danoise Cowi, maître d'œuvre du projet, qui a fait cette proposition. Connue à l'international pour réaliser des ponts suspendus monumentaux, elle avait déjà construit un ouvrage similaire à Shenzhen, dans le sud de la Chine, pour franchir le delta de la Rivière des perles. « Cette configuration offre une meilleure résistance aux vents forts auxquels est soumis le détroit. Par ailleurs, le choix de l'acier réduit comme matériau permet de ne pas utiliser trop de matière tout en garantissant la solidité de la structure. Nous devions concevoir un ouvrage non seulement résilient, mais aussi esthétique », commentent Inger Kroon, directrice de projet, et Henrik Andersen, directeur du développement commercial chez Cowi. Selon les tests préliminaires menés en laboratoire, le viaduc pourra résister à un vent d'une vitesse de 288 km/h.

PHOTO - 27128_1599649_k3_k1_3691761.jpg
Les fondations des pylônes seront surmontées de caissons dont le rôle est d’absorber les chocs en cas de séisme. Ceux-ci ont été fabriqués sur terre, puis ballastés, avant d’être transportés en mer. - © CEMAL EMDEN / 1915CANAKKALE
 

[...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil