En direct

Gecina-Metrovacesa: "un mois pour trouver une solution"

Defawe Philippe |  le 19/12/2007  |  ImmobilierEntreprisesInternational (hors U.E)

Les groupes immobiliers ont un mois pour dénouer la situation née du blocage de l'autorité française des marchés (AMF) d'une offre de rachat de Gecina sur elle-même dans le cadre d'une réorganisation interne de Metrovacesa, a déclaré mercredi le président de ce dernier.

"Nous avons un mois pour trouver une solution satisfaisante", a déclaré lors d'une conférence de presse le président de Metrovacesa, Roman Sanahuaja, faute de quoi, l'autre partie devra s'acquitter de lourdes pénalités financières.
Metrovacesa, ancien leader de l'immobilier européen, est en train de mener un complexe processus de scission pour solder un différend entre le principal actionnaire, la famille Sanahuaja, et le patron Joaquin Rivero et son associé Bautista Soler, qui conserveront notamment les actifs de la filiale française Gecina, que Metrovacesa contrôlait à 68,34% avant la réorganisation.
Si le délai d'un mois est dépassé, M. Rivero risque de devoir s'acquitter d'une pénalité de 600 millions d'euros, selon les termes de l'accord entre les deux parties, a expliqué le directeur général de Metrovacesa, Jesus Garcia de Ponga.
La décision de diviser Metrovacesa remonte au mois de février, après avoir constaté le différend insoluble entre les Sanahuaja et M. Rivero.
Metrovacesa a lancé une OPA sur ses propres actions, payée en actions Gecina, à laquelle ont notamment souscrit MM. Rivero et Soler.
Puis, après diverses opérations, une des dernières phases devait être un transfert d'actifs de Gecina aux Sanahuaja par une offre publique de rachat de Gecina sur une partie de son capital.
Seulement, l'autorité française des marchés (AMF) a rendu un avis négatif sur le projet d'OPRA, menaçant de retarder le processus.
L'OPRA de Gecina prévoyait que la société française apporte à Medea (véhicule d'investissement de la famille Sanahuja) des actifs en nature, contre des titres Medea.
La décision de l'AMF met MM. Rivero et Soler "en situation de dépôt obligatoire d'un projet d'offre publique" d'achat (OPA) s'ils souhaitent prendre le contrôle de la foncière.
M. Rivero a accueilli la décision de l'AMF avec "surprise", tandis que Gecina a dit qu'elle allait "examiner en détail le contenu précis de cette décision, sa portée et ses conséquences pour la société".

Commentaires

Gecina-Metrovacesa: "un mois pour trouver une solution"

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur