En direct

GDF Suez veut rebondir dans le tertiaire
GDF SUEZ veut accélérer son développement dans le tertiaire - © © Cofely

GDF Suez veut rebondir dans le tertiaire

laurence francqueville |  le 25/03/2013  |  TravailRéglementation thermiqueImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Travail
Réglementation thermique
Immobilier
Valider

Le groupe énergétique, qui a perdu des parts de marché ces dernières années, entend profiter de la RT 2012 pour renforcer ses positions dans le bâtiment tertiaire.

GDF Suez a analysé les permis de construire déposés en 2012 pour évaluer la mise en place de la RT 2012 dans les segments des bureaux et de l’enseignement. Il ressort de cette étude réalisée par le groupe Axiome que 47% des permis déposés en 2012 pour construire des locaux d’enseignement respectaient la RT 2012, pourtant applicable depuis le 28 octobre 2011. Dans le segment des bureaux, les chiffres sont plus inquiétants encore : 33% seulement des permis déposés ont pris en compte la RT 2012.

En fait, dans la moitié des projets de bâtiments scolaires ou de bureaux, la RT2012 a été appliquée ou les calculs engagés pour la prendre en compte dans la conception. Les projets de 1 000 à 2 000 m² de surface étant ceux pour lesquels la RT 2012 est la plus appliquée (54% des projets scolaires et 33% des bureaux). Dans 27% des cas, elle n’a pas été prise en compte car il s’agissait de projets d’extension ou de réhabilitation. Et quand la RT2012 est appliquée, les valeurs moyennes de consommation d’énergie primaire (Cep) sont proches de 75 kWh/m², soit bien en-deçà des pratiques précédentes.

Le rôle du bureau d’études renforcé

Parallèlement, GDF Suez a commandé à LH2 une enquête qualitative afin de mesurer les évolutions de perceptions des prescripteurs (11 bureaux d’études et 11 architectes) dans le bâtiment tertiaire (locaux d’enseignement et bureaux) au fur et à mesure du déploiement de la RT 2012, qui impacte le groupe énergétique dans la mesure où elle entraîne des changements dans  les choix énergétique de la filière construction.

Il en ressort notamment que les architectes et professionnels des bureaux d’étude considéraient jusqu’ici être dans une phase de mise en place et de découverte des différents aspects de la RT 2012. Estimant que la norme BBC les a bien préparés à la RT 2012, ils vivent cette nouvelle réglementation comme une évolution plutôt naturelle même si l’ensemble des professionnels se sent bousculé par une sorte « d’emballement réglementaire ». Les BE estiment toutefois que la bonne application de la RT 2012 est partiellement entravée par le manque de préparation de certains acteurs de la filière. Il faut toutefois nuancer le propos car il existe de profondes différences de positionnement au sein de la filière, selon le métier, l’âge des professionnels, l’expérience opérationnelle de la RT 2012, la taille de l’entreprise et la culture des professionnels. La communauté des bureaux d’études et des architectes pourrait ainsi se décomposer en deux catégories : les précurseurs et les attentistes.

Architectes et bureaux d’études estiment que la remise en question des pratiques qu’implique la RT 2012 est source de progrès et oblige à une collaboration renforcée dès le début du projet (le rôle des BE se renforçant). Mais ils s’inquiètent des insuffisances de formation de la plupart des entreprises du bâtiment qui pourraient compromettre l’atteinte effective du niveau d’efficacité du bâtiment requis par la RT. A ce stade, les entreprises interrogées estiment que les bureaux d’études, fabricants d’équipements et organismes de contrôles voient leur poids renforcé dans la filière.

Accompagner les évolutions techniques à venir

La mise en place de la RT2012 engendre des choix techniques sur le bâti, selon les sondés : orientation étudiée et forme compacte des bâtiments (ce que regrettent les architectes); taille et emplacement des baies vitrées mûrement réfléchis ; isolation intérieure dans des murs de 40 cm d’épaisseur ; essor des systèmes de ventilation à double flux ; recherche de matériaux aux performances énergétiques plus intéressantes ; dispositifs de gestion optimisée de l’éclairage ; recul de la climatisation. Celle-ci reste marginale dans les locaux d’enseignement mais a nettement reculé en 2012 dans les bureaux puisque 43% des surfaces sont déclarées climatisées contre 73% l’année précédente et 58% en 2010. Les alternatives à la climatisation sont étudiées activement (systèmes de rafraichissement d’air, surventilation nocturne, bioclimatique).

Concernant les décisions énergétiques, les sondés indiquent que les maîtres d’ouvrage laissent le choix énergétique assez ouvert dans la moitié des projets et attendent des BE des préconisations ; dans l’autre moitié des cas, architectes et BE se plient aux habitudes et préférences du maître d’ouvrage. Toujours du point de vue des architectes et bureaux d’études interrogés, économistes et installateurs influent très peu dans la décision. Les choix énergétiques des maîtres d’ouvrage sont profondément orientés par les coûts (avec avantage aux énergies les moins chères à mettre en œuvre et équipements les plus rapidement rentables).

GDF Suez veut regagner des parts de marché

De fait, le gaz, qui a vu sa part de marché nettement reculer dans le tertiaire - tombant de 65% en 2004 à 37% en 2011 contre 52% pour l’électricité -, est nettement avantagé dans le calcul du coefficient de conversion de la RT 2012. Dans un secteur où la réglementation dirige l’innovation mais où les clients sont majoritairement des maîtres d’ouvrages occasionnels, GDF Suez entend donc bien renforcer ses positions.

Conforté par les études précitées, le groupe énergétique ambitionne notamment de promouvoir des solutions gaz naturel mises en avant dans la feuille de route technologique réalisée avec Uniclima sur les produits et systèmes énergétiques d’ici à 2020 (roadmap menée depuis 2009). Pour Hervé Mayer, à la direction de la stratégie de GDF Suez, « les PAC à absorption par exemple sont des produits très adaptés au tertiaire nécessitant un peu de climatisation et beaucoup de chauffage ». Pour aller plus loin, GDF Suez développe des partenariats avec certains industriels et cherche à accompagner au maximum les acteurs de la filière pour préparer les solutions d’avenir

Commentaires

GDF Suez veut rebondir dans le tertiaire

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur