En direct

GDF met les gaz sur les énergies renouvelables
- ©

GDF met les gaz sur les énergies renouvelables

Defawe Philippe |  le 10/10/2007  |  France EnvironnementEnergies renouvelablesEuropeSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
France
Environnement
Energies renouvelables
Europe
Santé
Technique
Valider

Gaz de France va se renforcer dans l'éolien avec le rachat de 95% d'Erelia. Cette opération conforte l'offre en énergie renouvelable de l'énergéticien qui mise aussi sur des solutions associant le gaz naturel avec le solaire ou le bois pour la production de chaleur.

Le groupe public a annoncé mardi qu'il allait racheter 95% d'Erelia, qui gère et développe des parcs éoliens en France. Cette opération lui permettra de produire 10% de l'électricité éolienne dans l'Hexagone d'ici 2010, a annoncé Gaz de France, qui montera à 100% d'Erelia en 2009. Le groupe disposera ainsi d'une capacité totale en énergie éolienne de 110 mégawatts (MW) fin 2007. La société Erelia, créée en 2003, aura une capacité de production de 70 MW dans le nord-est de la France en fin d'année et vise 300 MW supplémentaires d'ici quatre ans.

Devant la presse, le président d'Erelia, François Pélissier, a mis en avant le fait que sa société "associait les acteurs locaux" aux projets éoliens, avec une participation financière de 5% des habitants dans ces projets, dont ils reçoivent un dividende de 5 à 7%, ainsi qu'avec un partage des indemnités foncières et la création d'emplois locaux pour la maintenance des turbines. Le chiffre d'affaires d'Erelia atteindra 50 à 60 millions d'euros fin 2010, contre 16 à 17 millions fin 2007.
GDF a déjà créé fin 2006 une co-entreprise nommée Maïa Eolis avec le fabricant et exploitant d'éoliennes Maïa Sonnier, dans laquelle GDF a apporté plus de 110 millions d'euros. Maïa Eolis, qui disposera de 80 MW installés fin 2007, prévoit d'en produire 350 fin 2010.
Toujours dans l'éolien, GDF veut disposer de 2.000 MW d'ici fin 2012, dont la moitié en France et l'autre moitié ailleurs en Europe (Italie, Royaume-Uni, Espagne-Portugal, Pologne), soit des investissements cumulés de plus de 2,5 milliards d'euros.

Plus globalement, Gaz de France entend produire 20% de son électricité à partir des énergies renouvelables à l'horizon 2012 et "devenir un acteur majeur de la filière éolienne en Europe", a rappelé le PDG du groupe public, Jean-François Cirelli, cité dans le communiqué.
GDF entend notamment proposer du solaire thermique dans ses offres d'énergie à prix libres (et non à tarif réglementé, fixé par l'Etat) nommées Dolce Vita. La branche services de Gaz de France (Cofathec) a quant à elle intégré dans son offre l’installation, l’exploitation et la maintenance de panneaux solaires en France et en Italie. Enfin, cette offre se développe également dans le domaine du solaire photovoltaïque en France et en Italie, où Cofathec vient de mettre en service 2 830 m2 de panneaux solaires pour la province de Rome

Gaz de France veut aussi se renforcer dans le bois et la biomasse (énergie à partir de déchets). Les installations de chaufferie bois gérées par Cofathec représentent une puissance de 63 MW, dont 27 MW en France et 36 MW en Italie. L’objectif est d’atteindre 10 % de part de marché en France à l’horizon 2013 et de développer significativement cette activité en Italie et au Royaume-Uni.

Enfin, Gaz de France rappelle qu'il a acquis une position significative dans le domaine des réseaux de chaleur géothermiques. Cofathec utilise ainsi les ressources de la terre en exploitant des puits géothermiques pour alimenter des réseaux de chaleur en Ile de France (Blanc-Mesnil, Chelles, Ris Orangis, Meaux…). Ces installations couvrent 43 % des besoins en chaleur et alimentent 26 000 logements explique le groupe.

Voilà comment Gaz de France espère atteindre l'objectif de 20% de sa capacité électrique en Europe d'ici à 2012. Le groupe produira les 80% restants de son électricité à partir de centrales à cycle combiné (à gaz et vapeur), mais son président Jean-François Cirelli a précisé "il n'y aura pas de production nucléaire". Un clin d'œil à son concurrent EDF certainement.

Jean-Philippe Defawe

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur