En direct

GaLaBau 2018 annonce les nouvelles technologies des espaces verts
Stefan Dittrich, chef de projet chargé de GaLaBau à la foire de Nuremberg, annonce le retour de la croissance du salon des espaces verts, le 14 juin à Nuremberg - © © Laurent Miguet

GaLaBau 2018 annonce les nouvelles technologies des espaces verts

Laurent miguet |  le 17/05/2018  |  BâtimentEuropeAménagements extérieurs

Leader européen des salons spécialisés dans les parcs et jardins, GaLaBau compte renouer avec la croissance, du 12 au 15 septembre prochain à Nuremberg (Bavière) pour sa 23ème édition. La surface d’exposition augmentera de 9 % pour atteindre 68189 m2 à la disposition des 1400 exposants attendus, contre 1320 en 2016, année qui s’était traduite par un tassement de la fréquentation avec 64138 visiteurs.

Marché clé pour les industriels allemands des espaces verts présents au salon GaLaBau, la France reste la grande absente de la croissance des représentations internationales au plus grand rendez-vous européen des espaces verts. Alors que les exposants tricolores avaient doublé entre 2014 et 2016 pour plafonner à 28, l’estimation actuelle porte sur 22 à 24 stands. « Ce chiffre n’intègre pas les entreprises dotées d’une filiale allemande comme Pellenc », relativise Stefan Dittrich, chef de projet de la foire de Nuremberg, délégataire des entreprises allemandes du paysage fédérées par la BGL, propriétaire du salon.

Bouderie hexagonale

Il n’empêche : les hexagonaux atones contrastent avec les néerlandais enthousiastes, qui augmentent de 50 % leur surface d’exposition, sans parler des danois et des tchèques, à plus 70 %. Le frémissement des pépinières françaises a fait long feu, comme l’illustre l’exemple de Chatelain, présent en 2016 pour porter à la fois ses propres couleurs et celles du groupement des Pépinières de France, dédié à l’exportation. « Peut-être n’ont-elles pas saisi que le succès n’arrive pas du premier coup », avance Stefan Dittrich.

Le manque de constance français contraste avec le renforcement de l’appétit hexagonal assumé par les PME de l’industrie familiale allemande des espaces verts, socle du succès de Galabau. Le fabricant de sécateurs et de taille-haies Berger, entreprise dont la quatrième génération de dirigeants fêtera les 100 ans en 2019, en apporte une illustration frappante : longtemps sous-traitant de Stihl, la PME de Wuppertal défend désormais ses propres couleurs dans un marché français de l’outillage à main dominé par Bahco.

Appétit allemand

Après avoir récemment abandonné ce fabricant américain, Guillebert, revendeur spécialisé dans l’outillage pour espaces verts, fait figure de cheval de Troie pour Berger, dont le directeur des ventes Nicholas Rood détaille l’argumentaire technique : « La puissance de nos outils provient de leur usinage à chaud. Le dessin de nos lames favorise l’efficacité de l’huilage dans tous le recoins ». Les vignobles français font partie de la première cible de l’industriel, qui aligne une gamme de 150 outils, dont la spectaculaire catapulte clipsable dédiée aux arboristes grimpeurs avec sa hauteur de lancer qui atteint jusqu’à 40 m.

Sans surprise, les matériels innovants attendus à GaLaBau creuseront le sillon des chantiers d’espaces verts décarbonés. Wacker Neuson et sa filiale Kramer ont pris une longueur d’avance sur le créneau des excavatrices et chargeuses à batterie, lors d’un show de démonstration à Galabau 2016. Mais Schäffer lui disputera la vedette cette année, grâce à ses matériels fonctionnant avec des batteries lithium-ion présentées comme une première mondiale pour ce type de machines. La PME de 350 salariés basée en Rhénanie-du-Nord Westphalie s’appuie sur cette technologie pour garantir ses chargeuses pendant cinq ans correspondant à 5000 cycles de charge et décharge, des performances inatteignables par des batteries à l’acide. Elle annonce le démarrage de la production en série pour la fin de cette année.

Chargeuses décarbonées

Schäffer annonce pour la fin de l'année le démarrage de la production en série de la première chargeuse alimentée par batteries lithium-ion
Schäffer annonce pour la fin de l'année le démarrage de la production en série de la première chargeuse alimentée par batteries lithium-ion

« Après comparaison entre plusieurs offres en particulier du point de vue de l’impact sonore, la ville de Paris a confirmé son intérêt pour nos chargeuses », annonce Sebastian Bertelsmeier, chargé du marketing. Née en 1956 sur le marché agricole, Schäffer approfondit une diversification marquée en 2014 par la scission de son offre : les matériels rouges pour l’agriculture, les jaunes pour la construction paysagère, qui représente déjà 20 % de son activité. Le revendeur suisse Roth accompagne sa conquête de l’Hexagone.

Le modèle d’entreprises industrielles allemandes ancrées dans le marché français ne peut que conforter les stratégies de conquête d’un Berger ou d’un Schäffer. Major mondial de la tronçonneuse, Stihl utilisera Galabau comme tremplin pour son nouveau modèle MS 500i à injection électronique, qui arrivera en France – son second marché après l’Allemagne – en 2019. Présent de longue date sur le marché français, Wiedenmann s’adapte aux demandes de collecte de feuilles adaptées à des jardins urbains de plus en plus compacts. Adossé depuis un an et demi à Saelen pour la distribution, Agria (80 salariés dans la région de Stuttgart, troisième génération de l’entreprise familiale) rapetisse également ses machines pilotées à distance pour le fauchage des talus routiers.

Agria s'appuie sur Saelen pour distribuer ses machines en France, notamment pour le fauchage à distance des talus routiers.
Agria s'appuie sur Saelen pour distribuer ses machines en France, notamment pour le fauchage à distance des talus routiers.

Broyeurs pour champs photovoltaïques

Autre entreprise familiale du Bade-Wurtemberg, AS Motor, implantée près du lac de Constance, rêve de dupliquer en France ses broyeurs à fléaux télécommandés, dimensionnés à une hauteur de 59 cm pour s’adapter au débroussaillage des champs photovoltaïques. L’entreprise de 130 salariés mobilise 6 commerciaux pour soutenir ses ventes parmi les gestionnaires d’infrastructures et les collectivités françaises.

Tous ces exemples illustrent le dynamisme des fournisseurs allemands de matériels d’entretien d’espaces verts, qui a poussé la foire de Nuremberg à ouvrir cette année un nouveau hall pour GaLaBau. En aval de la production, la filière exprimera sa fidélité au réseau des distributeurs professionnels spécialisés à travers le lancement d’une plateforme de communication dédiée aux motoristes. Un exposé, un atelier pratique et une soirée conviviale ponctueront la journée du 11 septembre.

Les concepteurs s’affirment

Parallèlement, GaLaBau poursuit l’élargissement de sa base au monde de la conception paysagère, qui a fourni 10 % des visiteurs de la précédente édition. Cette année, l’équivalent allemand de la Fédération française du paysage, le BDLA, ne se contentera pas de reconduire le stand qui avait marqué l’entrée officielle de la profession dans le salon en 2016. L’organisation professionnelle invite les participants à réfléchir aux grands enjeux de l’avenir : les premiers GaLaBau Landscape Talks évoqueront les infrastructures vertes et les toitures végétalisées, les 12 et 14 septembre.

La consolidation du socle d’industriels, l’arrimage des distributeurs et l’élargissement aux concepteurs répondent à l’objectif de l’organisateur : « Notre principale interrogation porte sur le retour de la croissance du nombre de visiteurs », confie Stefan Dittrich. Mais les français qui rateront le rendez-vous du 12 au 15 septembre à Nuremberg pourront se rattraper à Saint-Chéron (Essonne), du 18 au 20 septembre : de nombreux industriels allemands présenteront leurs innovations à Salonvert, poussés par le partenariat entre l’organisateur de l’événement français, Profield Events, et son homologue allemand.

Commentaires

GaLaBau 2018 annonce les nouvelles technologies des espaces verts

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur