En direct

Fuksas va construire le centre des archives nationales
Cliquez sur l’image pour l’agrandir (Crédit : Massimiliano Fuksas) - ©

Fuksas va construire le centre des archives nationales

Defawe Philippe |  le 10/05/2005  |  Seine-et-MarneVal-d'OiseYvelinesParisSeine-Saint-Denis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-et-Marne
Val-d'Oise
Yvelines
Paris
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Hauts-de-Seine
Réalisations
Prix d'architecture
Architecture
Culte
Professionnels
Valider

Fin du suspens. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture, a annoncé le nom de l’architecte retenu pour la réalisation du nouveau centre des archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, en Seine-St-Denis. Le lauréat est l’architecte italien Massimiliano Fuksas assisté de Florence Mercier, Betom Ingénierie et Altia.

Massimiliano Fuksas, Grand prix national d’architecture 1999, a bâti son projet sur une analyse de la géographie des lieux et des différentes échelles du site, à la recherche d’une dimension poétique, d’un nouveau paysage, et d’un dialogue avec la ville environnante. « L’étude de son fonctionnement, le positionnement de ses accès, son orientation urbaine, sa lisibilité morphologique sont des enjeux importants afin que cet équipement ne soit pas conçu comme un énième élément isolé et introverti qui se juxtapose ou s’ajoute à la ville, mais qu’il devienne un véritable générateur d’urbanité » explique l’architecte dans sa présentation.
A l’est, un bâtiment « bien ancré au sol, imposant, réfléchissant et précieux » héberge les magasins d’archives et la grande salle de lecture. Haut de 42 mètres, long de 180, habillé d’une peau en aluminium qui s’effiloche avec une trame en losange au niveau du soubassement et des vides entre les boîtes des magasins, il joue de ses matières et de ses effets de lumières.
A l’ouest, des volumes légers et transparents, suspendus, contiennent les bureaux, les salles de conférence et la réception du public. Ces volumes se multiplient dans un jeu de réflexion sur la façade en aluminium du bâtiment, ainsi que dans les bassins d’eau.

L’impact attendu de l’installation de cet équipement structurant, d’envergure nationale et de visibilité internationale, est à la mesure des efforts engagés par l’Etat. Sa livraison est prévue pour 2009.
D’une capacité de 320 km linéaires, le nouveau centre est destiné à collecter, conserver et communiquer les archives des administrations centrales de l’Etat depuis 1790 et pour les trente ans à venir. Il répondra ainsi à la saturation actuelle des deux centres à vocation générale de Paris et de Fontainebleau, auxquels il vient s’ajouter.
Sa localisation à Pierrefitte-sur-Seine est symbolique d’un choix où se mêlent, à parts égales, souci de continuité et volonté de rupture. Le choix de cette implantation à quelques lieues de la basilique de Saint-Denis est la traduction d’une inscription dans la longue durée, renforcée par une mémoire des lieux encore vive et fortement marquée par l’esprit d’entreprise, le travail et ses luttes. Mais cette implantation projette les archives dans un espace en mouvement, au sein d’une population jeune et plurielle.
Pierrefitte-sur-Seine est enfin un choix pragmatique. La proximité immédiate du nouveau centre avec l’Université de Paris VIII rendra possibles des liens très féconds avec le monde de l’enseignement et de la recherche. Grâce au terminus de la ligne 13 du métro, le futur établissement sera facilement accessible de Paris et de l’ensemble de la région parisienne.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir (Crédit : Massimiliano Fuksas) - ©

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil