En direct

Frida Escobedo dessinera le prochain Pavillon d’été de la Serpentine Gallery
Pavillon Serpentine Gallery 2018 - © © Frida Escobedo, Taller de Arquitectura, Renderings by Atmósfera

Frida Escobedo dessinera le prochain Pavillon d’été de la Serpentine Gallery

Service architecture et urbanisme |  le 08/02/2018  |  Serpentine GalleryEuropeArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Serpentine Gallery
Europe
Architecture
Valider

L’architecte mexicaine, née en 1979, succède à Diébédo Francis Kéré pour cet exercice de style annuel qui sera inauguré le 15 juin prochain…

Dans les jardins de Kensington à Londres, le dix-huitième Pavillon d’été de la Serpentine Gallery sera signé d’une jeune architecte mexicaine, Frida Escobedo. Reconnue pour ses projets qui «réactivent l’espace urbain», elle exploitera dans son projet - une enceinte poreuse autour d’un bassin - un jeu géométrique subtil de lumière et d'eau, en puisant son inspiration aussi bien dans l’architecture mexicaine traditionnelle que dans les matériaux propres à l’architecture britannique.

Installée à Mexico en 2006, Frida Escobedo sera la plus jeune architecte du pavillon Serpentine - et la première femme en solo à y intervenir - depuis la commande inaugurale confiée à Zaha Hadid, en 2000. Son pavillon prendra la forme d'une enceinte fermée, composée de deux volumes rectangulaires disposés en équerre. Articulés autour du tracé du méridien de Greenwich (1851), les espaces seront enclos par un celosia, sorte de moucharabieh typique de l’architecture vernaculaire mexicaine, formé d'éléments montés à claire-voie qui filtreront la vue. Lumière et ombre seront mis en valeur par des dispositifs réfléchissants en plafond et par le jeu de miroitements de l’eau du bassin.

«Mon projet pour la Serpentine est le fruit d’une rencontre entre inspirations matérielles et historiques indissociables de la ville de Londres, souligne l’architecte ; mais aussi autour de cette idée qui est au centre de ma pratique : l’expression du temps dans l'architecture par l'utilisation inventive de matériaux ordinaires et de formes simples. Ici, la lumière et l'ombre, la réflexion et la réfraction sont autant de matériaux qui transformeront le bâtiment en un «garde-temps» qui conserve la trace du passage de la journée».


Jeux d'ombres et de lumière...
Jeux d'ombres et de lumière... - © © Frida Escobedo, Taller de Arquitectura, Renderings by Atmósfera

Commentaires

Frida Escobedo dessinera le prochain Pavillon d’été de la Serpentine Gallery

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur