Friche Saint-Sauveur: la Métropole lilloise va devoir revoir sa copie

Le tribunal administratif de Lille a ordonné jeudi 14 octobre l'annulation pour vice de procédure de deux délibérations de la Métropole sur le projet d'aménagement de la friche Saint-Sauveur, vivement contesté par l'opposition écologiste à la maire socialiste Martine Aubry.

Partager
Friche Saint-Sauveur: la Métropole lilloise va devoir revoir sa copie
Vue aérienne de la friche Saint-Sauveur.

Le tribunal administratif de Lille avait été saisi par deux associations, PARC Saint-Sauveur et ASPI (Association pour la suppression des pollutions industrielles), qui réclamaient l'annulation de deux délibérations, votées en 2018 et 2019, déclarant l'intérêt général du projet d'aménagement de la friche Saint-Sauveur.

Les deux associations contestaient ce projet qui prévoit notamment la construction de 2400 logements, de commerces et d'une piscine olympique sur un terrain vague de 23 hectares en plein centre-ville.

À LIRE AUSSI

La piscine accélère le tempo de Saint-Sauveur

Jeudi 14 octobre, suivant le rapporteur public, le TA a prononcé l'annulation pour "vices de procédure" de ces deux délibérations.

Etude d'impact insuffisante

En octobre 2018, rappelle le tribunal, le juge des référés "avait suspendu l’exécution de la délibération initiale en date du 15 juin 2018" de la Métropole européenne de Lille (Mel) en raison "des insuffisances de l’étude d’impact quant aux incidences du projet sur la qualité de l’air", ainsi "que de ses inexactitudes concernant l’état d’avancement du projet d’implantation d’une piscine olympique".

Pour y remédier, la MEL avait "organisé une enquête publique dite complémentaire" en 2019, puis par une nouvelle délibération, "déclaré à nouveau d’intérêt général le projet Saint-Sauveur".

Le tribunal a estimé que la MEL aurait dû organiser "une nouvelle enquête publique de droit commun" et "pas seulement une enquête complémentaire".

Toujours d'intérêt général

En revanche il précise avoir "écarté la contestation par les associations requérantes du caractère d’intérêt général du projet au regard des enjeux environnementaux, en s’appuyant notamment sur les conclusions du commissaire enquêteur qui a émis à deux reprises un avis favorable".

Pour l'avocate des requérants, Me Muriel Ruef, cette décision est "une victoire des associations". Cela "signifie que le projet doit être abandonné. Du moment que l’étude d’impact est jugée insuffisante, on ne peut pas savoir si l’intérêt général existe ou pas", a-t-elle affirmé à l'AFP. Si "la Mel et la mairie persistent nous irons jusqu'au bout", a-t-elle ajouté.

"Pour nous il n'y a plus de projet (...) il faut absolument conserver cet espace comme espace naturel" a fait écho la co-présidente de l'association Parc, Bénédicte Vidaillet, dénonçant une "politique mortifère de densification urbaine".

"L'essentiel est que l'intérêt général du projet est reconnu par le tribunal (...) , que le fonds du projet est acté", a pour sa part réagi auprès de l'AFP Mme Aubry. "Nous allons nous mettre en conformité avec les demandes du tribunal, traiter les problèmes de procédure qu'il a relevés", a-t-elle ajouté et "le projet sera, comme fait jusqu'à présent, réalisé en concertation avec les habitants", a-t-elle ajouté.

La Mel n'entend pas faire appel, selon une source proche du dossier, qui estime à environ deux ans le délai pour mener à bien une nouvelle enquête publique.

Stéphane Baly, président du groupe d’opposition municipal "Lille Verte", s'est pour sa part félicité "de la suspension du projet", "obsolète au regard des urgences climatiques et sanitaires", prônant une "remise à plat en co-construction avec les habitants".

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Week-End

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

90 - BELFORT

Réfection des halls 19 rue Lumière

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil