Culture

François de Mazières quitte la Cité de l’Architecture et du Patrimoine

Mots clés : Architecture - Conservation du patrimoine

À la tête de la Cité de l’architecture et du patrimoine depuis 8 ans, François de Mazières quitte l’établissement public qu’il a créé pour se consacrer à sa nouvelle mission de député.

Élu député des Yvelines en juin dernier, François de Mazières (52 ans) a remis sa démission de Président de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication. Le nouveau député demeure néanmoins Président de cet établissement installé dans le Palais de Chaillot à Paris jusqu’à la nomination de son successeur en conseil des ministres. Si le 31 juillet 2012 celui-ci n’est pas connu, François de Mazières, quittera la Cité de l’Architecture et du Patrimoine et un intérim sera mis en place.

 

Lieu de rayonnement de l’architecture

 

Rappelons que François de Mazières est nommé en 2004 à la tête de la préfiguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine et qu’il crée ce nouvel établissement à caractère industriel et commercial. En 2007, la Cité est inaugurée par le Président de la République, Nicolas Sarkozy, qui lance sur les conseils de François de Mazières, la consultation internationale des grands architectes autour de la question du Grand Paris. Par la suite, François de Mazières reste étroitement associé à cette réflexion utilisant ses connaissances de maire de Versailles et de président de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Il fait de la Cité de l’architecture et du patrimoine un lieu « de rayonnement de l’architecture », un lieu prospectif où sont notamment programmées des expositions sur l’habitat écologique, la place de la nature en ville ou encore la question des transports. Il place le dialogue entre le maître d’ouvrage et l’architecte au cœur des « Défis de ville » qui sont des rencontres entre un élu local, maître d’ouvrage, et un architecte ou un urbaniste, ayant pour objectif d’élucider les conditions de réussite d’un projet architectural ou urbain exemplaire. François de Mazières s’est appuyé sur les liens qu’il a tissé avec le monde économique pour établir des partenariats publics et privés indispensables au fonctionnement de l’établissement.

Focus

Parcours professionnel et d'élu

Né en mai 1960, François de Mazières est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et ancien élève de l’ENA. Il est sous-préfet à Moulins et à Besançon avant de gérer les crédits des préfectures en administration centrale. Il effectue sa mobilité à l’Inspection Général des Finances et devient chef de cabinet du ministre de l’économie en 1993, dans ce poste, il est également chargé des questions de décentralisation.

Il est nommé en 1995 à l’Inspection Générale des Finances où il effectue plusieurs années d’audit sur des organismes recevant des financements publics, puis il est rapporteur du Conseil Général des Impôts, organisme rattaché à la Cour des Comptes, chargé du bon emploi de la fiscalité et notamment des études des niches fiscales.

En 2000, il devient Directeur Général de la fondation du patrimoine, fondation d’intérêt général spécialisée dans la préservation du patrimoine de proximité, il met en place le système de souscription pour les petits édifices faisant appel à la générosité publique.

En 2002, il est nommé conseiller pour la culture et la communication du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, où il coordonne notamment l’élaboration de la loi sur le mécénat ainsi que plusieurs textes relatifs au fonctionnement du secteur culturel et audiovisuel.

Il est nommé en 2004 à la tête de la préfiguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine et crée ce nouvel établissement à caractère industriel et commercial.


Sa vie d’élu

En 1995, François de Mazières devient adjoint en charge de la Culture à la mairie de Versailles puis il crée, en 1996, la première édition du Mois Molière. Il en assure la direction durant 15 ans. Son objectif est de rendre accessible le théâtre et la musique à toutes les familles. Ce festival accueille plus de 250 manifestations chaque année.

En 1999, il est élu Président de la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC), il sera réélu à cette présidence, à l’unanimité, deux ans plus tard, avant de quitter celle-ci pour entrer à Matignon.

En 2008, il devient maire de Versailles et président de la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc.

Spécialiste reconnu de culture et d’urbanisme, il participe à de nombreux jurys et colloques. Il est l’auteur d’articles sur la culture et du livre : « La culture n’est pas un luxe ».


Il est promu Chevalier de la Légion d’Honneur en janvier 2009.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X