En direct

Franck Hammoutène :
Franck Hammoutène, architecte et actuel président de l'Académie d'architecture - © © Frédéric Stephan

Franck Hammoutène : "L'Académie d'architecture joue l'ouverture"

Propos recueillis par Frédéric Lenne |  le 13/05/2009  |  France entièrePrix d'architectureArchitectureParisBouches-du-Rhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
France entière
Prix d'architecture
Architecture
Paris
Bouches-du-Rhône
Professionnels
Valider

Au tiers de son mandat, entretien avec le président de cette institution dont l'assemblée générale se tient le 14 mai à Paris. Un maître mot : ouverture!

Vous tenez, le 14 mai, votre première assemblée générale en tant que président de l'Académie d'architecture. Quel est votre diagnostic sur cette institution ?
L'Académie est un lieu libre de défense et de promotion de l'architecture au sens le plus large. Il existe peu d'institutions en France qui soient consacrées vraiment à l'architecture, indépendamment d'un champ spécifique lié à un territoire ou une problématique, comme l'Académie qui regroupe en son sein, depuis des générations, un collège transversal à tous les champs et actions de l'architecture. Ce n'est pas un organe de défense professionnelle ou syndicale. Il me semble que c'est un des seuls lieux où l'on peut librement aborder tous les sujets et où toutes les paroles peuvent s'exprimer. Dans nos cycles de conférences, par exemple, nous accueillons aussi bien des grands témoins historiques que des acteurs engagés dans l'actualité. Pour beaucoup de grands décideurs, l'Académie est une autorité morale. Il nous arrive souvent de mener des missions ou de rendre des avis d'expert sur des questions très variées.

L'Académie est parfois considérée comme une vieille institution. Qu'est-ce qui vous a conduit à sa présidence ?
Il est capital de donner du temps et de participer aux actions qui peuvent aider l'architecture. L'Académie est d'abord une source vivante extraordinaire de l'histoire contemporaine de l'architecture. On y rencontre toutes les générations et, quand j'y suis arrivé en 2000, j'ai été frappé d'y trouver toutes sortes d'architectes (praticiens, théoriciens, etc.) qui ont une jeunesse d'esprit, une grande culture et une disponibilité incroyable. Elle réunit les témoins et les acteurs vivants de l'architecture française. L'Académie est forte d'une richesse humaine, d'une richesse de générations, d'une richesse historique et d'un formidable héritage. Ses fonds sont immenses mais malheureusement insuffisamment exploités. Elle a des activités d'édition, de conférences et gère un patrimoine bâti constitué de legs. En même temps, c'est une institution pauvre qui n'a pas les moyens de son patrimoine. C'est en effet une association qui vit presque seulement des cotisations de ses membres avec, puisqu'elle est reconnue d'utilité publique, le concours grandissant du mécénat.

Que comptez-vous faire de votre mandat ?
Trois ans, c'est un mandat un peu court. Mais c'est une très bonne chose qu'il ne soit pas renouvelable pour assurer le brassage des générations et des volontés. Mon premier objectif est de faire mieux connaître l'Académie, donc de mieux communiquer et mieux exploiter notre patrimoine. Nous allons donc faire davantage connaître nos actions comme, par exemple, les prix de l'Académie. Nous transformons également le prix du Livre de l'Académie qui devient un palmarès de l'édition architecturale, afin de mettre en exergue des livres mais aussi des films ou des émissions de télévision ou toute autre forme de supports. Mais je dois aussi veiller à assurer une meilleure santé financière à l'institution en développant des partenariats installés. Par exemple, la BNP PI nous aide pour notre cycle de conférences et accueillera cette année la cérémonie de remise des prix. Et puis, surtout, nous venons d'ouvrir le chantier permettant d'augmenter le nombre de nos membres.

Vos statuts vous le permettent-ils et à quelle logique répond cette augmentation ?
Une modification des statuts sera nécessaire mais il y a une vraie logique à mener cette réforme pour préserver l'autonomie de l'Académie. Il est normal que tous les architectes de valeur aient un endroit où ils soient distingués ; et il n'y a aucune difficulté à trouver dans chaque région cinq, dix ou quinze très bons architectes. Il y a, de plus, une légitimité à ce que le nombre des membres de l'Académie soit mis à l'échelle de l'activité d'aujourd'hui sur l'ensemble du territoire.

Les membres titulaires sont à l'heure actuelle 120. Quel chiffre voulez-vous atteindre ?
Ce n'est pas encore décidé mais un chiffre entre 200 et 300 me semble tout à fait réaliste.

www.archi.fr

Franck Hammoutène

Architecte, lauréat du prix de l'Equerre d'argent en 2006 pour l'hôtel de ville de Marseille, Franck Hammoutène a succédé en 2008 à Benjamin Mouton à la présidence de l'Académie d'architecture. Il a l'intention d'ouvrir largement les portes de cette institution qui compte actuellement 120 membres titulaires mais aussi 200 membres correspondants et 50 membres associés.

Un patrimoine à révéler

Fondée en 1840, l'Académie d'architecture vit des cotisations de ses membres (650 euros par an), de subventions, dons et legs. Son budget annuel de fonctionnement est d'environ 300.000 euros. Mais une meilleure valorisation de son patrimoine, depuis son prestigieux siège de l'hôtel de Chaulnes (place des Vosges à Paris) jusqu'à différentes villas en France et à l'étranger, pourrait lui permettre de vivre mieux. Et surtout de mieux assurer ses missions de conservation de la mémoire, promotion de l'architecture et participation au débat. Elle prépare actuellement l'édition complète du Grand Blondel qui fait partie des trésors en sa possession.

Commentaires

Franck Hammoutène : "L'Académie d'architecture joue l'ouverture"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur