En direct

Francis Cuillier, président du CFDU « Il existe en France un réel déficit en matière d’ingénierie urbaine »
PHOTO - AME 70 CUILLIER.eps - © ERIC LEGOUHY/LE MONITEUR

Francis Cuillier, président du CFDU « Il existe en France un réel déficit en matière d’ingénierie urbaine »

Propos recueillis par Gilles Davoine |  le 29/09/2008  |  SantéFormationArchitecture

« Territoires métropolitains, entre fragmentation et cohésion » était le thème retenu pour l’université d’été du Conseil français des urbanistes (CFDU), organisée fin août à Créteil. Francis Cuillier, président du CFDU et directeur général de l’Agence d’urbanisme de Bordeaux, plaide ici pour une meilleure gouvernance des métropoles et un renforcement de l’ingénierie urbaine.

Pourquoi avoir choisi le thème des « territoires métropolitains » pour la 13e université d’été des urbanistes ?

Ce thème concerne aussi bien l’Ile-de-France que les autres agglomérations, puisque l’université d’été rassemble des urbanistes de tout le territoire français. Le phénomène de métropolisation est un processus inéluctable, vu la croissance urbaine en France et partout ailleurs. Il est indispensable que les urbanistes s’efforcent de comprendre les dynamiques en cours, identifient les problèmes à résoudre et analysent les aspects positifs et négatifs de cette métropolisation.

Est-ce en rapport avec le débat en cours sur le Grand Paris ?

Les urbanistes doivent se positionner sur tous les grands débats et notamment sur le Grand Paris. Nous pensons que cette question essentielle n’a pas été abordée de manière rationnelle. Nous nous interrogeons sur la pertinence d’une démarche certes nécessaire, mais faussée par le choix d’équipes de « grands architectes ». Elle risque d’occulter des questions fondamentales en ne proposant que des visions spatiales. D’autre part, le débat sur le Grand Paris ne doit pas faire oublier la nécessité d’une armature forte de métropoles régionales fonctionnant en réseau avec la région parisienne, moteur essentiel du développement en France.

Quels sont les aspects positifs et négatifs de la métropolisation ?

Les processus de métropolisation ont des aspects positifs en termes de dynamique économique, d’équipements et d’aménités urbaines. Mais ces processus engendrent aussi des aspects négatifs que sont l’existence de zones d’exclusions urbaines et sociales, ainsi que la création de disparités fortes dans l’espace urbain par rapport aux services et aménités. A l’heure où les métropoles européennes sont engagées dans une compétition permanente en termes d’attractivité, de positionnement et de stratégie de développement, on ne peut mettre en valeur uniquement les aspects positifs et ignorer les aspects de relégation qui touchent des territoires à attractivités faibles ou nulles.

Dispose-t-on d’assez de « matière grise » en France dans le domaine de l’urbain ?

Il existe un réel déficit en matière d’ingénierie urbaine à plusieurs niveaux, tant techniques que géographiques. L’éparpillement communal et l’empilement des structures administratives et politiques, depuis la commune jusqu’à l’Etat, crée une confusion et une complexification quant aux compétences nécessaires pour assurer le devenir des territoires en général. L’éclatement communal ne permet pas de disposer d’équipes pour réaliser des plans d’urbanisme avec une garantie de qualité. D’autre part, le coût de la matière grise n’est pas assez pris en compte et de fortes différences existent en termes de rémunération des prestations.

Enfin, la déconnexion entre les périmètres spatiaux de l’action politique et ceux de l’action urbanistique est un frein à une bonne qualité de l’ingénierie urbaine. En particulier, les effets du mécano institutionnel actuel entraînent des coûts de négociation et de coordination qui trop souvent prennent le pas sur les aspects techniques.

Là où les politiques de la ville ont partiellement échoué depuis 30 ans, une politique axée sur le développement durable peut-elle réussir ?

Le terme de « politique de la ville » est un peu une imposture, car il s’applique uniquement aux quartiers de grands ensembles et on ne peut pas dire que le succès soit au rendez-vous quant à leur transformation en de véritables morceaux de villes. Intégrer la problématique du développement durable est indispensable dans nos politiques urbaines, mais il ne faudrait pas que ce terme de développement durable soit réduit à des gadgets techniques. Il faut relire la charte de Leipzig, qui est beaucoup plus complète – en particulier du point de vue social – que la notion actuelle de développement durable.

Qu’attendez-vous de la future loi de mobilisation pour le logement et contre l’exclusion ?

Cette future loi est un élément important à mettre en œuvre. Toutefois, on peut s’interroger sur ses effets et sur sa capacité à répondre à l’immense crise du logement à laquelle nous devons faire face. La situation actuelle de l’immobilier en France et dans le monde, ne peut qu’être inquiétante et les solutions sont encore à rechercher face à ce défi considérable.

Commentaires

Francis Cuillier, président du CFDU « Il existe en France un réel déficit en matière d’ingénierie urbaine »

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Traité de contentieux de la commande publique

Traité de contentieux de la commande publique

Livre

Prix : 87.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur