En direct

Forts impacts du périphérique sur les habitations voisines

Defawe Philippe |  le 13/04/2005  |  Seine-et-MarneVal-d'OiseYvelinesParisSeine-Saint-Denis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-et-Marne
Val-d'Oise
Yvelines
Paris
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Hauts-de-Seine
Environnement
Second œuvre
Produits et matériels
Réglementation
Technique
Santé
Valider

Pour la première fois, une étude sur l’ampleur de la pollution vient d’être publiée par Airparif. Avec 270.000 véhicules par jour, cette autoroute urbaine pollue jusqu’à 400 mètres à la ronde et sa couverture envisagée n'offre qu'une solution partielle.

L’impact du "périph" se ressent à 150 m à la ronde et jusqu'à 400 mètres dans le cas d'un échangeur comme celui de la Porte de Bagnolet, explique cette étude détaillée publiée mardi par Airparif.
L'organisme de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France a déployé 60 sites de mesure provisoires et a mesuré les niveaux de polluants pendant 8 semaines, en automne et hiver 2003, autour de la Porte de Bagnolet, au nord-est de la capitale.

L'échangeur de Bagnolet est un "cas d'école", relève Airparif. En plus du boulevard périphérique, il est au départ de l'autoroute A3 vers le Nord (172.000 véhicules/jour), proche des boulevards des Maréchaux (38.500 véhicules/jour) et de la rue Belgrand qui dessert le coeur de Paris. Plusieurs stades et jardins publics sont au voisinage immédiat, ainsi qu'un centre commercial très fréquenté. 70.000 franciliens habitent dans un rayon de 1 km autour de l'échangeur.
Le niveau moyen de benzène (cancérigène) au coeur de l'échangeur est deux fois plus élevé que la pollution de fond et peut même atteindre ponctuellement 2,7 fois ce niveau. Le niveau moyen de dioxyde d'azote dans des lieux fréquentés par les piétons, au milieu de l'échangeur, est une fois et demi plus élevé que celui de la pollution générale du secteur.
Pour le dioxyde d'azote (un des polluants responsables de pics d'ozone), les niveaux de fond de tout le secteur étudié dépassent l'objectif de qualité annuel (français et européen) de 40 microgrammes/m3 fixé pour 2010.
L'échangeur a un impact jusqu'à 400 m à la ronde, dans une zone englobant plusieurs stades (stade Louis Lumière, stade de la Porte de Bagnolet).

Les émissions les plus fortes ont été relevées au métro Galliéni, situé dans un espace mi-clos. De façon générale, la pollution est plus élevée dans les espaces clos (centre commercial, métro) que dans les espaces ouverts, où elle peut se disperser plus facilement.

La couverture du périphérique n'offre qu'une solution partielle: elle forme un tunnel qui canalise les émissions et provoque une accumulation à la sortie.
En revanche, la pollution décroît plus rapidement lorsque le périphérique est entouré d'arbres et de bandes végétales larges.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Mener une opération d'aménagement

Mener une opération d'aménagement

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur