Droit Social

Formation – le contrat de professionnalisation appliqué au BTP

Mots clés : Apprentissage - Apprentissages - Monde du Travail - Retraite

Le contrat de professionnalisation permet à l’entreprise d’intégrer un jeune de moins de 26 ans ou un demandeur d’emploi de 26 ans et plus en lui proposant un parcours de formation. Un dispositif qui permet d’anticiper de futurs départs à la retraite et de répondre à l’obligation d’emploi en contrat d’alternance pour les entreprises de 250 salariés et plus.

Le contrat de professionnalisation est-il réservé à un type d’entreprise ?

Non, toutes les entreprises peuvent en conclure. Rappelons que les entreprises de 250 salariés et plus doivent compter, dans leur effectif, 4 % d’alternants (contrat de professionnalisation, contrat d’apprentissage…) sous peine d’acquitter une contribution supplémentaire à l’apprentissage.

 

Quels sont les publics visés par le contrat de professionnalisation ?

Les jeunes âgés de 16 à moins de 26 ans et les demandeurs d’emploi âgés de plus de 26 ans. Certains publics sont prioritaires pour ce type de contrat : les bénéficiaires du revenu de solidarité active, de l’allocation spécifique de solidarité, de l’allocation aux adultes handicapés, les personnes qui ont bénéficié d’un contrat unique d’insertion, les jeunes sans diplôme. L’entreprise bénéficie alors de conditions de prise en charge plus favorables.

 

Sous quel type de contrat...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X