En direct

FINITIONS Des groupements d'entreprises pour mieux attaquer les marchés

FRANCOISE DAJON LAMARE |  le 24/01/1997  |  Marchés publicsProduits et matérielsSecond œuvreLot-et-GaronneRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Marchés publics
Produits et matériels
Second œuvre
Lot-et-Garonne
Réglementation
Valider

A l'occasion du cinquantenaire de la création de l'Union nationale des entrepreneurs de peinture-vitrerie et finitions que préside François Foulon, plus de 250 entrepreneurs se sont réunis en congrès à Deauville en décembre. L'un des thèmes centraux abordés portait sur les moyens de ranimer les carnets de commandes. Les professionnels ont notamment réfléchi sur les avantages et les inconvénients des groupements d'entreprises, afin de mieux attaquer les marchés. Des participants ont témoigné de leurs expériences et en particulier d'un certain nombre de difficultés qu'ils ont rencontrées : « Quand on est un groupement d'entreprises, a dit un entrepreneur d'Agen, on nous colle une étiquette. » « Les maîtres d'ouvrage croient que nous avons le monopole des prix », a renchéri un entrepreneur de Lot-et-Garonne. Autre écueil, évoqué par les participants à ce congrès : les risques de la cohabitation. « Un de nos clients souhaitait que deux entreprises se partagent un marché, a expliqué un entrepreneur. Mon confrère n'a pas pu suivre et j'ai dû terminer seul le chantier. »

Pour la plupart des professionnels, « un groupement ne peut être viable que s'il existe une cohésion des entrepreneurs. Mais il ne faut partager ni les résultats, ni le personnel. Au contraire, chaque membre du groupement doit avoir un lot de travaux bien défini ».

Sur ce point précis, Thierry Servant, président du Groupe aménagement-finitions (Graf : organisme professionnel réunissant les corps d'état de la peinture, du carrelage, de la plâtrerie, des moquettes...) pour l'Ile-de-France, a été à l'encontre de l'opinion de ses confrères, précisant que sur un gros chantier de ravalement en région parisienne, il « partage tout avec son partenaire ».

Programme commun pour la profession

Même si un certain nombre de problèmes se posent, le groupement est sans doute la solution d'avenir de l'entreprise indépendante . Thierry Servant a promis qu'en mai prochain, il « proposera à la profession un programme commun qui aura tenu compte des réflexions de ce congrès ». Les professionnels ont tracé les pistes d'un vade-mecum du groupement d'entreprises selon les principes suivants : « Le groupement doit répondre à un besoin ; il doit être créé avec des gens de confiance ; il doit se positionner en amont des projets ; il doit associer les maîtres d'ouvrage et les maîtres d'oeuvre pour les sensibiliser et leur démontrer les capacités du groupement à réaliser le marché ».

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur