En direct

Finances Naissance de la Banque du développement des PME

MICHEL OCTERNAUD |  le 03/01/1997  |  PME du BTPEntreprisesFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

PME du BTP
Entreprises
France
Valider

-Fruit du rapprochement du CEPME et de Sofaris, la Banque du développement des PME (BDPME) est officiellement opérationnelle depuis le 1er janvier.

-Programmée par les pouvoirs publics dans le cadre du plan « PME pour la France », cette opération donne naissance à un établissement de place, destiné à être l'instrument privilégié du soutien de l'Etat aux PME en les accompagnant dans chacune des étapes de leur existence et en favorisant leurs accès aux financement. La Banque du développement des PME, dont la présidence a été confiée à Jacques-Henri David, jusqu'à présent président du directoire du CEPME (Crédit d'équipement des PME) et P-DG de Sofaris, n'a pas pour autant vocation à se substituer aux banques, mais à intervenir au contraire en partenariat avec elles et sans contact direct avec les clients.

De même, la BDPME ne pratiquera, selon l'expression de Jacques-Henri David « ni l'élitisme ni l'acharnement thérapeutique dans le choix des entreprises à soutenir (...). Il s'agit de répondre à des situations difficiles, mais pas désespérées ». La BDPME interviendra donc aux phases critiques du développement des PME par une garantie sur les financements à risque, le cofinancement et le cofinancement associé à une garantie, s'agissant de l'investissement (graphique). « Notre vocation, a ajouté son président, est d'être un catalyseur, prioritairement en faveur des entreprises qui ont un projet viable leur permettant de passer à la vitesse supérieure. »

Pour toutes ses interventions, la BDPME (dont les actionnaires sont l'Etat à hauteur de 51 %, la Caisse des dépôts pour 40 % et les Banques populaires pour 9 %) sera présente dans toutes les régions et dans une quarantaine de villes, implantations qui disposeront d'une large autonomie de décision. Les fonds propres du nouvel établissement sont de l'ordre de 2,5 milliards de francs. Les dotations aux différents fonds de garantie sont de l'ordre de 850 millions et les ressources Codevi ont été portées sur trois ans de 12 à 30 milliards.

Un partenariat avec la communauté bancaire

-La banque permet aux PME de bénéficier d'un effet de levier plus fort en intervenant en partage de risques jusqu'à 70 %.

-Elle intervient systématiquement en partenariat avec la communauté bancaire et financière.

-Elle ne peut prendre d'hypothèques sur la résidence principale du chef d'entreprise ; les cautions personnelles ne peuvent généralement excéder la moitié du montant ou de la durée du prêt.X

-Elle propose deux nouveaux produits :

- Le contrat de développement, prêt sans garantie pour améliorer la structure financière de la PME à l'occasion d'un important programme d'investissement, ou lors d'une étape décisive de développement (innovation, exportation, diversification...). Ce concours est destiné aux PME réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 50 millions de francs ; sa durée est de six ans et son montant est compris entre 250 000 francs et 1 500 000 francs ; remboursement allégé pendant les deux premières années ; taux de base : Pibor + 1 (soit 4,50 % actuellement) ; il est assorti d'un complément de rémunération en fonction de la croissance de l'activité et d'une retenue de garantie de 5 % du montant du prêt, restituée après total remboursement.

- Le financement des commandes publiques permettant de faciliter le financement à court terme des entreprises fournisseurs de l'Etat, des collectivités territoriales, des entreprises publiques et parapubliques, en mobilisant dès facturation le poste clients. Le crédit est cofinancé entre la banque et la BDPME, celle-ci assurant la gestion des créances pour compte commun. La BDPME peut assurer une prise en charge du risque dans la limite de 70 % du concours total.

-La BDPME accompagne également en garantie les TPE (très petites entreprises) à tous les stades de leur existence. Pour plus d'efficacité, et compte tenu des montants unitaires faibles, elle a délégué sa décision aux banques. En contrepartie, les banques s'engagent à présenter à la garantie l'ensemble de leurs opérations sur leurs clients TPE. Parallèlement, la BDPME a réduit son coût d'intervention en garantie à 0,30 % l'an sur le montant du crédit

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil