Grand Paris

Financement du Grand Paris Express : Valérie Pécresse veut une « taxe additionnelle » pour les touristes

Mots clés : Fiscalité - Politique des transports - Tourisme - Transport collectif urbain

La présidente LR de la région Ile-de-France plaide pour que le calendrier du métro du Grand Paris « soit respecté », suggérant « une petite taxe » de séjour « additionnelle » pour les touristes afin de « financer les surcoûts ».

« Financièrement il n’y a pas d’obstacles », à la réalisation du Grand Paris Express a assuré, lundi 5 février, sur France Bleu Paris, Valérie Pécresse. « Toutes les lignes ont été confirmées, maintenant moi j’attends que le calendrier soit respecté aussi » a ajouté la présidente de la région Ile-de-France. « Le gouvernement nous dit que pour des raisons financières ce ne serait pas possible, je dis « si, c’est possible », parce que les lignes du Grand Paris Express sont payées par les Franciliens, par l’Ile-de-France, pas par les Français, il y a des taxes spécifiques », a-t-elle poursuivi.

 

Taxe de séjour additionnelle

 

Mme Pécresse a indiqué s’être entretenue avec le député LR Gilles Carrez, qui préside un groupe de travail chargé par le gouvernement de chercher les moyens d’augmenter les ressources de la Société du Grand Paris (SGP), chargée de réaliser le super-métro. « Ce que nous avons dit avec Gilles (Carrez, ndlr) c’est qu’il serait possible de faire une taxe de séjour additionnelle, pour les touristes« , a-t-elle déclaré. « C’est 40 millions de touristes que reçoit l’Ile-de-France, il faut qu’on trouve à peu près 150 millions d’euros de plus par an pour financer les surcoûts et nous avons 40 millions de touristes. Donc une petite taxe additionnelle de 2 ou 3 euros sur les séjours des touristes pourrait nous amener à équilibrer le modèle économique du Grand Paris ».

« Après, techniquement, il reste encore des obstacles parce que les travaux sont immenses », a reconnu Mme Pécresse. « Mais on est quand même dans un pays où il y a des millions de personnes au chômage, donc ne pas réussir à lancer ce genre de marché, ça me paraît néfaste », a-t-elle conclu.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X