Fibre optique: le grand méli-mélo du raccordement au client

La cascade de sous-traitances qui caractérise l’installation finale du très haut débit chez le particulier entraîne une autre accumulation, celle des mécontentements qui remontent à des élus impuissants. Pour en sortir, les professionnels de l’installation électrique ont les solutions : la limitation de cette sous-traitance à deux rangs et la qualification des entreprises intervenantes.

Partager
Fibre optique: le grand méli-mélo du raccordement au client
Les raccordements défectueux de fibre optique se sont multipliés dernièrement.

Dites Stoc et le sang des élus locaux ne fera qu’un tour. La « sous-traitance d’opérateur commercial » désigne le mode opératoire par lequel ce dernier (Orange, SFR, Free, Bouygues Télécom, etc.) confie à une entreprise extérieure le soin de raccorder les derniers mètres de fibre optique au client particulier

Or, ce soin fait justement défaut, à en juger par les remontées des mécontentements. Celles-ci ont pris de l’ampleur ces derniers mois. « Festival d’équipements fracturés ouverts aux quatre vents, de câbles emmêlés comme des plats de nouille et de clients débranchés à tort : le mode Stoc a tout ravagé sur son passage » tonne l’Avicca, l’Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel.

Le syndicat mixte Doubs THD en charge du déploiement du réseau dans ce département estime que « les trois-quarts des points techniques (shelters, armoires, boîtiers de branchement) nécessitent des reprises coûteuses de plusieurs millions d’euros ». « Les problèmes ne se rencontrent que sur ces derniers mètres, il est inadmissible que cette phase finale vienne entraver le bon déploiement que nous avons veillé à garantir par ailleurs », s’indigne à son tour Franck Leroy, vice-président en charge du très haut débit de la région Grand Est. Cet élu relève notamment les surcoûts des réparations des sous-répartiteurs optiques dégradés par les interventions défectueuses.

Franck Leroy, vice-président de la région Grand Est
« Il est inadmissible que cette phase finale vienne entraver le bon déploiement que nous avons veillé à garantir par ailleurs », dénonce Franck Leroy, vice-président de la région Grand Est.
« Il est inadmissible que cette phase finale vienne entraver le bon déploiement que nous avons veillé à garantir par ailleurs », dénonce Franck Leroy, vice-président de la région Grand Est. © Jean-Luc Stadler/Région Grand Est

À LIRE AUSSI

Le raccordement final de la fibre optique ne doit pas être le maillon faible du Très Haut débit pour tous !

Si les collectivités montent tant au créneau, c’est qu’elles ont investi massivement dans l’amont du raccordement final (200 millions d’euros dans le Doubs, près de 2 milliards d’euros en Grand Est), pour constituer un réseau d’initiative publique (RIP) dans les zones, majoritaires en France(1), où l’initiative privée ne s’est pas aventurée. De plus, les élus, les maires en premier lieu, deviennent le réceptacle des remontrances du citoyen courroucé, sans y être pour rien. La collectivité ne se trouve qu’au bout d’une chaîne aux maillons multiples : initiatrice du réseau d’initiative publique (RIP), elle en confie le déploiement à un opérateur d’infrastructure OI), tel Altitude Infrastructure dans le Doubs ou les groupements Losange et Rosace menés par NGE dans le Grand Est. Les entreprises de TP mandatées par ces OI interviennent jusqu’au nœud de raccordement optique puis au sous-répartiteur optique (ou point de mutualisation) situé en général à quelques centaines de mètres du logement.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Le Moniteur

Soutenez un journalisme d'expertise.

Déjà abonné ? Connectez-vous
Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Réglementation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

90 - BELFORT

Réfection des halls 19 rue Lumière

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE, ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT AU Moniteur

Rejoignez la communauté des professionnels de la construction et profitez d'informations et données clés sur votre secteur.

Découvrez nos offres
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil