Transport et infrastructures

Fibre : les réseaux d’initiative publique montent en puissance

Mots clés : Télécommunications

La 5e édition de l’Observatoire des entreprises intervenant dans les réseaux d’initiative publique (1) vient d’être publiée. Ses résultats montrent bien la montée en puissance du Plan France très haut débit en 2016. Et confirment des perspectives toujours plus intéressantes pour les années à venir.

 

Chaque année depuis 2013, l’Observatoire des entreprises intervenant dans les réseaux d’initiative publique (RIP) permet de suivre l’évolution du marché de la fibre dans les zones peu denses. Et cette 5e édition, dont les résultats ont été dévoilés le 1er mars, confirme bien le sentiment des différents acteurs de la filière. Le Plan France très haut débit a connu une véritable montée en puissance en 2016.

Plus de 2 Mds€ de chiffre d’affaires en 2017

Premier indicateur favorable : la croissance du chiffre d’affaires. La filière RIP a généré, l’an dernier, 1,8 Md€, soit 25% de plus qu’en 2015. L’activité poursuivra sa progression cette année, pour atteindre les 2,3 Mds€ (dont 1,4 Md€ pour la conception et la construction des réseaux).

Mieux encore, dans les trois ans à venir, 54% des entreprises impliquées dans le déploiement de la fibre en zones peu denses estiment que cette activité augmentera de plus de 20%. Seulement 7% d’entre elles misent sur une stabilité du chiffre d’affaires.

Cependant, malgré ces performances, la filière juge la rentabilité de l’activité RIP moyenne. En cause : une concurrence forte sur le marché et des prix trop souvent tirés vers le bas, notamment pour les entreprises qui conçoivent et construisent les réseaux.

35% d’emplois en plus

Le nombre d’emplois a, lui aussi, beaucoup progressé en 2016. Avec 8 100 équivalents temps plein sur l’ensemble de la filière, c’est 35% de plus que l’année précédente, 200% depuis le lancement du Plan France THD, en 2012.

Loin encore des 28 000 emplois à l’horizon 2022, 2017 devrait malgré tout être marquée par une évolution significative. L’Observatoire estime en effet que la filière mobilisera 11 000 emplois cette année, dont 8 000 dans la conception et la construction des réseaux.

Des investissements privés plus importants que prévus

L’attractivité et les perspectives autour du marché de la fibre sont incontestables. Et cette appétence est favorisée par les financements publics prévus par le Plan THD (6,5 Mds€ sur 20 Mds pour l’ensemble du territoire). Car la part de l’investissement public, qui reste « modeste » comparée à d’autres grands projets d’infrastructures souligne l’Observatoire, crée un effet de levier et parvient à attirer les financeurs privés.

Ces fonds privés sont nécessaires pour combler le financement. Et ils sont de plus en plus importants selon l’Observatoire. A tel point que la part du public pourrait être, au final, de 4 Mds€ au lieu des 6,5 Mds€. Une bonne nouvelle pour les finances publiques.

 

(1)    Etude réalisée par Idate Digiworld, pour la Fédération des Industriels des Réseaux d’initiative publique et la Caisse des Dépôts.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X