En direct

Feu vert pour les premiers réacteurs EPR d’EDF au Royaume-Uni

Nicolas Rossato |  le 25/03/2013  |  EuropeEntreprisesEtatTravaux sans tranchéeInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Europe
Entreprises
Etat
Travaux sans tranchée
International
Valider

Le gouvernement britannique a donné son accord au projet, situé sur le site de la centrale d’Hinkley Point. Bouygues est toujours pressenti pour réaliser la partie génie civil.

C’est un grand pas qui vient d’être franchi pour le futur chantier nucléaire britannique. Le ministère de l’Énergie et du Changement climatique du gouvernement Cameron a donné son feu vert, le 19 mars, au projet d’EDF Energy, filiale britannique d’EDF, pour la construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR (pour « réacteur à eau pressurisée européen») sur le site d’Hinkley Point C (région du Somerset).

Bien que cette annonce marque un tournant important, EDF et le gouvernement britannique doivent encore avancer sur la question du financement. Dans ce cadre, ils poursuivent actuellement leurs discussions en vue de conclure un "contract for difference" (CfD). Celui-ci permettrait au Royaume-Uni de recouvrir le prix garanti du rachat d'énergie produite – et vendue – par EDF. Ainsi, il assurerait la rentabilité de l’électricité produite en obligeant EDF à payer la différence, si le prix de l’électricité est plus haut qu’au moment de la signature du contrat. Interrogé par le BEM, le groupe a annoncé que l’accord devrait être trouvé fin mars. EDF devra ensuite trouver les investisseurs pour financer les travaux. Le groupe est ainsi en affaires avec l'électricien chinois China Guangdong Nuclear Power Company. L’intervention du Qatar est également envisagée.

Les travaux devraient ensuite, commencer, dont ceux de génie civil. Ils seront réalisés en principe par la coentreprise entre le Français Bouygues Travaux Publics et le constructeur local Laing O’Rourke. Le consortium avait été nommé en juin 2012 "preferred bidder" (candidat-préféré, qui bénéficie d’une période de négociation exclusive). Selon un porte-parole de Bouygues Construction, le contrat n’a pas encore été définitivement attribué au tandem franco-britannique. Il était prévu à l’origine que cette confirmation intervienne fin 2012. Le montant des travaux de génie civil, qui représentait à l’époque 2,47 milliards d’euros, n’aurait pas évolué.

EDF n’a pas souhaité communiquer le montant nécessaire pour réaliser l’ensemble du projet, ni donner d’estimation.

Plus d'informations sur la construction à l'international avec le BEM

Commentaires

Feu vert pour les premiers réacteurs EPR d’EDF au Royaume-Uni

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur