En direct

Faut-il prendre en compte l’inconstructibilité partielle d’un terrain lors de son évaluation ?

Par Miguel Barata, avocat associé, Selarl Caradeux Consultants |  le 25/09/2015  |  Ille-et-VilaineParisVienne

Expropriation -

Un arrêt de la Cour de cassation pourrait perturber le jeu, jusqu’alors plutôt clair, des règles d’évaluation.

En droit de l’expropriation, l’évaluation d’une parcelle en vue de fixer l’indemnité à verser impose de déterminer au préalable s’il s’agit d’un terrain à bâtir. Les critères à remplir pour cela sont définis à l’article L. 322-3 du Code de l’expropriation. Celui-ci prévoit deux conditions cumulatives : d’abord, une condition juridique liée à la localisation du terrain « dans un secteur désigné comme constructible » par le document d’urbanisme applicable ; ensuite, une condition technique tenant à la desserte de la parcelle par une voie d’accès, ainsi que par des réseaux suffisants.

Si la qualification de terrain à bâtir est reconnue, le Code de l’expropriation pose, en son article L. 322-4, la règle selon laquelle « l’évaluation des terrains à bâtir tient compte des possibilités légales et effectives de construction qui existaient à la date de référence », c’est-à-dire de la constructibilité matérielle des terrains. En revanche, si cette qualification n’est pas retenue, la constructibilité n’a pas à être prise en compte et la parcelle sera évaluée en fonction de son usage effectif (terrain agricole, ou terrain en situation privilégiée).
Ainsi, la constructibilité matérielle d’une parcelle expropriée - à ne pas confondre avec la constructibilité juridique de la zone dans laquelle elle est située -, n’est prise en compte pour son évaluation que si la parcelle est qualifiée de terrain à bâtir.

Le litige soumis à la Cour de cassation

C’est cette présentation simple des règles d’évaluation d’un terrain exproprié qu’un arrêt récent de la Cour de cassation risque de remettre en cause, en s’attardant sur la prise en compte de l’inconstructibilité partielle d’une parcelle dont la constructibilité ne pouvait être appréciée (Cass. 3e civ., 19 mai 2015, n° 13-26879).

Méthode de la récupération foncière.

L’affaire portait sur l’expropriation, dans le cadre de la réalisation d’une ZAC, d’un terrain d’une superficie de 6 613 m2, sur lequel sont édifiés deux [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Faut-il prendre en compte l’inconstructibilité partielle d’un terrain lors de son évaluation ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur