Tout le dossier Tout le dossier

Façade Restauration à l'identique de la « Maison radieuse »

-La restauration délicate des façades d'un immeuble social inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques. -Découpe hydraulique, reconstruction des parements en microbéton hautes performances et agrégats d'origine.

Partager

Construite en 1953, la Maison radieuse, construite par Le Corbusier à Rezé (Loire-Atlantique), comporte deux façades ouest-est de 105 m de long sur 55 m de haut. Jamais reprises depuis lors, ces dernières, constituées de loggias et terrasses en béton, étaient fragilisées par la porosité du béton initial. Des travaux de restauration vont s'achever à la fin de cette année, après deux années d'études, de test et de chantier. Bouyer (groupe Bouygues), attributaire du marché d'entreprise générale, a développé des techniques particulières et peu bruyantes pour répondre aux contraintes de l'habitat - l'immeuble comportant 294 logements tous occupés -, et des Monuments historiques qui souhaitent une rénovation à l'identique.

« Premier élément, explique Philippe Renaudineau, conducteur de travaux de l'opération, le constat : les parements béton étaient poreux, le ferraillage oxydé par endroits, notamment parce que l'enrobage béton s'avérait insuffisant (moins de 2 cm) pour certains éléments des loggias, garde-corps, meneaux, claustras exposés plein ouest... Deuxième élément : l'immeuble géré par une société anonyme d'HLM, Loire-Atlantique Habitations, est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques. Tous les remplacements des parements à granulats apparents, qui forment l'originalité du décor de façade, ont été engagés avec l'accord de la Drac (qui participe au financement), et de l'architecte des Bâtiments de France. »

Ces contraintes particulières ont poussé l'entreprise à réaliser sur place la préfabrication des éléments de façades et des loggias.

Préfabrication artisanale, mais béton hautes performances

« Nous avons phasé le remplacement des façades en quatorze plots, en fonction des joints en diapason qui tombent au niveau des pilotis sur lesquels est construit l'immeuble. Nous déposons les éléments du haut vers le bas, et après fabrication nous installons les nouveaux éléments du bas vers le haut », détaille le conducteur d'opération. Seuls certains éléments des loggias en béton préfabriquées sont remplacés : les voiles séparatifs sont conservés, ainsi que la plupart des claustras ; mais tous les garde-corps, parements, poutres-bandeaux, meneaux et potelets centraux sont remplacés. « Pour découper les parements, nous avons opté pour la pince hydraulique sur palan, portée sur des plates-formes élévatrices de 3 t de capacité de levage. Après essai, nous avons rejeté la pince hydrodécoupante, jugée trop bruyante pour les habitants. La Socotec donne son avis sur tous les ferraillages après découpe, et l'on remplace en fonction. »

Au vu des cotes toutes différentes des loggias, Bouyer a opté pour la préfabrication des éléments de façade sur site : 2 500 pièces ont été moulées sur lit de sable à granulométrie variable en fonction de l'apparence souhaitée.

Pour répondre aux contraintes des Monuments historiques et retrouver l'aspect des parements originaux, l'entreprise a récupéré les granulats dans leur carrière d'origine (Bouguenais), et retrouvé certains ouvriers du chantier de l'époque. «Ils nous ont donné des indications sur le mode de fabrication artisanal des éléments. Nous avons reconstitué sur place des coffrages bois ou acier sur des lits de sable plus ou moins tassés. » Des tests ont permis à Bouyer de définir deux types de parements à granulats plus ou moins saillants : ils sont disposés selon une répartition « aléatoire » pour une fréquence 25 % à granulats très saillants/75 % de parement plus lisse, qui permet de reconstituer l'apparence originelle, un peu hétérogène.

Enfin, pour refaire à l'identique les loggias, Bouyer a utilisé un béton hautes performances B55, dont la résistance de 55 MPa (le double de celle du béton d'origine) n'est pas liée à des contraintes techniques mais architecturales : « Il sert à réduire à 2-3 cm l'enrobage des structures acier des éléments de remplacement, alors qu'avec un béton classique, on aurait été contraint d'enrober à près de 5 cm, rendant impossible le remplacement des éléments dans les dimensions originelles, comme l'imposent les Monuments historiques », explique le conducteur d'opération.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : syndicat des copropriétaires de la Maison radieuse (représenté par Loire-Atlantique Habitations, syndic).

Maître d'oeuvre : cabinet Aria (Rennes).

Entreprise générale : Bouyer.

Durée du chantier : de septembre 1996 au premier trimestre 1999.

Coût : 27 millions de francs.

PHOTO : L'immeuble étant inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, tous les remplacements des parements à granulats ont été engagés avec l'accord de la Drac et de l'architecte des Bâtiments de France.

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

PARCOURIR LE DOSSIER

SOMMAIRE - 4867 - REHABILITATION

Panne historique du moteur principal du bâtiment

Climatisation Un «plafond rayonnant froid» pour une tour de bureaux

Structure Un entrepôt transformé en logements

Structure Renforcement de poutres et de poteaux

Structure Rehausse de bureaux par pieux battus

Structure Surélévation de bâtiments HLM

Fondations Le «soil crete» au secours d'un musée

Electricité Sécurité pour la salle des marchés du Crédit lyonnais

Sols textile Décor personnalisé

Bétons Un chantier très diffus

Aménagement intérieur Un bâtiment militaire devient musée

Démarche séquentielle : nouvelle distribution des cartes

Un pont roulant provisoire pour acheminer des balcons

Isolation par l'extérieur pour rénover des logements

Une vêture avec enduit mince sur isolant

Des échanges informatisés pour une opération HLM

Un faux plafond à grandes trames

Mise en sécurité des installations électriques

Des règles de sécurité à respecter

Organisation : la réhabilitation d'une copropriété complexe

Rénover les terrasses en aidant à la gestion de l'eau

Réfection de sol sans décapage mécanique

Sommaire dossier

Une croissance sans enthousiasme

REHABILITATION Les aides dans le parc privé

Transformation d'une usine en collège

Création d'un étage léger pour un cinéma converti en hôtel

Reprise en sous-oeuvre sur deux niveaux de sous-sol

Le Grand-Quevilly : six tours de quinze étages des années 70 totalement «relookées »

INFORMATIQUE Un outil d'évaluation pour la réhabilitation

Un hôtel trois étoiles climatisé au gaz

Protections d'urgence provisoires contre le saturnisme

Remplacer les canalisations en plomb

Reconstruire à l'identique un moulin brûlé

Mise en sécurité électrique pour des immeubles HLM

REHABILITATION La mise en sécurité des installations électriques

Des solutions pour renforcer les structures existantes

LOUIS-MARIE MICHON, ingénieur principal de l'entreprise Pradeau & Morin (Fougerolle) « Il faut identifier les descentes de charges »

JEROME STUBLER, directeur technique du groupe Freyssinet « Nous sommes des dermatologues du béton»

PETER TERRELL, gérant de l'ingénierie Terrell Rooke Associés « Il faut maîtriser les déformations »

Des fibres de carbone pour renforcer les structures

Renforcement d'un plancher en site occupé

Transformation d'un hangar en béton armé

Un plancher en bois composite

Des planchers mixtes connectés

Les bacs collaborants acier-béton

Menuiserie Escalier repliable

Vichy Centre de séjour

Transformations à petits prix

Détection précoce de la corrosion

Un connecteur de planchers mixtes bois béton

Sauvegarder les premiers ouvrages en béton

Les architectes à l'honneur

« Un contexte porteur pour la qualité architecturale des réhabilitations »

NIMES Place des Esclafidous

PARIS-20e Rues Alexandre- Dumas et de Terre-Neuve

AULNAY-SOUS-BOIS Cité des Merisiers

PARIS-16e Rue Félicien-David

LE BLANC-MESNIL Cité du 212

TOULOUSE Cité universitaire Daniel-Faucher

BAYONNE Rues d'Espagne et Lagréou

PARIS-19e Rue de Crimée

Tout le dossier

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS LE MONITEUR

Tous les événements

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil