En direct

Extension sur pilotis pour la Cité des machines

JULIE NICOLAS |  le 02/05/2014  |  Loire-AtlantiqueInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Loire-Atlantique
International
Valider
Nantes (Loire-Atlantique) -

Si la réhabilitation des nefs qui accueillent la Cité des machines sur l’île de Nantes s’est achevée en juin 2007, les bureaux étaient devenus exigus pour accueillir les équipes. Afin de respecter le travail de l’architecte de l’époque, Alexandre Chemetoff, tout en agrandissant l’espace, Christophe Theilmann - maître d’œuvre du projet - a installé l’extension de 190 m² sur le pignon arrière du bâtiment.

Autre particularité, l’extension est installée sur pilotis. « Cela respecte l’ouverture des perspectives d’origine et permet aux équipes de travailler comme une régie avec vue sur les animations organisées dans cet espace », explique l’architecte. Autre avantage des pilotis, ils permettent de relier facilement les nouveaux bureaux aux coursives existantes. Le chantier a débuté en mars 2013 avec la mise en place des portiques en bois massif.

Descente de charges

« Lors de la réhabilitation des nefs, le mauvais sol a obligé à refonder les poteaux sur des micropieux. Nous avons profité ici de la qualité du dallage existant - 30 cm d’épaisseur en béton - pour nous affranchir de renforts de fondations », précise Fanny Robin, architecte et chef du projet pour l’agence Theilmann. Le nombre de pilotis a été dicté par les charges à descendre et calculé par le bureau d’études bois. Chaque portique est constitué de deux poteaux, dont celui de façade se prolonge jusqu’au plancher du R + 2. Ces poteaux moisent la poutre maîtresse du premier niveau. La partie en porte-à-faux permet de créer la coursive de chacun des étages. Au niveau des modules de bureaux, chaque paroi a été préfabriquée afin d’être assemblée sur place.
Pour respecter la réglementation incendie d’un établissement recevant du public, les panneaux en OSB sont isolés par 200 mm de laine de roche. Le complexe est ainsi classé M2, soit combustible et difficilement inflammable. Afin d’être en conformité avec la réglementation thermique 2012, en particulier l’étanchéité à l’air, tous les fluides sont apparents en vue de limiter les percements dans les panneaux. Le chantier s’est achevé début août 2013.

PHOTO - 783094.BR.jpg
PHOTO - 783094.BR.jpg - © C. Theilmann Architecte
PHOTO - 782464.BR.jpg
PHOTO - 782464.BR.jpg - © Christophe Thielman Architecte
PHOTO - 782743.BR.jpg
PHOTO - 782743.BR.jpg - © S. Chalmeau
PHOTO - 782742.BR.jpg
PHOTO - 782742.BR.jpg - © S. Chalmeau
PHOTO - 782744.BR.jpg
PHOTO - 782744.BR.jpg - © S. Chalmeau
Fiche technique

Maître d’ouvrage : Société d’aménagement de la métropole Ouest Atlantique (Samoa). Maîtrise d’œuvre : Christophe Theilmann, architecte. BET : Yves-Marie Ligot (structure bois), Isocrate (fluides), Bureau Cobati (SPS). Bureau de contrôle : Bureau Veritas. Principales entreprises : Leduc (charpente, structure, menuiserie), CFMI (serrurerie), Fauché (électricité), Lucathermy (plomberie). Coût des travaux : 294 425 euros HT.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur