En direct

Extension de l’Ecole normale supérieure à Paris, signée Philippe Gazeau (vidéo)
- ©

Extension de l’Ecole normale supérieure à Paris, signée Philippe Gazeau (vidéo)

CHESSA Milena |  le 02/02/2007  |  France entièreArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Réalisations
Architecture
Valider

Nominée à l'Equerre d'argent 2006, l'extension de l’Ecole normale supérieure à Paris est un bâtiment compact, dans lequel l'architecte Philippe Gazeau a réussi à inclure une imposante bibliothèque littéraire et soixante chambres d'étudiants.

Arrimée entre la rue d’Ulm et la rue Rataud (Paris, Ve), en haut de la montagne Sainte-Geneviève, l’Ecole normale supérieure (ENS) se veut un haut lieu d’enseignement et de recherche dans les domaines littéraires et scientifiques. Devant l’engorgement de sa bibliothèque, un concours d’architecture pour une extension est lancé. Philippe Gazeau le remporte en… 1997.

Livrée en 2006, l'opération remplace un bâtiment des années 1930 démoli et se raccorde par des passerelles aux bâtiments historiques de facture néoclassique de l’école. Le programme, dense, est organisé par strates. Le parking (28 places) et les magasins de stockage s’installent sur deux niveaux en sous-sol. Le rez-de-chaussée, qui forme un socle transparent, est traité comme un vaste espace d’accueil. Un entresol sur deux niveaux est occupé par la salle de conférences (80 auditeurs), ainsi que par le gymnase et la bibliothèque de mathématiques.

La bibliothèque littéraire sur deux niveaux, cœur du projet, prend place sur ce soubassement. Elle propose à une soixantaine de lecteurs choyés 250.000 ouvrages en accès direct, 24 heures/24. Les rayonnages sont rassemblés au centre du plateau pour libérer, de part et d’autre, des espaces de travail en double hauteur. D’autres postes de consultation occupent la mezzanine centrale, bordée de garde-corps en aluminium déployé. Les façades, totalement vitrées pour que les élèves travaillent en lumière naturelle, sont protégées par des brise-soleil en verre et métal aux irisations d’ailes de papillon. Les trois derniers étages du bâtiment abritent les "thurnes", chambres d’étudiants dans le jargon des Normaliens.
Jacques-Franck Degioanni

Retrouvez l'intégralité de cet article dans "Le Moniteur des Travaux Publics et du Bâtiment", n°5366, daté du 29/09/2006, pages 68-69.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur