En direct

Expérimentations locales dans le bâtiment RHONE

BERNARD ALDEBERT, PIERRE DELOHEN, JOSETTE DEQUEANT, ELISABETH GILLION, JACQUELINE MC LAURIN, MARCEL LINDEN, CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 16/05/1997  |  RhôneChantiersDéchetsBoisEntreprises

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Rhône
Chantiers
Déchets
Bois
Entreprises
France entière
Immobilier
Technique
Environnement
Hygiène
Valider

Sommaire du dossier

  1. SOMMAIRE 4877- Déchets de chantier
  2. Déchets de chantier : comment les éliminer ?
  3. Gestion des déchets de chantier Entre prise de conscience et concrétisation
  4. SOMMAIRE 4922 CAHIERS DE L'ENVIRONNEMENT : Déchets de chantier
  5. COMMENT LES ELIMINER ? REGLEMENTATION
  6. Maîtriser les coûts et optimiser les pratiques
  7. Comment s'y prendre
  8. 4 solutions pour vos déchets
  9. BIBLIOGRAPHIE PRATIQUE
  10. BIBLIOGRAPHIE PRATIQUE
  11. BIBLIOGRAPHIE PRATIQUE
  12. "Il faut créer des centres de regroupement"
  13. Travaux publics : contrastes OUVRAGES D'ART
  14. Travaux publics : contrastes ROUTES
  15. Travaux publics : contrastes
  16. Réglementation Les obligations pour chaque intervenant
  17. 7 conseils pour mieux gérer ses déchets*
  18. Expérimentations locales dans le bâtiment PICARDIE
  19. Regroupement et tri
  20. Expérimentations locales dans le bâtiment RHONE
  21. Expérimentations locales dans le bâtiment
  22. ORGANISATION Faire traiter ses déchets par un partenaire : une affaire de méthode
  23. Expérimentations locales dans le bâtiment OISE
  24. Expérimentations locales dans le bâtiment SAONE-ET-LOIRE
  25. DECHETS D'AMIANTE Choix restreint et coûts élevés
  26. TRI SELECTIF SUR SITE Gérer les déchets directement sur le chantier
  27. Expérimentations locales dans le bâtiment ALLEMAGNE
  28. Expérimentations locales dans le bâtiment GRANDE-BRETAGNE
  29. Eliminer les déchets de chantier
  30. DECONSTRUCTION SELECTIVE Une réponse à la pollution par les gravats
  31. Traitement des déchets de chantier
  32. Où déposer ses déchets de chantier ?
  33. Comment s'y prendre - Picheta : Développer une solution de proximité
  34. Les solutions émergent
  35. Déchetteries : tout trier et valoriser
  36. Comment s'y prendre - Le Bâtiment Associé : Montrer l'exemple
  37. «Granulats recyclés : respecter les normes de caractérisation»
  38. Les dechetteries en négoce une formule toujours en test
  39. Les bureaux d'études spécialisés anticipent les difficultés
  40. Une démarche ambitieuse et volontaire
  41. Développer le marché de la récupération à l'export
  42. Les professionnels des déchets développent leurs offres « chantier »
  43. Valorisation et maîtrise des coûts, les majors du bâtiment s'organisent

Tri sur chantier : une question d'organisation

La Rex (réalisation expérimentale) Emile Decorps à Villeurbanne (Rhône) avait pour but d'expérimenter des procédés susceptibles de réduire les nuisances sur un chantier de 113 logements en site urbain. Six techniques avaient été retenues, dont le traitement des déchets, organisé en fonction de trois objectifs : réduction de la quantité globale, organisation de la collecte sélective, et étude sur les valorisations possibles des seuls déchets plastiques.

L'ambition initiale de l'équipe (Logirel, Architecture SA, Caisse régionale d'assurance maladie Rhône-Alpes, Ingul, Pitance, Fédération de la plasturgie, MOS avec la collaboration de Placoplâtre, Equipement et environnement et Itech) est atteinte. Grâce à l'innovation dans les procédés constructifs gros oeuvre, la collecte sélective et la préparation des interventions du second oeuvre, le volume final des déchets est de 4,3 m3 par logement pour 4,5 m3 visés (7,5 m3 habituellement admis) avec un taux de tri de 90 % contre les 100 % prévus, pour cause de non triage des petits résidus!

« Tout ce qui a été fait à titre de démonstration sur ce chantier n'est pas forcément reconductible sur tous les chantiers de logements, prévient l'entreprise Pitance. La systématisation des méthodes employées dépend de l'application des réglementations et de l'organisation locale de la collecte et du traitement ».

Pour ce qui peut être fait sans surcoût, on recense la réduction des chutes produites, « notable pour le gros oeuvre », (à condition de prévoir les réservations et incorporations pour un déchet final minimal, et pour les cloisons où une bonne méthode permet de descendre à moins de 3 % de chutes), la récupération séparée de l'acier et du bois pendant le gros oeuvre, voire l'enfouissement des inertes sur place. « Une disposition certes économique qui n'est toutefois pas admise explicitement par la réglementation. »

Choisir un niveau de surcoût

Avec « un surcoût faible et acceptable », on ajoute la formation et l'information du personnel d'exécution (avec un guide écrit, des réunions d'explication, des pictogrammes, une zone déchets constante et centralisée), la récupération spécifique des cartons d'emballage, la séparation du polystyrène, et le recyclage des déchets de cloison.

Si l'on accepte « un surcoût fixe, certain et conséquent », on complète avec le recyclage des eaux de lavage de la centrale à béton, l'usage de cires de démoulage au détriment d'huiles minérales, le dépoussiérage de l'air expulsé des silos à ciment et le tri des déchets plastiques.

Enfin, pour qui accepte « un investissement variable ou difficilement estimable », on intègre la mise en place de bennes compacteuses, le tri sur site pendant le gros oeuvre, des DIB hors bois et acier, le tri des déchets de second oeuvre et la réincorporation des chutes et la réduction des emballages.

Parmi les difficultés rencontrées, Pitance retient les limites du tri (comment trier les petits débris mélangés avec la poussière ?), les effets de l'absence de normalisation (multiplication des mannequins d'ouverture en bois qu'une rationalisation des portes et fenêtres supprimerait au profit d'éléments métalliques durables), l'imposant volume du polystyrène (un solvant non volatile et non inflammable rentabiliserait la récupération).

Quant aux déchets hétéroclites, l'incohérence est de mise avec des étiquettes papier sur un film plastique, une anse métallique pour un seau plastique, un angle polystyrène de protection d'un carton, etc.). Le volume de déchets est en pratique la mesure de la qualité de réalisation d'un chantier. « C'est un critère objectif qui peut entrer dans le calcul de la rémunération de l'entreprise ». Enfin, le tri se doit d'être réalisé sur place pour éviter la « contamination » des déchets propres et valorisables.

PHOTO : Collecte sélective des déchets de chantier sur le site. Les déchets sont, ici, séparés en quatre catégories : bois, plastique, acier et éléments hétéroclites.

Expérimentations locales dans le bâtiment Coûts et surcoûts

Boites de réservations sur mesure restant incorporées : 1 445 francs HT. (A retenir pour la maîtrise de la qualité et pour la sécurité.)

Bandes aimantées pour maintien des aciers en attente : + 870 francs HT. (A valider avec une meilleure durabilité du matériau..)

Collecte sélective des DIB du gros oeuvre, en sus de l'acier et du bois : + 31 610 francs HT. (Trop coûteux compte tenu des habitudes.)

Recyclage des eaux de lavage de la centrale à béton : + 12 900 francs HT. (Possible quand le prix de revient du béton prêt à l'emploi est sensiblement supérieur au prix du béton confectionné sur place.)

Séparation du polystyrène et du placoplatre des doublages : + 3 095 francs HT. (Pour les zones proches des centres de recyclage.)

Tri des déchets plastiques : + 10 000 francs HT. (Envisageable seulement à la source ou par collecte organisée pour l'ensemble des chantiers d'une zone.)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur