En direct

Expérimentations locales dans le bâtiment PICARDIE

BERNARD ALDEBERT, PIERRE DELOHEN, JOSETTE DEQUEANT, ELISABETH GILLION, JACQUELINE MC LAURIN, MARCEL LINDEN, CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 16/05/1997  |  France ChantiersIndustrieDéchetsOise

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Chantiers
Industrie
Déchets
Oise
Technique
Environnement
Valider

Sommaire du dossier

  1. SOMMAIRE 4877- Déchets de chantier
  2. Déchets de chantier : comment les éliminer ?
  3. Gestion des déchets de chantier Entre prise de conscience et concrétisation
  4. SOMMAIRE 4922 CAHIERS DE L'ENVIRONNEMENT : Déchets de chantier
  5. COMMENT LES ELIMINER ? REGLEMENTATION
  6. Maîtriser les coûts et optimiser les pratiques
  7. Comment s'y prendre
  8. 4 solutions pour vos déchets
  9. BIBLIOGRAPHIE PRATIQUE
  10. BIBLIOGRAPHIE PRATIQUE
  11. BIBLIOGRAPHIE PRATIQUE
  12. "Il faut créer des centres de regroupement"
  13. Travaux publics : contrastes OUVRAGES D'ART
  14. Travaux publics : contrastes ROUTES
  15. Travaux publics : contrastes
  16. Réglementation Les obligations pour chaque intervenant
  17. 7 conseils pour mieux gérer ses déchets*
  18. Expérimentations locales dans le bâtiment PICARDIE
  19. Regroupement et tri
  20. Expérimentations locales dans le bâtiment RHONE
  21. Expérimentations locales dans le bâtiment
  22. ORGANISATION Faire traiter ses déchets par un partenaire : une affaire de méthode
  23. Expérimentations locales dans le bâtiment OISE
  24. Expérimentations locales dans le bâtiment SAONE-ET-LOIRE
  25. DECHETS D'AMIANTE Choix restreint et coûts élevés
  26. TRI SELECTIF SUR SITE Gérer les déchets directement sur le chantier
  27. Expérimentations locales dans le bâtiment ALLEMAGNE
  28. Expérimentations locales dans le bâtiment GRANDE-BRETAGNE
  29. Eliminer les déchets de chantier
  30. DECONSTRUCTION SELECTIVE Une réponse à la pollution par les gravats
  31. Traitement des déchets de chantier
  32. Où déposer ses déchets de chantier ?
  33. Comment s'y prendre - Picheta : Développer une solution de proximité
  34. Les solutions émergent
  35. Déchetteries : tout trier et valoriser
  36. Comment s'y prendre - Le Bâtiment Associé : Montrer l'exemple
  37. «Granulats recyclés : respecter les normes de caractérisation»
  38. Les dechetteries en négoce une formule toujours en test
  39. Les bureaux d'études spécialisés anticipent les difficultés
  40. Une démarche ambitieuse et volontaire
  41. Développer le marché de la récupération à l'export
  42. Les professionnels des déchets développent leurs offres « chantier »
  43. Valorisation et maîtrise des coûts, les majors du bâtiment s'organisent

Lafarge met du polystyrène recyclé dans ses panneaux isolants

Pour collecter le polystyrène expansé - l'un des volumes importants de déchets sur les chantiers - et en utiliser 10 à 20 % dans la fabrication de panneaux isolants pour la construction, Lafarge a fait évoluer son process afin de garantir une qualité constante. « Nos fournisseurs économisent sur les frais de mise en décharge et nous récupérons de la matière gratuite... ou presque », explique Michel Capron, le directeur de l'usine de Rantigny (Oise).

Depuis trois ans, il intégrait sans problème 10 % des chutes issues de sa fabrication. L'an dernier, il a décidé de passer au stade industriel en récupérant les emballages et calages de boites dans les entreprises à 100 km à la ronde. « Lafarge affiche une volonté délibérée d'apparaître comme soucieuse de l'environnement », et le matériau peut être recyclé sans perdre sa tenue.

Collecte organisée

Le nouveau responsable logistique, Jean-Claude Declein, a dû littéralement partir en chasse pour organiser la collecte : « Après avoir détecté les gisements de polystyrène, il faut un peu d'imagination pour faire coïncider les arrivées avec nos besoins, sans à-coups ni stocks inutiles ». Il utilise sa flotte de camions de livraison, qui rentrait jusqu'ici à vide, et planifie pour réduire les flux au maximum.

Lafarge croit suffisamment à cette filière d'approvisionnement pour avoir investi 1,5 million de francs dans la construction d'une aire d'accueil et dans l'achat d'une broyeuse, qui peut « avaler » vingt à trois cents tonnes par an et réinjecter les grains directement dans la fabrication.

Comme iI faut encore monter en puissance pour rentabiliser le système, l'entreprise s'engage par écrit auprès de ses fournisseurs à reprendre toutes leurs chutes pendant deux à trois ans, à condition qu'ils respectent un cahier des charges drastique : le polystyrène doit être ensaché en plastique et propre, débarrassé de tout collant, solvant ou bribes de métal qui risqueraient d'entraîner l'arrêt de la ligne de découpe des panneaux sortant de l'usine. Michel Capron compte sur le coût croissant de la mise en décharge pour pousser les entreprises à s'adresser à lui.

PHOTO : L'usine de Rantigny est passée au stade industriel en récupérant les emballages jusqu'à 10 km à la ronde, et en utilisant ses camions lorsqu'ils rentraient à vide.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil