Le moniteur
Exosquelette : quels critères de choix ?
- © Elnur Amikishiyev (Adobe Stock)

Exosquelette : quels critères de choix ?

le 12/11/2018  |  ExosqueletteINRSSanté au travailServices aux négoces

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Exosquelette
INRS
Santé au travail
Services aux négoces
Valider

Dans les métiers de la manutention, l'exosquelette apparaît comme une solution pertinente de lutte contre les troubles musculo-squelettiques (TMS). Lors du salon Expoprotection, l'INRS a livré ses conseils pour choisir le produit adapté.

Véritable système digne d’Iron Man, l’exosquelette - aussi connu sous le nom de dispositif d’assistance physique - répond à plusieurs problématiques d’une entreprise. D’abord, “il a une incidence sur les contraintes biomécaniques et la dimension de force”, indique Jean-Jacques Atain Kouadio, expert d’assistance au sein de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) ; ce qui lui permet de limiter les risques de TMS. Il peut aussi aider les entreprises qui se trouvent dans l’impossibilité d’automatiser leur ligne de production ou d’aménager leur environnement de travail. Enfin, en réduisant l’effort du salarié, les dispositifs d’assistance physique permettent, sur le long terme, de réduire les arrêts maladie, l’absentéisme ou encore le renouvellement du personnel.

A ce jour, l’INRS classifie les exosquelettes en deux grandes familles : les dispositifs d’assistance physique (DAP) et les robots d’assistance physique (RAP). Les exosquelettes robotisés ou mécanisés, assistent différentes zones corporelles : les membres inférieurs (hanche, cuisse, jambe, pied), les membres supérieurs (bras, avant-bras, main), le dos, ainsi que le corps entier.

Analyser son environnement

“Avant d’investir, il est nécessaire d’avoir une vraie démarche d’acquisition d’un exosquelette en entreprise. Pour ce faire, il faut se poser deux questions : Pourquoi s’orienter vers une telle solution ? Et comment l’intégrer au mieux dans son entreprise ? Ensuite, il faudra établir un cahier des charges”, souligne l’ergonome et expert d’assistance en prévention des TMS à l’INRS, Laurent Kerangueven.
Ce cahier descharges doit veiller à ce que la méthode de mise en oeuvre s’appuie sur une démarche participative réalisée auprès de l’ensemble des personnes concernées (la direction, les instances représentatives du personnel, les services de santé au travail...). Il faudra ensuite s’assurer que l’aménagement ait été mis en oeuvre et que l’utilisateur final soit véritablement écouté. “Il se peut qu’il y ait des réglages spécifiques à intégrer au modèle d’assistance physique. D’une part, parce qu’il ne faut pas oublier que chaque salarié à une morphologie différente. D'autre part, parce que si l’opérateur utilise son exosquelette dix minutes, plusieurs fois dans la journée, il faut qu’il arrive à s’équiper et à se déséquiper rapidement.”, ajoute l’ergonome de l’INRS. Pour que le salarié concerné se familiarise avec le produit, il faut aussi prévoir un temps d’adaptation en dehors de l’activité de travail. Enfin, il faudra faire attention à ce que l’équipement d’un salarié n’atteigne pas ses relations avec ses collègues de travail.

Prendre en compte les contre-effets

Après avoir analysé l’environnement de travail, il est nécessaire d’évaluer les contre-effets liés à l’usage de l’exosquelette sur son utilisateur. Le premier risque concerne les baisses d’activités musculaires. En effet, selon les dernières recherches menées par l’INRS, les exosquelettes réduiraient l’activité des muscles érecteurs spinaux (groupe de trois muscles, situés en bas du dos, NDLR) de 10 à 40 %, et de 30 % pour le muscle deltoïde (muscle de l’épaule en forme de triangle, NDLR). De ce fait, Il faudra veiller à ce que ces baisses d’activités musculaires ne déplacent pas les risques de TMS sur les muscles antagonistes (opposés des muscles agonistes, ne produisant donc pas le mouvement considéré, NDLR).
Le poids encombrant des dispositifs d’assistance physique peut être aussi un danger. Il pourrait donner lieu à des collisions ou à des mouvements incontrôlés. L’autre risque, à prendre sérieusement en compte : les dommages sur le corps. L’usure, le poids et la gêne d’un modèle, peut également conduire à des irritations de la peau, ou plus grave encore, à une augmentation des sollicitations cardiovasculaires. Enfin, certaines activités réalisées peuvent exiger une attention accrue. Cela peut engendrer une augmentation de la charge mentale et du stress du salarié.

Auteur : Sabrina Alves

Commentaires

Exosquelette : quels critères de choix ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur