En direct

EVRY Les architectes de la ville nouvelle se penchent sur le passé

GRAZIELLA RIOU |  le 06/10/2000  |  Collectivités localesArchitectureEssonneFrance entièreEtat

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Architecture
Essonne
France entière
Etat
Professionnels
Valider

Un débat organisé avec la population à l'occasion des journées du patrimoine

« Un des problèmes de la ville nouvelle d'Evry est d'avoir été pensée dans une période de développement et d'avoir été réalisée en période de crise. » C'est par ces mots que Jacques Guyard, député de l'Essonne et ancien maire d'Evry, a lancé le débat organisé par le SAN à l'occasion des Journées du patrimoine. Débat qui réunissait les architectes de la ville nouvelle, ceux d'hier et d'aujourd'hui, les élus et les techniciens du SAN et d'Epévry. Une confrontation à la fois passionnante et émouvante, en présence des habitants de la ville nouvelle, qui, il y a trente ans, fut considérée comme un « laboratoire urbain ».

Michel Macary a évoqué la réalisation du quartier des Pyramides. « Elle a donné lieu au plus grand concours jamais lancé dans l'histoire de l'architecture. C'était un programme de 2 500 logements avec possibilité d'aller jusqu'à 7000. Ce qui paraît démesuré aujourd'hui était à l'époque jugé nécessaire pour aller plus loin dans la recherche de la qualité urbaine ». « C'était le prototype grandeur nature d'un nouvel urbanisme », a ajouté Jacques Lévy, le concepteur de la mairie d'Evry.

Jean-Pierre Watel, qui a réalisé la place des Aulnettes, garde, lui, la nostalgie du travail avec les équipes d'urbanisme. « A l'époque, nous travaillions ensemble avec bonheur, aujourd'hui les relations sont plus difficiles aussi bien avec les techniciens de l'équipement qu'avec les élus de la ville ». Pierre Riboulet (conservatoire de musique et de danse d'Evry) estime quant à lui que la ville nouvelle d'aujourd'hui a besoin d'une unité de pensée forte. « Le passé nous semble aujourd'hui inimaginable. La conviction générale était à l'époque que l'on pouvait tout maîtriser, les choses mais aussi les rapports des gens entre eux. Ce qui était un peu excessif ». Pierre Boudon qui vient de terminer l'Institut des matériaux a rappelé aux élus « que pour construire quelque chose qui vieillisse bien, il fallait de l'argent ! ». En conclusion et en réponse aux inquiétudes des habitants du quartier des Pyramides, Michel Macary a déclaré « que cela ne poserait aucun problème que le projet évolue, devienne vivable, et que les conditions de vie soient améliorées ».

PHOTO : De gauche à droite, les architectes Jacques Lévy, Pierre Riboulet, et Michel Macary.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur