En direct

Evaluation des incidences des documents d’urbanisme sur l’environnement

le 14/06/2005

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider

Décret no 2005-608 du 27 mai 2005 Ministère de l’équipement, des transports, de l’aménagement du territoire, du tourisme et de la mer JO du 29 mai 2005 - NOR: EQUU0500827D

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’équipement, des transports, de l’aménagement du territoire, du tourisme et de la mer,

Vu le code de l’urbanisme;

Vu le code de l’environnement;

Vu le code général des collectivités territoriales;

Vu la directive 2001/42/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 juin 2001, relative à l’évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l’environnement;

Vu l’ordonnance no 2004-489 du 3 juin 2004 portant transposition de la directive 2001/42 du Parlement européen et du Conseil du 27 juin 2001 relative à l’évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l’environnement;

Vu le décret no 85-453 du 23 avril 1985 modifié pris pour l’application de la loi no 83-630 du 12 juillet 1983 relative à la démocratisation des enquêtes publiques et à la protection de l’environnement;

Vu le décret no 2001-1031 du 8 novembre 2001, modifié par le décret no 2003-768 du 1er août 2003, relatif à la procédure de désignation des sites Natura 2000 et modifiant le code rural;

Vu les lettres de saisine des conseils régional et général de Guadeloupe en date du 27 janvier 2005;

Vu les lettres de saisine des conseils régional et général de Guyane en date du 27 janvier 2005;

Vu les lettres de saisine des conseils régional et général de Martinique en date du 31 janvier 2005;

Vu les lettres de saisine des conseils régional et général de la Réunion en date du 2 février 2005;

Le Conseil d’Etat (section des travaux publics) entendu,

Décrète:

Article 1

Après l’article R. 111-27 du code de l’urbanisme, sont insérées les dispositions suivantes:

«Art. *R. 111-28. - La directive territoriale d’aménagement fait l’objet d’une évaluation environnementale dans les conditions définies par la section V du chapitre Ier du titre II du présent livre.

«Elle comprend un rapport de présentation qui:

«1° Présente les objectifs de la directive et, s’il y a lieu, son articulation avec les plans ou programmes mentionnés à l’article L. 122-4 du code de l’environnement avec lesquels elle doit être compatible ou qu’elle doit prendre en considération;

«2° Analyse l’état initial de l’environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d’être touchées de manière notable par la mise en œuvre de la directive;

«3° Analyse les incidences notables prévisibles de la mise en œuvre de la directive sur l’environnement et expose les problèmes posés par son adoption sur la protection des zones revêtant une importance particulière pour l’environnement telles que celles désignées conformément aux articles R. 214-18 à R. 214-22 du code de l’environnement, ainsi qu’à l’article 2 du décret no 2001-1031 du 8 novembre 2001 relatif à la procédure de désignation des sites Natura 2000;

«4° Expose les motifs pour lesquels la directive a été adoptée au regard notamment des objectifs de protection de l’environnement établis au niveau international, communautaire ou national et, s’il y a lieu, les raisons qui justifient le choix opéré au regard des autres solutions envisagées;

«5° Présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, si possible, compenser, s’il y a lieu, les conséquences dommageables de la mise en œuvre de la directive territoriale d’aménagement sur l’environnement et précise que la directive fera l’objet d’une analyse des résultats de son application au plus tard à l’expiration d’un délai de dix ans à compter de son approbation;

«6° Comprend un résumé non technique des éléments précédents et une description de la manière dont l’évaluation a été effectuée.

«Le rapport de présentation peut se référer aux renseignements relatifs à l’environnement figurant dans d’autres études, plans et documents.

«Art. *R. 111-29. - Au plus tard à l’expiration d’un délai de dix ans à compter de l’approbation de la directive territoriale d’aménagement ou de sa dernière révision, l’autorité compétente procède à une analyse des résultats de son application. Cette analyse est transmise aux régions, départements, communes et groupements de communes mentionnés à l’alinéa 3 de l’article L. 111-1-1 et mise à la disposition du public selon des modalités définies par l’autorité compétente.»

Article 2

I. - L’intitulé du chapitre Ier du titre II du livre Ier du code de l’urbanisme est remplacé par l’intitulé suivant: «Dispositions générales communes aux documents d’urbanisme».

II. - Dans le chapitre Ier du titre II du livre Ier du code de l’urbanisme, après l’article R. 121-13, il est inséré une section V ainsi rédigée:

«Section V

«Evaluation environnementale

«Art. R. 121-14. - I. - Font l’objet d’une évaluation environnementale dans les conditions prévues par la présente section:

«1° Les directives territoriales d’aménagement;

«2° Le schéma directeur de la région d’Ile-de-France;

«3° Les schémas d’aménagement régionaux des régions d’outre-mer;

«4° Le plan d’aménagement et de développement durable de Corse;

«5° Les schémas de cohérence territoriale.

II. - Font également l’objet d’une évaluation environnementale:

«1° Les plans locaux d’urbanisme qui permettent la réalisation de travaux, ouvrages ou aménagements mentionnés à l’article L. 414-4 du code de l’environnement;

«2° Lorsque les territoires concernés ne sont pas couverts par un schéma de cohérence territoriale ayant fait l’objet d’une évaluation environnementale dans les conditions de la présente section:

«a) Les plans locaux d’urbanisme relatifs à un territoire d’une superficie supérieure ou égale à 5000 hectares et comprenant une population supérieure ou égale à 10000 habitants;

«b) Les plans locaux d’urbanisme qui prévoient la création, dans des secteurs agricoles ou naturels, de zones U ou AU d’une superficie totale supérieure à 200 hectares;

«c) Les plans locaux d’urbanisme des communes situées en zone de montagne qui prévoient la réalisation d’unités touristiques nouvelles soumises à l’autorisation du préfet coordonnateur de massif;

«d) Les plans locaux d’urbanisme des communes littorales au sens de l’article L. 321-2 du code de l’environnement qui prévoient la création, dans des secteurs agricoles ou naturels, de zones U ou AU d’une superficie totale supérieure à 50 hectares.

«Art. *R. 121-15. - Le ministre chargé de l’environnement, pour les documents mentionnés aux 1° à 3° du I de l’article R. 121-14, le préfet de Corse, pour le document mentionné au 4° du même I et le préfet de département, pour les schémas de cohérence territoriale et les plans locaux d’urbanisme mentionnés au II du même article, sont consultés sur l’évaluation environnementale contenue dans le rapport de présentation et sur la prise en compte de l’environnement par le projet de document d’urbanisme, trois mois au plus tard avant l’ouverture de l’enquête publique ou de la consultation du public prévue par des textes particuliers. L’avis est réputé favorable s’il n’intervient pas dans un délai de trois mois. Il est, s’il y a lieu, joint au dossier d’enquête publique ou mis à la disposition du public.

«Avant de rendre son avis, le préfet de Corse consulte le conseil des sites de Corse.

«Lorsque le préfet est consulté, l’avis est préparé, sous son autorité, par le service régional de l’environnement concerné en liaison avec les services de l’Etat compétents.

«Art. *R. 121-16. - Sont dispensées de l’évaluation environnementale, à condition qu’elles n’aient pas pour objet d’autoriser la réalisation de travaux, ouvrages ou aménagements mentionnés à l’article L. 414-4 du code de l’environnement:

«1° Les modifications et révisions des documents d’urbanisme mentionnés aux 1° à 4° de l’article R. 121-14 qui ne portent pas atteinte à l’économie générale du document;

«2° Les modifications et les mises en compatibilité des schémas de cohérence territoriale prévues au deuxième alinéa de l’article L. 122-13 et à l’article L. 122-15;

«3° Les modifications des plans locaux d’urbanisme ainsi que les révisions simplifiées prévues aux deuxième et huitième alinéas de l’article L. 123-13 et les mises en compatibilité prévues à l’article L. 123-16, à l’exception:

«a) Des modifications ou révisions simplifiées concernant des opérations ou travaux mentionnés au c du 2° du II de l’article R. 121-14;

«b) Des révisions simplifiées créant, dans des secteurs agricoles ou naturels, des zones U ou AU d’une superficie supérieure à celles qui sont mentionnées au b et d du 2° du II de l’article R. 121-14.

«Art. *R. 121-17. - Lorsqu’un document d’urbanisme mentionné à l’article R. 121-14 en cours d’élaboration est susceptible d’avoir des incidences notables sur l’environnement d’un autre Etat membre de la Communauté européenne, ou lorsque cet autre Etat en fait la demande, l’autorité compétente transmet un exemplaire du dossier sur lequel est consulté le public aux autorités de cet Etat, en leur indiquant le délai qui ne peut dépasser trois mois dont elles disposent pour formuler leur avis. Elle en informe le ministre des affaires étrangères.

«Lorsque l’autorité n’est pas un service de l’Etat, elle saisit le préfet qui procède à la transmission.

«Lorsqu’un autre Etat membre de la Communauté européenne saisit pour avis une autorité française d’un plan ou document d’urbanisme en cours d’élaboration susceptible d’avoir des incidences notables sur l’environnement en France, l’autorité saisie transmet le dossier au préfet du département intéressé qui peut décider de consulter le public. Le préfet convient d’un délai avec les autorités de l’Etat à l’origine de la saisine et communique les résultats de la consultation à l’Etat à l’origine de la saisine. Il en informe le ministre des affaires étrangères.

«Ces dispositions ne font pas obstacle aux consultations prévues par l’article L. 121-4-1.»

Article 3

L’article R. 122-2 du code de l’urbanisme est remplacé par les dispositions suivantes:

«Art. *R. 122-2. - Le rapport de présentation:

1° Expose le diagnostic prévu à l’article L. 122-1;

2° Décrit l’articulation du schéma avec les autres documents d’urbanisme et les plans ou programmes mentionnés à l’article L. 122-4 du code de l’environnement avec lesquels il doit être compatible ou qu’il doit prendre en considération;

3° Analyse l’état initial de l’environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d’être touchées de manière notable par la mise en œuvre du schéma;

4° Analyse les incidences notables prévisibles de la mise en œuvre du schéma sur l’environnement et expose les problèmes posés par l’adoption du schéma sur la protection des zones revêtant une importance particulière pour l’environnement telles que celles désignées conformément aux articles R. 214-18 à R. 214-22 du code de l’environnement ainsi qu’à l’article 2 du décret no 2001-1031 du 8 novembre 2001 relatif à la procédure de désignation des sites Natura 2000;

5° Explique les choix retenus pour établir le projet d’aménagement et de développement durable et le document d’orientations générales et, le cas échéant, les raisons pour lesquelles des projets alternatifs ont été écartés, au regard notamment des objectifs de protection de l’environnement établis au niveau international, communautaire ou national et les raisons qui justifient le choix opéré au regard des autres solutions envisagées;

6° Présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, si possible, compenser s’il y a lieu, les conséquences dommageables de la mise en œuvre du schéma sur l’environnement et rappelle que le schéma fera l’objet d’une analyse des résultats de son application, notamment en ce qui concerne l’environnement, au plus tard à l’expiration d’un délai de dix ans à compter de son approbation;

7° Comprend un résumé non technique des éléments précédents et une description de la manière dont l’évaluation a été effectuée;

8° Précise le cas échéant, les principales phases de réalisation envisagées.

Le rapport de présentation peut se référer aux renseignements relatifs à l’environnement figurant dans d’autres études, plans et documents.»

Article 4

Il est inséré, après l’article R. 123-2 du code de l’urbanisme, un article R. 123-2-1 ainsi rédigé:

«Art. *R. 123-2-1. - Lorsque le plan local d’urbanisme doit faire l’objet d’une évaluation environnementale conformément aux articles L. 121-10 et suivants, le rapport de présentation:

1° Expose le diagnostic prévu au premier alinéa de l’article L. 123-1 et décrit l’articulation du plan avec les autres documents d’urbanisme et les plans ou programmes mentionnés à l’article L. 122-4 du code de l’environnement avec lesquels il doit être compatible ou qu’il doit prendre en considération;

2° Analyse l’état initial de l’environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d’être touchées de manière notable par la mise en œuvre du plan;

3° Analyse les incidences notables prévisibles de la mise en œuvre du plan sur l’environnement et expose les conséquences éventuelles de l’adoption du plan sur la protection des zones revêtant une importance particulière pour l’environnement telles que celles désignées conformément aux articles R. 214-18 à R. 214-22 du code de l’environnement ainsi qu’à l’article 2 du décret no 2001-1031 du 8 novembre 2001 relatif à la procédure de désignation des sites Natura 2000;

4° Explique les choix retenus pour établir le projet d’aménagement et de développement durable, au regard notamment des objectifs de protection de l’environnement établis au niveau international, communautaire ou national, et, le cas échéant, les raisons qui justifient le choix opéré par rapport aux autres solutions envisagées. Il expose les motifs de la délimitation des zones, des règles qui y sont applicables et des orientations d’aménagement. Il justifie l’institution des secteurs des zones urbaines où les constructions ou installations d’une superficie supérieure à un seuil défini par le règlement sont interdites en application du a de l’article L. 123-2;

5° Présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, si possible, compenser s’il y a lieu, les conséquences dommageables de la mise en œuvre du plan sur l’environnement et rappelle que le plan fera l’objet d’une analyse des résultats de son application, notamment en ce qui concerne l’environnement, au plus tard à l’expiration d’un délai de dix ans à compter de son approbation;

6° Comprend un résumé non technique des éléments précédents et une description de la manière dont l’évaluation a été effectuée.

En cas de modification ou de révision, le rapport de présentation est complété par l’exposé des motifs des changements apportés.

Le rapport de présentation peut se référer aux renseignements relatifs à l’environnement figurant dans d’autres études, plans et documents.»

Article 5

L’article R. 141-1 du code de l’urbanisme est remplacé par les dispositions suivantes:

«Art. *R. 141-1. - Le schéma directeur de la région d’Ile-de-France fait l’objet d’une évaluation environnementale dans les conditions définies par la section V du chapitre Ier du titre II du présent livre.

Il comprend un rapport de présentation qui:

1° Présente les objectifs du schéma et, s’il y a lieu, son articulation avec les autres documents d’urbanisme et les plans ou programmes mentionnés à l’article L. 122-4 du code de l’environmnement avec lesquels il doit être compatible ou qu’il doit prendre en considération;

2° Analyse l’état initial de l’environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d’être touchées de manière notable par la mise en œuvre du schéma;

3° Analyse les incidences notables prévisibles de la mise en œuvre du schéma sur l’environnement et expose les problèmes posés par son adoption sur la protection des zones revêtant une importance particulière pour l’environnement telles que celles désignées conformément aux articles R. 214-18 à R. 214-22 du code de l’environnement ainsi qu’à l’article 2 du décret no 2001-1031 du 8 novembre 2001 relatif à la procédure de désignation des sites Natura 2000;

4° Expose les motifs pour lesquels le schéma a été retenu au regard notamment des objectifs de protection de l’environnement établis au niveau international, communautaire ou national et les raisons qui justifient le choix opéré au regard des autres solutions envisagées;

5° Présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, si possible, compenser s’il y a lieu, les conséquences dommageables de la mise en œuvre du schéma sur l’environnement et rappelle que le schéma fera l’objet d’une analyse des résultats de son application au plus tard à l’expiration d’un délai de dix ans à compter de son approbation;

6° Comprend un résumé non technique des éléments précédents et une description de la manière dont l’évaluation a été effectuée.

Le rapport de présentation peut se référer aux renseignements relatifs à l’environnement figurant dans d’autres études, plans et documents.»

Article 6

Il est ajouté, dans le code général des collectivités territoriales, un article R. 4424-6-1 ainsi rédigé:

«Art. R. 4424-6-1. - Le plan d’aménagement et de développement durable de Corse fait l’objet d’une évaluation environnementale dans les conditions définies par la section V du chapitre Ier du titre II du livre Ier du code de l’urbanisme.

Il comprend un rapport de présentation qui:

1° Présente les objectifs du plan et, s’il y a lieu, son articulation avec les autres documents d’urbanisme et les plans ou programmes mentionnés à l’article L. 122-4 du code de l’environnement avec lesquels il doit être compatible ou qu’il doit prendre en considération;

2° Analyse l’état initial de l’environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d’être touchées de manière notable par la mise en œuvre du plan;

3° Analyse les incidences notables prévisibles de la mise en œuvre du plan sur l’environnement et expose les problèmes posés par son adoption sur la protection des zones revêtant une importance particulière pour l’environnement telles que celles désignées conformément aux articles R. 214-18 à R. 214-22 du code de l’environnement ainsi qu’à l’article 2 du décret no 2001-1031 du 8 novembre 2001 relatif à la procédure de désignation des sites Natura 2000;

4° Expose les motifs pour lesquels le plan a été retenu au regard notamment des objectifs de protection de l’environnement établis au niveau international, communautaire ou national et les raisons qui justifient le choix opéré au regard des autres solutions envisagées;

5° Présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, si possible, compenser s’il y a lieu, les conséquences dommageables du plan sur l’environnement et rappelle que le plan fera l’objet d’une analyse des résultats de son application au plus tard à l’expiration d’un délai de dix ans à compter de son approbation;

6° Comprend un résumé non technique des éléments précédents et une description de la manière dont l’évaluation a été effectuée.

Le rapport de présentation peut se référer aux renseignements relatifs à l’environnement figurant dans d’autres études, plans et documents.»

Article 7

I. - Le deuxième alinéa de l’article R. 4433-1 du code général des collectivités territoriales est remplacé par les dispositions suivantes:

«Le rapport:

1° Présente les objectifs du schéma et, s’il y a lieu, son articulation avec les autres documents d’urbanisme et les plans ou programmes mentionnés à l’article L. 122-4 du code de l’environnement avec lesquels il doit être compatible ou qu’il doit prendre en considération;

2° Analyse l’état initial de l’environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d’être touchées de manière notable par la mise en œuvre du schéma;

3° Analyse les incidences notables prévisibles de la mise en œuvre du schéma sur l’environnement et expose les problèmes posés par son adoption sur la protection des zones revêtant une importance particulière pour l’environnement telles que celles désignées conformément aux articles R. 214-18 à R. 214-22 du code de l’environnement ainsi qu’à l’article 2 du décret no 2001-1031 du 8 novembre 2001 relatif à la procédure de désignation des sites Natura 2000;

4° Expose les motifs pour lesquels le schéma a été retenu au regard notamment des objectifs de protection de l’environnement établis au niveau international, communautaire ou national et les raisons qui justifient le choix opéré au regard des autres solutions envisagées;

5° Présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, si possible, compenser s’il y a lieu, les conséquences dommageables de la mise en œuvre du schéma sur l’environnement et rappelle que le schéma fera l’objet d’une analyse des résultats de son application au plus tard à l’expiration d’un délai de dix ans à compter de son approbation;

6° Comprend un résumé non technique des éléments précédents et une description de la manière dont l’évaluation a été effectuée.

Le rapport de présentation peut se référer aux renseignements relatifs à l’environnement figurant dans d’autres études, plans et documents.

Le rapport présente également les principales perspectives de développement envisagées ainsi que le parti d’aménagement adopté compte tenu de l’équilibre à respecter entre, d’une part, les milieux urbains et, d’autre part, les terres agricoles, les forêts et les milieux naturels à protéger en raison de la richesse du sol et du sous-sol, des sites et des paysages ou de leur intérêt écologique.»

II. - Il est ajouté, dans le code général des collectivités territoriales, un article R. 4433-1-1 ainsi rédigé:

«Art. R. 4433-1-1. - Les schémas d’aménagement régionaux font l’objet d’une évaluation environnementale dans les conditions définies par la section V du chapitre Ier du titre II du livre Ier du code de l’urbanisme.»

Article 8

L’obligation de réaliser une évaluation environnementale dans les conditions prévues par le présent décret ne s’impose pas aux documents d’urbanisme dont l’élaboration ou la révision a été prescrite avant le 21 juillet 2004, à condition que l’enquête publique soit ouverte avant le 1er février 2006 ou que leur approbation intervienne avant le 21 juillet 2006.

Article 9

Chargés de l’exécution…

Fait à Paris, le 27 mai 2005.

Références Moniteur

Ordonnance n° 2004-489 du 3 juin 2004

Textes officiels du 18 juin 2004, p. 414

Désignation des sites natura Décret n° 2001-1031 du 8 novembre 2001

Textes officiels du 16 novembre 2001, p. 370

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur