En direct

EuropaCity : les commerçants et élus dénoncent une «machine à broyer»
Les gérants des centres commerciaux situés à proximité du futur site d'EuropaCity ont également fait part de leur inquiétude. - © EuropaCity - Alliage&Territoires

EuropaCity : les commerçants et élus dénoncent une «machine à broyer»

A.F. avec AFP |  le 28/09/2018  |  Collectivités localesSeine-Saint-DenisEuropacity

Plusieurs commerçants et élus locaux se sont rassemblés à Aulnay-sous-bois (93) pour s’opposer à la construction du mégacomplexe porté par Ceestrus (ex-Immochan). Le collectif « Europasdutout » affirme que le projet détruira 8 000 emplois dans un périmètre de 20 kilomètres.

Fédérations de commerçants et élus se sont rassemblés le jeudi 27 septembre à Aulnay-sous-bois (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer le projet de mégacomplexe de commerces et de loisirs d’EuropaCity au Nord de Paris.
« Je ne peux pas accepter qu’une machine à broyer les commerces de proximité soit mise en place aux portes de nos centres-villes », a déclaré sur la place du marché le maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza (LR), devant une trentaine de résidents et commerçants, rassemblés à l’initiative du collectif « Europas du tout », regroupant trois fédérations professionnelles opposées au projet.

La création de ce parc de commerces et de loisirs se heurte depuis des années à l’opposition de militants écologistes. Un collectif de commerçants et de salariés s’est également créé contre le méga centre commercial EuropaCity. Ce collectif « Europasdutout » estime que le projet détruira plus de 8 000 emplois dans un périmètre de 20 kilomètres.
De leur côté, Ceetrus (ex-Immochan), foncière du géant de la distribution Auchan, et le conglomérat chinois Wanda, avec un budget de 3,1 milliards d’euros, ont l’ambition de créer 10 000 emplois et attirer 31 millions de visiteurs (gratuits et payants) par an.

 

 

"Contradiction flagrante"

 

Maria Da Silva, porte-parole du collectif « Europas du tout » décrit « la contradiction flagrante » entre les « milliards d’euros que l’Etat investit » dans le cadre du programme national « action cœur de ville », visant à dynamiser les centres, et dont Gonesse fait partie, et son « soutien à ce tsunami qui va détruire les 73 marchés de notre département. Pour nous, ce n’est pas possible, ce n’est pas cohérent ».

Les gérants des centres commerciaux situés à proximité ont également fait part de leur inquiétude. « Il y a des emplacements vacants à O’Parinor », souligne Florent Druelle, directeur de ce centre commercial qui regroupe 210 boutiques, un supermarché et un cinéma, à Aulnay-sous-bois, « Europacity en ferait une friche ».

Début septembre, le ministère de la Cohésion des territoires a demandé au promoteur d’EuropaCity d’améliorer son projet sur les aspects environnementaux.

Le 6 mars, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise avait annulé l’arrêté préfectoral du 21 septembre 2016 créant la zone d’aménagement concerté (ZAC) du triangle de Gonesse. La justice avait donné raison aux détracteurs du projet, un mégacomplexe décrié pour son « gigantisme » et « l’artificialisation » de terres agricoles.

Selon le promoteur, cette décision n’avait pas porté « pas un coup d’arrêt » au projet, dont le calendrier a été rallongé fin février, lorsque le gouvernement a reporté de trois ans, à 2027, la construction de la gare du Grand Paris Express desservant le triangle de Gonesse.

Ceestrus espère lancer les premiers coups de pioche dès 2019.

 

Commentaires

EuropaCity : les commerçants et élus dénoncent une «machine à broyer»

Votre e-mail ne sera pas publié

Fabien

28/09/2018 21h:26

Pour info

Votre e-mail ne sera pas publié

Kephas

30/09/2018 17h:23

Vous bétonnez la France, uniquement pour le profit financier et non pour créer des emplois, vos comportements sont misérables ! Euopasdutout a parfaitement raison et mérite tous les soutiens possible. C'est le même problème avec des conséquences identiques, en ce qui concerne l'implantation des éoliennes et des 1700 M3 de béton et ferrailles, pour chacune d'entres-elles; Qui ne peuvent plus êtres démontées, car trop onéreux. 15000 de ces moulins sont abandonnés aux USA et en train de rouiller. A qui profite le crime ? Pour les éoliennes, à la société allemande qui fabrique ces moulins à vent fictif en production électrique. (rapport /coût).! Heureusement que gouverner c'est prévoir. Mais prévoir quoi ? Là se trouve toute la question.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur