En direct

Et sur cette pierre Wilmotte a bâti son église

Adrien Pouthier |  le 13/07/2016  |  egliserusseParisArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
egliserusse
Paris
Architecture
Valider

L'architecte a revêtu la future cathédrale orthodoxe russe de Paris et le futur centre culturel attenant, de pierre de Massangis, la pierre des grands monuments de la capitale.

Pierre de couleur crême, verre, métal, et bulbe doré : sous le soleil de juillet, le chantier du futur Centre spirituel et culturel orthodoxe russe (CSCO) de Paris, posé sur les berges de la Seine dans le 7e arrondissement, éblouit littéralement le visiteur.

La pierre est partout : au sol, en façade de la future cathédrale et des trois bâtiments annexes du projet (un Centre paroissial, un auditorium de 200 places et son foyer, une école primaire franco-russe), mais aussi en décoration intérieure ! Et cette couleur crême qui prédomine, c'est celle de la pierre de Massangis, la pierre des grands monuments parisiens environnants, du pont d'Iéna au Trocadéro en passant par le musée d'art moderne.

Jean-Michel Wilmotte l'a choisie (ainsi que de la Rocherons-Comblanchien pour les sols), après des tests à échelle 1 sous le ciel de Paris, pour en apprécier toutes les variations lumineuses.

Au total, Rocamat, acteur historique (depuis 1853) et majeur de la production de pierre de construction a fourni 800 m3 de pierre déclinée de manière inédite à facettes en linéaire mais aussi sous de nombreuses formes : en dalles, en pièces fraisées, débouchantes, demi-débouchantes, incurvées, convexes ou concaves, sculptées, en marches rainurées, tactiles. Près d’une centaine de gabarits ont été dessinés et réalisés et chacune des près de 12000 pièces (6184 pour la future église, 5555 pour les bâtiments tertiaire) est pour ainsi dire unique.

La pose de bas en haut de chaque trame verticale a imposé la fabrication de la totalité des éléments en amont.

Rocamat a donc créé deux ateliers de production pour réaliser ce projet : l'un à Corgoloin, en Côte d’Or où ont été développées une vingtaine de meules de forme spécifique pour fabriquer les 5555 éléments des bâtiments tertiaires ; l'autre à Chauvigny, dans la Vienne, était chargé de fabriquer les 6184 éléments de l’église.

Ensuite, quatre entreprises différentes ont réalisé la pose. Pour les 3 bâtiments : Permasteelisa en façade avec FGPM pour les intérieurs ; et pour l’église : LCM en façade ; FGPM pour l'intérieur et IDF travaux pour les aménagements extérieurs.

Dès octobre prochain, les Parisiens pourront découvrir ce nouvel édifice.

En seront-ils éblouis ?

Maîtrise d’ouvrage : Fédération de Russie

Maîtrise d’œuvre : Wilmotte et Associés, Architecture

Maîtrise d’œuvre de conception : Bouygues Bâtiment Île- de- France

Paysagiste : Louis Benech

BET Structure :  CEBA

BET CVC / FCB / CFO / CFA : Arcova

BET Acoustique : LASA

BET Façade : VPX Green

BET Sécurité : Succursale Apex incendie

Scénographe : Scène

Géomètre : Géo Perspectives

Commentaires

Et sur cette pierre Wilmotte a bâti son église

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur