En direct

Et si vous pensiez aux écoles pour innover ?

Coralie Donas |  le 22/06/2012  |  Politique socialePME du BTPFormation BTPInnovationFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Politique sociale
PME du BTP
Formation BTP
Innovation
France entière
Europe
Calvados
Nord
Entreprises
Technique
Valider
Recherche -

Les modes de collaboration en matière de R & D ou d’innovation entre les entreprises et l’enseignement supérieur sont multiples, et accessibles aux PME.

«L’innovation est franchement un facteur différenciant et notre pays investit dans la recherche publique, autant en profiter ! », souligne Jean-Michel Clerc, conseiller technologique à Transferts LR, association de soutien à la compétitivité des entreprises en Languedoc-Roussillon. A ce titre, il œuvre notamment au rapprochement des entreprises avec les laboratoires d’universités ou d’écoles. « La convention de stage est l’outil le plus répandu pour faire rentrer un élève ingénieur dans l’entreprise, puis la convention industrielle de formation par la recherche, Cifre, pour un doctorant », précise-t-il. Dans ce deuxième cas, l’entreprise bénéficie de subventions pour l’embauche d’un doctorant. Entreprises et écoles collaborent également sous d’autres formes. « Nous confions à des établissements la réalisation de tests comparatifs par exemple », illustre Thierry Monier, directeur du développement chez Egis. Les dépenses de R & D peuvent être éligibles sous certaines conditions au crédit impôt recherche ou bénéficier de différentes aides, localement gérées par Oséo. « Les entreprises ne doivent pas hésiter à nous rencontrer très tôt lorsqu’elles ont une idée », conseille Jacques Rosemont, responsable du secteur BTP chez Oséo. Pour les écoles, ces partenariats ont aussi des vertus pédagogiques. « Nous montrons aux étudiants comment organiser leur travail dans le cadre d’un projet innovant, illustre Anne Dony, enseignante-chercheuse à l’ESTP, au sein de l’Institut de recherche constructibilité (IRC). Et pour l’entreprise, c’est l’opportunité d’identifier des potentiels. » Une relation donnant-donnant partagée par Jean-Claude Souche, adjoint au responsable du département génie civil de l’Ecole des mines d’Alès. « Les entreprises jouent un rôle pédagogique auprès de nos étudiants et bénéficient d’une prestation peu coûteuse qui les aide à défricher un terrain de recherche. »

Accès des PME à l’innovation

Dans le cadre de gros projets, l’entreprise peut rejoindre un consortium réunissant partenaires académiques et privés pour solliciter des financements régionaux, nationaux ou européens. « Les pôles de compétitivité ont également poussé les PME vers la recherche académique, observe Jean-François Gérard, directeur de la recherche de l’Insa Lyon. Elles disposent entre autres du Fonds unique interministériel (FUI) qui finance des projets de recherche appliquée. » Avec les nouveaux matériaux de construction ou les économies d’énergie, les entreprises disposent d’inépuisables thèmes d’innovation.

PHOTO - 652465.BR.jpg
PHOTO - 652465.BR.jpg - © Michel Gasarian/Le Moniteur
PHOTO - 652466.BR.jpg
PHOTO - 652466.BR.jpg - © Samuel Dhote/Le Moniteur
PHOTO - 652464.BR.jpg
PHOTO - 652464.BR.jpg - © Eric HOURI/Le Moniteur
Monter un réseau - Réunir un consortium d’entreprises et écoles

Il y a trois ans, Michel Cavailles, directeur de Port-Camargue, régie autonome du port de plaisance, décide de profiter du dragage du port pour dresser un état des lieux et notamment analyser les boues récupérées. Plutôt que de s’adresser à un bureau d’études, il se tourne vers l’université de Montpellier afin d’associer des scientifiques sur le sujet. « Les résultats étaient fouillés, les étudiants mobilisés, ils m’ont mis sur la voie de l’innovation en me donnant envie d’aller plus loin », explique, enthousiaste, le directeur. Il réunit par la suite, aux côtés de l’université, l’Ecole des mines d’Alès, de Douai, des entreprises de travaux publics, d’ingénierie et de dragage. Le consortium initie le projet Ecodredge-MED qui vise à valoriser le sable fin non pollué. Etudiants et chercheurs s’occupent notamment de la caractérisation et du suivi du comportement des sédiments, ainsi que de l’impact de la pollution sur la faune et la flore du port. « Nous mettons à leur disposition des bateaux et des marins lorsqu’ils doivent poser des capteurs, faire des carottages, détaille Michel Cavailles. Nous développons un autre projet de R & D avec les Mines d’Alès, cela nous a ouvert des perspectives. »

Le résultat

Elargissement du projet de recherche initial et ouverture sur d’autres sujets de recherche.

Collaborer - Mener un projet de recherche avec des étudiants

Le département matériaux du producteur de chaux Lhoist comporte deux laboratoires dédiés au traitement des sols et aux matériaux de construction. « Nous ne pouvons pas couvrir en interne tous les domaines d’application de la chaux, aussi nous faisons appel à des prestataires externes », explique Didier Lesueur, responsable du département matériaux. L’entreprise travaille notamment avec des établissements d’enseignement supérieur comme l’université de Bath en Angleterre, l’université de Floride, l’ENPC, l’ENTPE, l’Insa de Lyon ou encore l’ESTP. « Le travail de recherche mené avec les universités et les écoles est valorisé, car les enseignants-chercheurs communiquent dans les congrès et les revues professionnelles, témoigne Didier Lesueur. De plus les universitaires sont considérés comme des professionnels neutres et cela crédibilise les résultats. » Depuis trois ans, il travaille avec l’ESTP dans le cadre de projets industriels de recherche (PIR). Ces PIR associent deux à trois élèves volontaires encadrés par une équipe pédagogique pour mener à bien un projet soumis par l’entreprise. Les résultats sont présentés en mai lors d’une journée de l’innovation organisée par l’école. « En début d’année, nous affinons les propositions de sujets avec l’équipe pédagogique. Il faut que le thème soit innovant pour eux, mais aussi techniquement réalisable dans le temps imparti. C’est aussi un challenge, car les résultats sont présentés au public et notamment aux professionnels auprès desquels nous communiquons », note Didier Lesueur. Le PIR qui traitait du comportement des enrobés bitumineux a remporté le prix du projet le plus innovant pour l’industrie routière.

Le résultat

Un travail de recherche qui permet de crédibiliser et de valoriser les résultats obtenus.

Recruter - Intégrer un ingénieur R & D

CMEG, Scop spécialisée dans les panneaux préfabriqués en béton, s’est tournée vers la recherche universitaire il y a quatre ans, à l’occasion d’un projet européen associant le centre de recherche nucléaire de Caen (Ganil) et l’université locale. « Nous avons alors appris à connaître le monde de la recherche : les contrats de confidentialité, les délais des chercheurs qui ne sont pas les mêmes que ceux de l’entreprise », détaille Gilles Florentin, directeur général de l’entreprise. Depuis deux ans, la PME est associée à l’ESITC de Caen dans un projet collaboratif de conception de béton intégrant des fibres de lin. CMEG a également créé en 2010 le poste d’ingénieur R & D et embauché un étudiant de l’école, Matthieu Dufeu, qui a d’abord mené son cursus en alternance durant trois ans dans l’entreprise. « A ce poste, je centralise les idées innovantes, je fais de la veille et suis en relation avec les laboratoires académiques et les fournisseurs, afin d’anticiper les nouveaux courants et de garder une longueur d’avance sur nos concurrents », détaille le jeune ingénieur de 24 ans. « Ce poste nous a permis de passer du stade conceptuel à un travail concret et à long terme de recherche et d’innovation », note Gilles Florentin. En ce moment, la Scop accueille une étudiante en master 2 de génie thermique de l’université du Havre pour un travail de fin d’études portant sur la validation de modèles thermiques. « Le partenariat entreprise et universités est important car il permet de bénéficier du matériel que nous n’avons pas en interne, de leur expérience et de leur réseau. De leurs côtés, les universités peuvent se confronter à des cas concrets. Les tarifs sont aussi moins élevés que dans le privé », se réjouit Gilles Florentin. La PME participe également à des projets collaboratifs. « Il ne faut pas vouloir être rentable tout de suite, il s’agit de projets de long terme », conclut Gilles Florentin.

Le résultat

Mise en place d’une politique d’innovation dans l’entreprise.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur