En direct

Et si les tours arrêtaient de nous faire de l’ombre…
Simulation du parcours des rayons du soleil le jour du solstice d’été - © © NNBJ

Et si les tours arrêtaient de nous faire de l’ombre…

John Sapporo |  le 27/03/2015  |  ArchitectureEnergieTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Performance énergétique
Architecture
Energie
Technique
Valider

La plus grande des tours jumelles conçues par l’agence d’architecture américaine NNBJ redirige les rayons du soleil sur l’ombre créée par la plus petite.

Londres qui, contrairement à Paris, a fait le choix d ‘accueillir des tours de grande hauteur, se retrouve aujourd’hui confrontée au problème de l’ombre engendrée par ces bâtiments sur la ville.  Afin d’éviter que d’autres projets à venir assombrissent un peu plus le quotidien des londoniens, les architectes de l’agence NNBJ – connu pour l’attention qu’elle porte sur le bien-être des occupants - ont conçu, dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’association New London Architecture, « des tours jumelles sans ombre ».

Derrière ce concept, pas de solution technique révolutionnaire, mais la recherche de la courbure idéale, fruit d’un algorithme visant à ce qu’à chaque minute de l’année, les rayons du soleil viennent recouvrir l’ombre créée par le plus petit bâtiment sur le sol. Autrement dit l’architecture est ici la solution de l’équation avec une infinité d’angles incidents et réfractés.

La prouesse consiste à trouver la silhouette qui permette de rediriger  les rayons du soleil sur l’ombre mobile à toute heure de la journée et en toute saison. La « quantité d’ombre » projetée au sol par la moins haute des deux tours est ainsi, selon les concepteurs des bâtiments, réduite de plus de moitié. Les architectes précisent que, contrairement aux tours concaves qui réfléchissent  la lumière de façon concentrée -à la manière d’un gigantesque miroir pouvant éblouir -,  leurs « tours sans ombre » redirigent la lumière, « panneau par panneau », et créent ainsi une multitude de points lumineux diffus.

Ainsi, l’espace public situé aux pieds des tours se retrouve baigné de lumière tout le long des journées ensoleillées. Et même en hiver, quand le soleil est bas, la place située entre les deux tours reçoit de la lumière le matin et en fin d’après-midi.

En Australie, des tours domptent déjà le soleil

Les équipes de NNBJ ne sont pas les seules à avoir réfléchi au concept de tours sans ombre. L’agence d’architecture australienne PTW et les équipes de Jean Nouvel ont conçu, sous le soleil Australien, deux immeubles entre lesquels flotte un vaste damier de miroirs amovibles qui redirigent le soleil de manière à offrir de la lumière naturelle à tous ses occupants, quels que soient l’étage et l’orientation des appartements.

Commentaires

Et si les tours arrêtaient de nous faire de l’ombre…

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur