En direct

Et le déchet de démolition devint carrelage
PHOTO - 13633_830169_k2_k1_1953639.jpg - © ETNISI

Et le déchet de démolition devint carrelage

Florence Quille |  le 22/06/2018  |  NordCarrelageRecyclageDéchets de chantier

Métropole de Lille 

Le point commun entre l'ardoise, le mâchefer, la brique ou le béton ? Tous peuvent être transformés en revêtements de sol. Grâce à un processus tenu secret, Espérance Fenzy agglomère ces déchets du bâtiment à un liant pour fabriquer le Wasterial (de l'anglais waste : déchet) : un revêtement de sol plus léger et résistant que l'équivalent non recyclé. « Tous les types de matières usagées solides peuvent être valorisés », assure le jeune patron d'Etnisi, installé à Marcq-en-Barœul, près de Lille. Après dix ans passés dans le BTP - chez Bouygues, Ramery et Rabot Dutilleul -, ce diplômé de l'Ecole des hautes études d'ingénieur (HEI), spécialiste de la reconversion de sites industriels pollués, décide de se lancer dans le recyclage. « Des milliers de tonnes de déchets sont produites chaque année par le secteur du bâtiment. La plupart finissent en remblais ou dans des décharges alors qu'elles pourraient être valorisées », constate-t-il.

Tests dans un garage. Pendant deux ans, le jeune créateur teste dans son garage toutes sortes de liants et de matériaux - brisures de miroirs, plâtre, béton concassé, débris de bouteilles, brique… - pour mettre au point le Wasterial, revêtement contenant au moins 75 % de matière recyclée. Sur le site historique des 3 Suisses, à Croix, il a récupéré le béton pour en faire un pavage. A Fives, il transforme les anciennes faïences de la friche FCB en carrelage mural pour habiller la cuisine du tiers-lieu Fives-Cail, inaugurée mi-mai. Les déchets de chantier ne sont pas ses seuls gisements. Espérance Fenzy recycle aussi des résidus de calcaire et de pierre bleue de la région pour fabriquer des dalles de sol.

Le Wasterial est produit dans sa micro-usine roubaisienne : une unité de 250 m2 qui sera bientôt à même de valoriser quotidiennement 1,2 tonne de béton ou de pierre. Afin de traiter les déchets sur le lieu de démolition, l'entrepreneur planche sur un projet d'unité transportable : une mini-usine aménagée dans deux conteneurs (un pour le stockage de la matière, l'autre pour le processus de fabrication) transportés sur un semi-remorque. La première unité transportable est attendue pour 2019. Afin de financer son développement, Etnisi fait actuellement une levée de fonds sur Pop City, la plate-forme de financement participatif pour la ville durable de Nacarat et Tributile.

 

Commentaires

Et le déchet de démolition devint carrelage

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX